Par Denys Lamontagne  | direction@cursus.edu

Codeacademy : 500 000 étudiants dès le premier mois. Qui dit mieux ?

Créé le mardi 17 janvier 2012  |  Mise à jour le lundi 13 août 2012

Codeacademy : 500 000 étudiants dès le premier mois. Qui dit mieux ?

Voici un initiative originale de formation en ligne: le site Codecademy propose des cours gratuits et en ligne de programmation en Javascript, Ruby et Python.

On trouve des centaines de leçons dans ces domaines dans Internet, alors qu’y a t-il de différent dans ce cas ?

Dès la première leçon on constate que la qualité est là et que la pédagogie est pour le moins directe; ce ne sont pas de leçons au rabais. Plus on avance plus on se fait prendre au jeu et finalement on en vient à penser qu’avec un peu de persévérance nous aussi pouvons programmer.

«Share your programs with friends and use your knowledge from Codecademy lessons!»


Mais ce n’est pas tout; pour entretenir votre persévérance, vos pourrez compter sur vos amis. Par la magie des réseaux ils pourront vous aider au besoin. Vous pouvez suivre leurs progrès et eux les vôtres. Codecademy a aussi inclus un système de badges pour mesurer et célébrer vos progrès.

Du coté technologique, le fait de ne pas avoir à télécharger de logiciel d’édition de code ou de jouer dans la console de notre système est en soi une simplification appréciée.

Tout ça est bien beau alors on se demande comment l’initiative se finance.

«Everything on Codecademy is currently free, with premium services a possibility in the future».


Dans la section «À propos» on apprend que plusieurs fonds d’investissement participent à Codacademy. Ce ne sont normalement pas des gens reconnus pour leur désintéressement.  Où est alors leur intérêt ?

La situation est la suivante : 

  • Le coût de recrutement d’un programmeur informatique est appréciable.
  • Le bassin d’étudiants compétents est limité et convoité.
  • Il y a une pénurie de programmeurs compétents.


Alors si on intéresse des personnes à la programmation qui autrement n’y seraient jamais venues, on augmente le bassin d’étudiants potentiels.  Si ensuite on détecte les meilleurs, nous voilà en position de leur proposer une carrière et de la formation. De là les employeurs feront la queue pour obtenir les diplômés... et paieront.

Un pari gagné


Avec plus de 200 000 inscrits en trois jours, 550 000 en un mois, 6 millions d’exercices complétés et une croissance qui se maintient, on assiste ci à un intéressant phénomène : ce n’est pas par le battage médiatique que le succès s’étend mais par les «badges» mérités à la fin de chaque leçon que les usagers se partagent via les réseaux sociaux.

De plus, les étudiants commencent à proposer des leçons de qualité (plus de 800 à ce jour) et l’académie semble vouloir s'étendre à de nouveaux langages, perçus comme autant de nouvelles opportunités.

Le diplôme reconnu, surtout connu


La reconnaissance de la valeur d’un diplôme est un phénomène complexe tenant à la fois à la réputation de celui qui certifie, à l’étendue de cette reconnaissance, à la valeur intrinsèque des compétences reconnues et à la rigueur du processus de certification.

Dans ce cas-ci, la réputation initiale est nulle, mais son image est excellente; l’étendue se développe rapidement et franchit des frontières à chaque instant via les usagers eux-mêmes : cette école est en voie de devenir la plus connue au monde; la valeur des capacités de programmation est indéniable et enfin l’obtention des badges est un processus objectif (il faut réussir pour avancer) et demande efforts et persévérance.

Pas besoin d’attendre après Open Badges (voir article); nous voici réellement devant une nouvelle approche de la mise en marché des formations et des diplômes, qui ne sont plus statiques mais en évolution continue.

Codacademy

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire