Par Om El Khir Missaoui  | ok.missaoui@cursus.edu

Classes portes ouvertes

Créé le mardi 5 mars 2013  |  Mise à jour le mercredi 3 avril 2013

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Classes portes ouvertes

Tout enseignant, débutant ou chevronné, connaît des moments de doute sur sa pratique. C’est que trop souvent, on est parachuté dans des classes sans avoir profité d'une formation préalable et sans encadrement suffisant durant l'exercice du métier. Je n’oublierai jamais ma première leçon devant des élèves que je ne voyais même pas, il n’y avait que des paires d’yeux braqués sur moi qui me paralysaient. Chaque fois qu’on est muté, chargé de niveau pour la première fois, on a besoin de trouver refuge auprès de collègues plus expérimentés ou plus hardis, de trouver des ficelles pour s'acquitter de sa tâche.

Le voleur de feu

 

Sur le blog Alchimie du collège (site Le Monde.fr), vous êtes hélés par un titre délicieusement accrocheur, Derrière la porte. Vertus de l'espionnage industriel au collège, celui d’un billet de blog de Mara Goyet, enseignante en histoire géographie. Qui espionne donc, et au profit de qui ? À ma connaissance, industriel ne rime pas avec collège sauf en des temps que les moins de 20 ans... quand il y avait la section industrielle au bout de la 7ème année d’enseignement pour les  élèves en difficulté.

L’article commence par une scène d’investigation : un enseignant qui déambule subrepticement à l’affût de ce qui se passe dans les classes, dérobant des bribes de séquences qui questionnent, celles des collègues à l'oeuvre avec leurs élèves. En fait il s’agit d’espionnage pour la bonne cause : Le couloir, c'est ma formation continue, affirme Mara Goyet, Voleur de feu, je pique des idées aux uns et aux autres....

Chaque enseignant peut se reconnaître dans cette soif de saisir l'acte d'enseigner sans maquillage, des instants de vie scolaire révélateurs de pratiques différentes voire contradictoires mais dont chacun représente une facette du métier, qui peuvent inspirer. Je me souviens d’un jour où mon directeur s'était faufilé sous les fenêtres de ma salle et a osé lever la tête pour une seconde, a croisé mon regard, a baissé instantanément la tête puis s'est relevé presque penaud pour entrer ensuite dans la classe et me poser quelques questions plutôt bienveillantes car à l’époque ce qui importait c’était de trouver une classe calme et des élèves en apparence studieux. Les profs récupéraient les cahiers de vos anciens élèves alors qu'ils ne vous avaient jamais demandé votre documentation directement, pas seulement dans le but de se situer par rapport à vous mais aussi de piquer carrément vos idées ou de vous critiquer preuves à l’appui.

Une ouverture salutaire, qui dépasse les limites de l'école

 

La symbolique de la porte ouverte et de la porte fermée renvoie de façon lancinante aux rapports dialectiques entre la magie de l'instant de communion entre l'enseignant et les apprenants dans leur classe-cocon et celui de l'échange avec l'extérieur qui enrichit la vie de la classe et multiplie les partennaires. L'auteure plaide pour l'ouverture, la remise en question, l'amélioration des pratiques : Nous avons besoin d'un tiers avec un regard plus ou moins objectif qui observe notre travail, déniche des tics et des dérives, mesure notre efficacité, voit l'ensemble d'un point de vue extérieur.

L'article a suscité de très nombreux commentaires, c'est dire qu'il a touché juste : le besoin et la nécessité du partage des pratiques entre éducateurs. Par contre, on aurait intérêt  aussi à changer d'optique pour une meilleure appréhension de l'acte éducatif. La classe est ouverte par la volonté de l'enseignant, elle est ouverte par l'activité de l'apprenant, elle est ouverte par l'implication de tous les acteurs et de l'institution. Et si l'espionnage s'impose, il n'est plus seulement affaire de proximité, il se fait à l'échelle de la toile. Les réseaux et les communautés de pratiques à toutes les échelles livrent l'expérience des uns et des autres et assurent la communication entre pédagogues du monde entier. Nous nous en faisions d'ailleurs l’écho dernièrement dans cet article : La vidéo pour la formation continue des enseignants. De nos jours, il faut évaluer à sa juste mesure cette chance d'accéder à l'expertise des uns et des autres et de confronter nos pratiques. Ouvrons nos portes, nous irons mieux! et cela se fait à l'échelle internationale.

 

Illustration : fragment d'un tableau de Vermeer, Wikimedia commons, domaine public.

Derrière la porte. Vertus de l'espionnage industriel, Mara Goyet, billet de blog, 15 février 2013

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire