Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Prendre en main ses apprentissages à l'université : concrètement, comment faire ?

Créé le vendredi 2 novembre 2012  |  Mise à jour le jeudi 6 décembre 2012

Prendre en main ses apprentissages à l'université : concrètement, comment faire ?

Networked Student est une vidéo réalisée à la manière de Commoncraft, qui propose de nombreuses vidéos expliquant les bases de l'utilisation du web 2.0.

"Networked Stiudent" a été réalisé par Wendy Drexler, une enseignants américaine, après qu'elle ait suivi la première édition du Mooc canadien "Connectivism and Connective Knowledge", délivré en 2008 par Stephen Downes et George Siemens. Dans cette vidéo,  W. Drexler expose très simplement la démarche qu'elle semble avoir adoptée pour encourager ses étudiants à diriger eux-mêmes leurs apprentissages, y compris universitaires, grâce à une mise en réseau facilité par les outils du web 2.0.

Jusqu'à présent, cette vidéo n'existait qu'en anglais. Mais Deborah Augustiniak, participante au Mooc francophone ITYPA, a eu l'excellente idée de la sous-titrer en français grâce au service universalsubtitles.org, et donc de la mettre à disposition de tous ceux qui ne maîtrisent pas suffisamment l'anglais pour la regarder dans sa version orriginale.

Dans cette vidéo, nous suivons donc le parcours d'un étudiant en psychologie, qui suit un cours de psychologie américaine à raison de 3 jours en présence et 2 jours à distance, chaque semaine. D'emblée, il est précisé que l'enseignante ne dispense pratiquement jamais de cours magistraux, et que l'étudiant ne dispose pas de manuel de cours.

Toute la vidéo est consacrée à la manière dont l'étudiant apprend, dans ces conditions particulières au sein du monde universitaire.

Il commence par construire les bases de son environnement d'apprentissage en ligne. Pour cela, il repère les sites pertinents sur son sujet, apprend à évaluer la validité des ressources, et utilise les moteurs de recherche spécialisés pour trouver des articles universitaires. Notre étudiant recense toutes les ressources pertinentes (et seulement celles-ci) sur un site de bookmarjking social (tel que Delicious ou Diigo), ce qui lui permet de profiter des signets déposés par les utilisateurs qui s'intéressent au même sujet que lui.

Ce passage du privé au public marque évidemment le début de l'approche connectiviste, et de l'utilisation des ressources sociales pour renforcer ses apprentissages. L'étudiant s'intéresse ensuite aux blogues, tout en étant bien conscient de la différence de nature des ressources qu'il y trouve, vis à vis des espaces de dépôt de ressources académiques. Mais les blogs invitent à la conversation et au débat d'idées. Fort logiquement, notre étudiant en arrive à créer lui-même son blogue de psychologie, s'inscrivant alors dans la communauté des personnes "averties" sur le sujet.

La vidéo se poursuit par une mention des baladodiffusions audio et vidéos accessibles dans des espaces tels que iTunesU, qui donne effectivement accès à des milliers de cours universitaires - surtout en anglais, mais de plus en plus dans d'autres langues, dont le français.

L'étudiant ne s'arrête pas en si bon chemin : il apprend à contacter les experts de son sujet, et à organiser des rencontres entre ces derniers et les étudiants de sa classe.

Finalement, il devra créer lui-même une ressource originale, qui tiendra lieu de travail final de son cours et sera donc évalué. Ce travail sera évidemment réalisé avec les outils du web et partagé avec les membres du réseau d'apprentissage de l'étudiant.

La vidéo se termine par un focus sur la changement de rôle de l'enseignante : celle-ci est manifestement celle qui guide l'étudiant tout au long de son processus d'autonomisation. Ce qui passe par un certain nombre de domaines de tâches : lui mettre le pied à l'étrier pour créer son réseau, lui faire des suggestions lorsqu'il ne sait plus quoi ni où chercher, lui apprendre à évaluer l'informaiton, à contacter des experts, etc.

L'objectif ultime de l'enseignante n'est donc pas de transférer un corpus défini de connaissances aux étudiants, mais de leur apprendre à construire eux-mêmes ce corpus, bien au-delà du temps du cours.

Cette vidéo présente une démarche méthodique claire et relativement simple de transfert de la responsabilité des apprentissages vers les étudiants. Il reste à savoir maintenant si les étudiants eux-mêmes apprécient ce genre de responsabilité, ou s'ils préfèrent demeurer dans une attitude passive. Nul doute que ceux qui tiennent vraiment aux sujets et disciplines qu'ils ont choisis d'étudier choisiront la voie de la responsabilité.

Networked Student, version originale de Wendy Drexler sur Youtube (avec traduction française de D. Augustiniak intégrée depuis)

L'étudiant connecté, version sous-titrée par Deborah Augustiniak

Le blog de D. Augustiniak, Audece's Way

 

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Sylvie Dalbin
  • 5 novembre 2012 à 05 h 05

Dalb

Merci pour la ressource. Mais vous dites : "Il reste à savoir maintenant si les étudiants eux-mêmes apprécient ce genre de responsabilité, ou s'ils préfèrent demeurer dans une attitude passive". Pourquoi ces approches toujours binaires : responsabilisation accompagnée, responsabilisation partielle en fonction des sujets (aux apprentissages durant la période estudiantines ou aux compétences acquises ...), fonction des périodes de vie, degré et nature de cette responsabilisation fonctions des personnes.... Au lieu du tout ou rien, il nous faudrait plutôt un cadre d'analyse : quand et comment. Dalb

Répondre