Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

L’imagination pédagogique numérique des enseignants

Créé le lundi 13 mars 2017  |  Mise à jour le jeudi 11 mai 2017

L’imagination pédagogique numérique des enseignants

Les outils numériques peuvent être utilisés de multiples façons pour enseigner et apprendre. La créativité pédagogique des enseignants est sans limite. Ce texte regorge d’idées pour se saisir des opportunités à partir de plusieurs entrées :

  1. Les objets
  2. Les interfaces
  3. Les plateformes
  4. Les lieux
  5. Les logiciels

1-     Les objets

Juste après les idées d’usages, les objets ont pénétré les écoles et lieux d’enseignements. Les grandes disquettes, les disques durs, les CD-Rom puis les clés USB ont permis d’entrer dans le monde du multimédia. Les premiers essais pédagogiques ont porté sur la dématérialisation des supports.

Actuellement il est possible d’assembler dans une seule clé USB toutes les ressources parfaitement classées sur le thème abordé ou de démultiplier, via des kits portables, des cours entier avec leurs ressources associées. De nouveaux objets permettent de réaliser des mesures ou de rester connectés.

Les  widjets pédagogiques s’invitent comme des gadgets d’apprentissage pour mieux mémoriser, ou corriger nos fautes d’orthographe. Les technologies RFID commencent à peine à être explorées. Les robots de télé-présence pénètrent aussi les salles de cours et autorisent un éléve malade, ou un professeur distant de rester en contact, d’assister à un cours à distance.

Par les postes informatiques, la situation de travail est également touchée. Il est possible d’intégrer dans les économiseurs d’écran des questions d’apprentissage qui permettent  d’ouvrir la session. Les ordinateurs mis à disposition permettent de travailler sur un projet réel et rechercher des informations sur internet pour trouver des ressources conceptuelles ou pratiques, ou bien de consulter des tutoriels métier en situation de travail seul ou avec l’aide de son manager.

Enfin le professeur peut disposer sur son poste de travail de fiche-réflexe vidéo sur des points délicats d’un processus de travail. Dans un cours, il est possible de donner des grilles d’observation à mener en dehors de l’école  et de les partager avec d’autres participants distants (cf. participative science).

Bien sur les cahiers de classes électroniques sont bien connus et facilitent l’organisation d’un tutorat et l’offre de ressources synchrones ou asynchrones pour faciliter le suivi. L’ordinateur connecté au centre de document permet enfin d’explorer les ressources internes à l’organisation, qui sont déjà disponibles. Les téléphones portables peuvent être combattus car ils gènent l’attention, mais parfois ils peuvent être utiles par exemple pour adresser des quiz par SMS, un tutoriel ou un lien vers des capsules vidéos sur des points clés.

Il est possible d’utiliser son téléphone pour interagir en salle sur un questionnaire (ex Kahoot, slido.com), envoyer des leçons par téléphone (cf logiciel de connexion téléphonique de masse). Disposer d’une tablette numérique est pertinent pour organiser des recherches en salle sur internet et projeter en grand groupe les éléments trouvés ensemble (screen-cast). Et pourquoi ne pas prêter des tablettes pour faire expérimenter des recherches personnelles aux apprenants.

2-     Les interfaces

Les interfaces comportent tous les moyens qui facilitent les accès. Par exemple, enrichir une carte géographique ou un support avec des QR Code pour des explorations ou des tâches plus difficiles. Il est aussi possible d’animer une visite de site par la recherche de QR Code qui donne des informations complémentaires.  L’enrichissement  des supports pédagogiques avec des QR code fait pénétrer de l’image et du son dans un document papier, qui peut prendre la forme de fiches concepts (1 message 1 visuel 1 QR code vers une ressource clé), ou bien une carte heuristique.

Le courriel est une interface simple d’usage qui autorise d’adresser des contenus de cours avant la rencontre puis en débattre en salle (par exemple en cercle de lecture et en pédagogie inversée). La réception d’un courriel peut stimuler l’intérêt avant une formation par l’envoi de mini-jeux (learning apps). Ou bien il est intéressant d’adresser des défis à relever en amont d’un temps de réunion. Bien sûr envoyer des hyper-liens avec des cartes heuristiques en amont des apprentissages permet de se familiariser avec les concepts à aborder et donne envie d’explorer. Et pourquoi ne pas  s’adresser un courriel programmé à soi-même pour faire un point à froid sur sa formation.

La création d’une webradio est une aventure en soi qui conduit à se poser des questions sur les contenus et leur ordonnancement, les publics, créer des émissions de formats variés : témoignage, magazine, points clés, table ronde, confier la réalisation d’émission à des participants, organiser des abonnements à des capsules sonores sur des thèmes d’intérêts sont quelques pistes à creuser. Ou bien plus simplement proposer à heures régulières des trucs et astuces à télécharger.

La web TV ajoutera l’image. Là aussi, il s’agira d’organiser une grille de programme sur des thèmes précis, de donner des illustrations de gestes ou de situations professionnelles, de créer des kits d’animation autour de la prise en main d’une web TV. Un ensemble d’activités sociales et techniques qui nous rappelle la pédagogie Freinet autour du journal de la classe. Les moyens sont tels qu’il est possible d’imaginer organiser une série de webconférences régulières sur des points d’apprentissages précis ou pourquoi pas des temps de vidéo-coaching ou vidéo tutorat. Au fur et à mesure qu’ils seront plus à l’aise il sera possible de faire préparer des exposés en webconférences par les participants.

3 - Les plates formes

Les plates formes sont aussi des interfaces mais d’une nature plus complexe. Elles nécessitent une organisation plus élaborée pour en exploiter les avantages. Il est par exemple possible de créer un MOOC ou un SPOC, d’organiser des temps de présentiel en proximité pour soutenir la motivation dans un MOOC créés par d’autres, ou bien de s’inscrire à un MOOC existant en groupe et d’organiser un suivi des apprentissages lors de regroupement (hacking de MOOC).

De même avec une plateforme (LMS), on peut alterner des temps de travail à distance et en présence, suivre une formation à distance et en ligne libre ou accompagnée, géolocaliser les participants et les experts d’un groupe pour savoir où sont ceux qui savent. Avec une e-communauté ou un réseau social, il est possible de coupler stage et forum de questions sur un espace partagé en ligne associant une variété de parties prenantes, animer les forums, foire aux questions, ou entraide entre les participants, organiser une veille collaborative,  des clubs métier ou des activités, organiser un concours de connaissance en ligne, ou un challenge formatif, faire des recherches préalables sur des questions avant de rejoindre un regroupement présentiel et enfin organiser un dossier sur un problème, le partager entre plusieurs participants et le résoudre à distance

4 - Les lieux d’apprentissage

Les espaces peuvent être dynamisés à l’aide du numérique. Ils permettent de mettre en autonomie les apprenants dans des dispositifs de formation longs;  du temps peut être consacré à de l’apprentissage par problèmes.

Les lieux organisés avec des espaces collectifs peuvent aider des groupes à s’auto-organiser en cercle d’études ou groupes de co-développement. Ils auront besoin de tutoriels pour  apprendre à apprendre ou pour s’auto-former.

Les lieux peuvent aussi permettre de rassembler de grands groupes pour faire de la  co-conception. Il faudra alors leur fournir des dossiers d’auto-apprentissage et des cas à résoudre seuls. Les lieux bien équippés permettent de s’acculturer à la pédagogie inversée en mettant les participants seuls dans une salle un temps de formation. Il est ensisageable de  demander la rédaction de travaux avant de venir en formation, d’installer des ordinateurs en libre-service à consulter librement pour s’auto-former, d’inverser les rôles : les participants font le cours au formateur.

Les lieux peuvent accueillir des formations de e-formateur interne sur la littératie numérique et mettre à disposition des espaces documentaires (il faudra trouver un nouveau nom), pour organiser des cours pour apprendre à apprendre avec les écrans et à distance. Les lieux supporteront l’apparition de réseau de e-tuteurs, élèves ou professeurs et mobiliseront des assistants personnels d’apprentissage (tablettes pilotées par des intelligences artificielles et comportant des ressources de guidage des apprentissages).

Dans ces lieux, il sera possible de faire créer des ressources par les participants eux-mêmes. Pourquoi ne pas leur faire créer des séquences d’apprentissage à partir de leurs passions ? Des apprentissages croisés entre disciplines (cours de smurtz) et thèmes d’intérêt utilisant toutes les ressources en ligne disponibles seront très stimulant de même que l’imagination par des professeurs de disciplines différentes de cours inter-disciplinaires.

5- Les logiciels

L’exploration avec les logiciels est un domaine immense. Écrire de de façon collaborative sur un sujet  donné avant ou après la formation permet de véritables découvertes, faire un journal, un reportage.

Il est possible de diffuser des remarques ou points clés avec twitter lors d’une expédition apprenante en faire un compte rendu avec Storify. Avec des logiciels de montage vidéo il est possible de créer des teasers vidéos pour donner envie d’apprendre, d’enrichir les vidéos avec des questionnaires , de référencer des vidéos formatives en ligne et les offrir à la consultation dans une vidéothéque, de créer des abonnements à des capsules d’apprentissage, de faire visionner des vidéos avant un regroupement, de décrypter et d’analyser des vidéos seul ou en groupe.

Avec un wiki on peut créer un projet de wiki en groupe sur la terminologie d’une matière, ou des problèmes d’un métier. Avec la réalité virtuelle il est possible d’organiser un jeu des 7 erreurs en réalité virtuelle. Avec des blogs il est intéressant de créer un webzine à adresser aux participants (ex PédagoGeeks), de rédiger des articles collaboratifs.

Enfin avec des serious games on peut repérer les jeux sérieux gratuits existant et les intégrer à son approche pédagogique, ou utiliser des serious games à distance et pourquoi pas hacker des mondes virtuels pour apprendre : ex créer un lieu d’apprentissage sur Second Life. Avec des logiciels photos il est possible d’organiser des visites de lieux en binômes ou en groupe, prise de photos sur des points saillants et exposé et analyse collective en salle. On peut reclasser des photos en fonction d’un ordonnancement logique d’un métier et créer une matériauthéque photos. Il est aussi possible de créer des e-books sur les contenus, ou de faire le e-book dont vous êtes le héros...

Illustration : Maklay62 - Pixabay

Allez plus loin 

Vers une éducation plus innovante et créative - Olivier Rey et
Annie Feyfant - IFE 
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/70-janvier-2012.pdf 

Education et médias, la créativité à l'ère du numérique  - Corroy Laurence
https://hal-univ-paris3.archives-ouvertes.fr/hal-01429518

Espaces numériques de travail : quels usages dans l'enseignement ? - Eduscol
http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/apprendre/espaces-numeriques-de-travail/usages-disciplines 

Numediart - https://numediart.org/

Enseigner avec le numérique - Université Paris I - http://tice.univ-paris1.fr/

Innovation pédagogique - Site participatif -  https://www.innovation-pedagogique.fr/

Du smurtz à Paris ! Des profs de lycées créatifs pour une rentrée sous le signe de l’innovation pédagogique - Jean-Charles Cailliez - EducPro
http://blog.educpros.fr/jean-charles-cailliez/tag/cours-de-smurtz/

PédagoGeeks sur PearlTrees -  http://www.pearltrees.com/u/19475306-professionnels-pedagogeeks 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire