Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

La réalité augmentée et ses enjeux

Créé le lundi 21 janvier 2013  |  Mise à jour le lundi 21 janvier 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

La réalité augmentée et ses enjeux

La réalité augmentée désigne une technologie qui ajoute une couche de données au monde réel, cette couche de données étant accessible depuis un appareil mobile (et bientôt des lunettes ou des lentilles de contact) et se superposant à ce que vous avez sous les yeux. Mais à quoi cela peut-il bien servir ? Pour le savoir, visionnez cette vidéo de 90 secondes disponible sur le site Inriality, le site grand public de l'Inria :

 

 

Est-ce plus clair ?

Si l'on en croit cette vidéo, la réalité augmentée n'a que des avantages. Elle nous offre des informations supplémentaires sur une foule de sujets, nous permet de voyager dans le temps, pour comprendre la transformation d'un lieu par exemple.

Mais serons-nous aussi enthousiastes le jour où les technologies de réalité augmentée seront appliquées aux personnes ? C'est la question que pose fort judicieusement le dossier d'Iniriality consacré à la réalité augmentée, dans lequel se trouve la vidéo que vous venez de visionner.

Mais à y regarder de plus près, la réalité augmentée appliquée aux personnes existe déjà; elle s'appelle "traces numériques". En effet, si on considère la réalité augmentée comme une couche d'informations superposée à la réalité des choses - et des gens, nos traces numériques volontaires et involontaires, et surtout ce que nos amis disent de nous sur les réseaux sociaux, peuvent être considérées comme la partie numérique de notre identité, augmentant notre réalité. Cette réalité augmentée nous sera t-elle un jour accessible automatiquement, dès que nous rencontrerons quelqu'un? C'est le scénario adopté par les jeunes créateurs du film Sight, cité dans un article d'Inriality et qui mérite vraiment le détour.

Bien entendu, la réalité augmentée comme toute technologie n'est ni bonne, ni mauvaise en elle-même. C'est l'usage qu'on en fait qui importe. La réalité augmentée appliquée aux personnes va t-elle altérer ou renforcer la confiance entre les gens ? Voilà la seule question digne d'intérêt, selon Nathan Stern, interrogé dans l'article mentionné plus haut, intitulé "De nouvelles rencontres, au croisement des rues et des réseaux sociaux".

L'orientation est un autre domaine dans lequel s'applique déjà la réalité augmentée, et où le potentiel de développement semble très important. On peut déjà retrouver sa voiture sur un gigantesque parking de supermarché grâce à une application de réalité augmentée; des mobiliers urbains "intelligents" sont en cours d'expérimentation; on peut participer au grand projet collaboratif Wikitude, et indiquer sur une carte les centres d'intérêt de son quartier, informations qui s'affichent alors en surimpression sur le plan activité par un autre utilisateur.

Mais avons-nous besoin de toutes ces informations ? Ne préférons-nous pas nous promener le nez au vent, et découvrir par nous-mêmes les bons coins, sans nous sentir obligés de suivre les conseils de dizaines d'autres usagers ? Dans l'article "S'orienter dans la ville... ou choisir de s'y perdre", Philippe Gargov défend la "ville astucieuse" plutôt que la "ville intelligente", cette dernière s'appuyant sur un mode d'intervention conditionné "par des logiques économiques et des logiques d’ingénierie, et qui postule que la ville et les usagers pourraient être résumés par leurs datas". En d'autres termes, fournir le maximum d'informations disponibles risque d'ajouter de la confusion, de restreindre la liberté de l'usager plutôt que de l'accroître.

La ville d'aujourd'hui et celle d'hier (au travers d'une application telle que Whatwasthere, déjà présentée par Thot Cursus) sont les terrains d'application privilégiés de la réalité augmentée. Ces technologies pourraient aussi être mobilisées pour nous montrer la ville de demain, notamment lorsqu'il s'agit de se prononcer sur un projet d'aménagement. Pouvoir se promener dans un quartier transformé aiderait sans nul doute à se prononcer sur la pertinence du projet.

Mais bien sûr, comme le souligne Baptiste François dans l'article "Construire la ville ensemble ?"  (hors dossier Réalité augmentée), il faudra se méfier des villes virtuelles ou augmentées trop belles pour être vraies. Il faudra être capable de distinguer le rêve de la réalité, justement, y compris dans une projection. La réalité augmenté pourrait n'être finalement qu'un nouvel avatar du dessin d'architecture, sur lequel le bâtiment est parfaitement propre, les arbres toujours verts, la météo forcément clémente, les passants immanquablement souriants, et les voitures peu nombreuses.

Le dossier d'Inriality sur la réalité augmentée permet de prendre connaissance du thème du point de vue de l'utilisateur, et non du point de vue de l'informaticien. Il indique quelques enjeux sociétaux importants et souligne en cela que nombre d'innovations numériques risquent d'avoir un impact non négligeable sur nos existences. En cela, il responsabilise les utilisateurs et mérite d'être chaudement recommandé.  

Dossier : La réalité augmentée. Inriality, oct. - nov. 2012.

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire