Par Om El Khir Missaoui  | ok.missaoui@cursus.edu

Pour une veille pédagogique performante

Créé le mardi 16 octobre 2012  |  Mise à jour le mardi 23 octobre 2012

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Pour une veille pédagogique performante

Loin d'être une activité aride, solitaire et triste, la recherche d’information devient passionnante grâce à la profusion de ressources disponibles sur le web et la possibilité d’interagir avec ceux qui partagent nos centres d’intérêt. Les sources sont multiples et l'on peut penser, à juste titre, que tout y est donc pour entreprendre et alimenter sa veille personnelle. Mais encore faut-il s’y retrouver, tant pour trouver une ressource répndant à un besoin ponctuel, que pour mener une veille continue sur un ou plusieurs sujets. Il convient alors d'adopter une démarche rigoureuse et de mettre à profit des outils de gestion documentaire.

Une conférence donnée le 11 janvier 2012 par Jean-Michel Mermet à l'IUFM de Grenoble (dans le cadre du CU MéTICE préparatoire au C2i2e) nous permet d'appréhender la notion de veille d'un point de vue méthodologique et technologique dans le sens où nous sommes appelés à constituer progressivement notre propre base de connaissances selon des étapes itératives en exploitant les outils les mieux adaptés. Cette conférence intitulée Bâtir sa base de connaissances personnelle et collaborative pour une veille pédagogique performante regorge d'outils et de conseils facilement exploitables. La démarche et les mentions d'outils utilisés sont tournés vers une veille pédagogique, mais sont évidemment adaptables à tout autre secteur d'activités. 

Une démarche en quatre étapes


Le conférencier expose une démarche de veille pédagogique qui se déploie en quatre étapes dont il développe amplement les deux premières. Il se base sur des cas précis de sa veille personnelle qui se distingue par l’utilisation d’outils numériques gratuits. Dans cette  modélisation de la veille, il s'agit de sélectionner les informations utiles, de se les approprier par une lecture approfondie, de produire ses propres documents et de les diffuser.

  • recherche/sélection d’infos

Parmi les outils proposés pour repérer les sources se trouvent nécessairement les moteurs de recherche tel que l'ultra célèbre Google. Twitter est également un outil privilégié car il regorge de ressources pointées par les utilisateurs suivis et, par extension, tous leurs propres contacts.  Pour ne pas se perdre dans les dédales des références, on utilisera avec profit une application de gestion des signets. Diigo semble ici tout indiqué. Pour conforter ce choix disons que l'équipe de rédaction de Thot cursus utilise Diigo pour sa veille et apprécie énormément sa gestion des tags et les possibilités d'annotation et de commentaires.

Google reader et l'abonnement à des fils RSS s'avèrent très utiles pour la gestion des flux d'information car ils nous permettent de parcourir et classer rapidement les contenus proposés et les ressources sélectionnées.

Pour bien exploiter les informations importantes, on peut les partager avec sa communauté via Twitter et Google reader, mais mieux encore grâce au microbloging à l'instar de ce qu'on peut faire en utilisant Tumblr qui permet d'annoter rapidement et simplement, de partager des documents plus signifiants. 

La capitalisation des ressources permettant de constituer sa base personnelle de connaissances peut s'effectuer au travers de Google mail utilisé pour stocker, faire des recherches, échanger, partager ses trouvailles. Evernote est signalé pour la possibilité d'avoir  sous la main des articles annotés à utiliser dans le court terme.

  • Lecture

A quoi servirait l'accumulation des infos si elle ne donnait lieu à une lecture approfondie en vue du traitement des données sélectionnées ? Pour cela on peut se faire aider pour annoter, commenter, en quelque sorte nourrir et enrichir sa réflexion par des outils pour lire et annoter les fichiers Pdf tels que Skim (pour Mac) ou encore Instapaper qui permet une lecture épurée non seulement sur ordinateur mais aussi sur les appareils mobiles. Ajoutons à ces outils le très connu Adobe reader, qui permet d'annoter les documents pdf non protégés, et Feedly qui offre une agréable mise en page des articles recensés via les fils RSS auxquels on est abonné via Google Reader.

Les deux dernières phases sont l'écriture/production et la diffusion de la veille, elles sont un aboutissement mais se font aussi par itération au fur et à mesure de l'évolution de la veille. Les outils présentés servent encore à ces fins car le souci d'exploitation des ressources sélectionnées reste le leit motiv d'une veille bien maitrisée.

Le conférencier nous met en garde contre l'infobésité, qui guette toute veille un peu intensive. Il faut optimiser son temps et faire aboutir sa veille en produisant et en partageant ses productions.

Jean-Michel Mermet, en partageant sa pratique de veille, nous donne dans cette conférence un modèle pour une veille performante. On conseillera aux utilisateurs néophytes de ne pas se précipiter sur trop d'outils à la fois. En essayer deux ou trois et optimiser leur usage, notamment en échangeant avec des utilisateurs plus aguerris, est le meilleur moyen de poser les bases solide de sa veille. 

Bâtir sa base de connaissances personnelle et collaborative pour une veille pédagogique performante, Jean-Michel Mermet, 11 janvier 2012

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Jean-Paul Pinte
  • 13 novembre 2012 à 04 h 04

Pour en savoir plus

Jean-Paul Pinte a travaillé depuis 1998 et a conçu le concept de veille pédagogique avec sa thèse soutenue en 2006. Il y a dix ans, lors de nombreuses conférences, on lui disait que la veille pédagogique ne voulait rien dire .....

Voir ses premiers écrits sur le sujet et bien d'autre sur la toile http://www.codata.org/codata02/09info/Pinte-paper.pdf Son blog sur le sujet : http://veillepedagogique.blog.lemonde.fr

Répondre