Par Élodie Lestonat  | e.lestonat@cursus.edu

La scénarisation à l’heure du numérique : ne me racontez pas de salades !

Créé le mardi 29 novembre 2016  |  Mise à jour le mardi 6 décembre 2016

La scénarisation à l’heure du numérique : ne me racontez pas de salades !

Comment se déroule aujourd’hui un cours de Sciences de Gestion en classe de Première STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) ? Quels sont les moyens pédagogiques mis à la disposition du professeur ? Quels outils lui permettent-ils de dynamiser la participation et l’investissement des élèves ? Comment le numérique intervient-il dans son enseignement ? Comment le propose-t-il aux élèves afin qu’ils s’approprient le cours et deviennent les acteurs de leur propre éducation ?

En comparaison, que se serait-il passé il y a trente ans ? A cette époque, Microsoft n’avait pas encore terminé le développement de sa plateforme Windows et ne proposait les logiciels Word et Excel que sous le peu convivial système d’exploitation DOS. Les ordinateurs disponibles dans les établissements étaient rares et rassemblés dans des salles informatiques difficiles d’accès et peu ergonomiques. Les tableaux numériques n’existaient pas. Les rétro projecteurs étaient peu nombreux et leur utilisation exceptionnelle. Les quelques films disponibles l’étaient le plus souvent sous format super 8. Le seul magnétoscope VHS était l’objet de toutes les convoitises. Les téléphones portables étaient un fantasme de doux rêveur et les tablettes dignes de l’imagination d’un auteur de science-fiction.

Le numérique au service de la pédagogie

En prenant appui sur l’exemple d’une séquence de cours proposée aux élèves de Première STMG, il est possible de se rendre compte du chemin parcouru ces trente dernières années et de s’apercevoir comment la technologie du numérique a révolutionné la pédagogie en mettant l’élève au centre de ses propres apprentissages.

À voir, à préparer, à faire

Le cours se compose d’une vidéo accompagnée d’un questionnaire, de trois documents comportant des illustrations et d’une liste de travaux à effectuer, travaux au cours desquels les élèves seront sensibilisés aux thèmes suivants du programme de Sciences de Gestion: la création de valeur et la performance, le processus de gestion, la valeur perçue. Le thème proposé ici est celui du marché de la salade composée, de son élaboration en laboratoire à sa mise en vente dans les rayons des grandes surfaces en passant par sa fabrication, sa marchandisation et sa promotion.

Afin de préparer le cours, les élèves sont invités à regarder la vidéo chez eux sur leur ordinateur personnel, ou leur tablette ou leur portable, puis à répondre au questionnaire. Là où le professeur ne disposait, dans les années 80, que des ressources de la bibliothèque de son établissement ou de la bibliothèque municipale, avec parfois accès à des éléments stockés sur microfiche, il bénéficie aujourd’hui grâce à Internet et YouTube d’une manne de documents sans limite et gratuite.

Dénicher une vidéo correspondant exactement au sujet de son cours est fréquent. Surfer sur le net permet d’y trouver de nouvelles idées pour illustrer les prochains chapitres. Tableaux numériques et wifi autorisant la diffusion du matériel pédagogique dans n’importe quelle salle en quelques clics, c’est tout un univers documentaire qui peut être proposé aux élèves.

Etape 1 : Travail documentaire multimédia

La première étape propose aux élèves d’effectuer un travail de synthèse et d’analyse afin de repérer les éléments essentiels des divers documents et s’appuyer sur le travail effectué chez eux pour répondre et mettre en forme leurs réponses argumentées.

Les supports utilisés peuvent être les suivants :

  • Vidéo :

Etape 2 : Conception

L’élève devient chef de produit car il doit présenter un produit de salade préparée de 260 grammes en s’intéressant à sa composition détaillée, la recherche d’un nom de produit, la détermination d’un emballage et d’un design cohérent. L’objectif est de sensibiliser les élèves à l’utilisation de logiciels d’infographie (Canva par exemple).

En effectuant une présentation visuelle de leur produit, ils vont mieux comprendre les difficultés de conception d’un produit commercial. Créer sa propre image du produit permet à l’élève de mieux s’approprier l’élément sur lequel il va mener une réflexion. C’est une possibilité nouvelle, totalement impossible à réaliser il y a trente ans sans passer par l’intermédiaire d’un professionnel.

Etape 3 : Processus de fabrication

La représentation du processus de fabrication doit être réalisée sur poste informatique. Elle fait appel aux observations effectuées par les élèves chez eux lors de la visualisation de la vidéo. Les élèves devront faire particulièrement attention à la chronologie de la fabrication : quand sont ajoutés les différents ingrédients et où se positionnent-ils ? Pourquoi ?

La consultation en classe, depuis les tablettes fournies par l’établissement ou les téléphones portables connectés en Wifi des élèves leur permettront également d’enrichir leur travail par la consultation de sites spécialisés, leur permettant d’ajouter les informations manquantes dans la vidéo, comme les sachets de sauce à joindre au produit fabriqué.

L’utilisation d’un logiciel de dessin ou du traitement de texte Word ajoute de la souplesse à la réalisation du travail demandé, notamment en autorisant les élèves à se tromper et à corriger. Il y a trente ans, l’élève aurait dû refaire l’ensemble du schéma sur sa copie. Enfin le résultat obtenu n’a rien à envier aux schémas que l’on trouver dans les publications professionnelles.

Etape 4 : Calcul de coûts

Cette étape s’effectue en saisissant les données dans un tableur puis en implantant une formule de calcul afin de déterminer le coût de revient de la salade composée. Le calcul est effectué une seule fois par les élèves puis automatisé. Réduisant les risques d’erreurs et le temps passé sur une partie un peu fastidieuse de l’exercice, augmentant d’autant le temps disponible pour approfondir les parties plus « créatives » du TD.

Etape 5 : Test consommateur

Les élèves raffolent des tests consommateurs sous forme expérimentale. Il sert à mettre en valeur la perception alimentaire et permettra aux élèves de se confronter avec tous les clichés véhiculés autour de l’alimentation. Sa mise en place nécessite l’achat dans le commerce de 3 plats préparés qui seront les références industrielles, et la réalisation de 3 plats par les élèves en collaboration avec les cuisiniers de la cantine.

A cet effet, il sera intéressant d’utiliser le Diet Sensor présenté dans un précédent article publié sur le site de Thot Cursus. Les résultats de ce test pourront être saisis dans l’application Excel et leur présentation pourra ainsi être choisie entre plusieurs modèles (camembert, diagramme, etc…). Là aussi, l’outil informatique, totalement absent il y a trente ans, ludifie les apprentissages et autorise une grande latitude d’essais pour choisir le meilleur rendu possible, sans pour autant avoir à recommencer le travail, représentant par là même un gain de temps et de qualité propre à encourager les élèves et à valoriser leur travail.

Etape 6 : Réalisation d’enquête par questionnaire

Cette étape consiste à la réalisation d’un questionnaire d’enquête. Ce dernier peut être effectué en utilisant des logiciels spécialisés comme Sphinx et Ethnos. Ces logiciels se chargeant de la mise en forme automatique du questionnaire, ils permettront aux élèves de se concentrer sur la qualité du contenu. Sphinx et Ethnos permettent également de saisir et d’exploiter les résultats sans avoir à passer par la case « papier », offrant une plus grande richesse de traitement des informations recueillies et les libérant les élèves des contraintes de temps et de mise en forme pour mieux se concentrer sur l’objectif.

D’autre part, cette partie du devoir propose aux élèves d’utiliser leurs propres moyens d’enregistrement audio et/ou vidéo. Ainsi pourront-ils « jouer » les reporters afin sélectionner les parties les plus intéressantes de leurs interviews et de les « monter » grâce à un logiciel de montage implanté sur tablette.

Etape 7 : Publication sur le site internet du lycée

La dernière étape vise à publier les productions obtenues par les élèves. La publication, effectuée sur le site Internet du lycée, pourra être consultée par tous : élèves, professeurs, parents d’élèves, administration.

Il y a trente ans, une telle mise à disposition des résultats d’une enquête ou d’un travail ne pouvait se faire qu’à travers un panneau d’affichage ou le journal du lycée, nécessitant temps, argent et disponibilité accrue du personnel administratif. Aujourd’hui, quelques minutes suffisent à focaliser l’attention et mettre en lumière les qualités des élèves ayant participé.

En trente ans, que d’innovations réalisées dans les apprentissages et la pédagogie ! Le système éducatif a su évoluer et continue à stimuler professeurs et élèves.

Illustration:  jyaire via Foter.com / CC BY-SA

Poster un commentaire

Commentaires

1 commentaire

Icône - Visage inconnu
  • Serge
  • 5 janvier 2017 à 04 h 04

Vous racontez vraiment des salades :)

Classes STMG la REALITE dans 3 lycées différents : - les élèves sont dotés d'ordinateurs portables personnels fournis par la Région : depuis 3 ans ils ne peuvent pas se connecter à internet en WIFI en classe dans les 3 lycées. Ça ne marche tout simplement pas ou alors il n'y a pas de WiFi ! Personne ne s’en préoccupe, seule compte la communication : « les élèves ont des ordinateurs ! » MAIS jamais utilisés (car que faire sans internet de nos jours ?) ça par contre il ne faut pas le dire.., - seul existe un accès filaire chaotique du PC fixe professeur (et sur d'antiques PC fixes en salles de TD en demi groupes, quand tous les élèves se connectent le débit s’écroule) mais les firewalls du rectorat empêchent la plupart des sites de fonctionner correctement et parfois même You Tube (seule solution utiliser son téléphone mobile personnel comme modem 3G :) - proposition de publier un article sur le site du lycée, réponse : il ne faut pas aller trop vite, les autres professeurs pas avancé du tout dans le numérique (c'est un euphémisme !) risquent de le prendre mal... donc refus pur et simple. Une réalité qui contraste beaucoup avec votre article mais qui hélas existe vraiment, j'en témoigne ici ! Même si ça ne fait pas plaisir et que ça vient contrarier la représentation du réel fantasmée officielle… (N’oublions pas qu’il y a seulement un an l’oral de l’agrégation option informatique se passait sur transparents ! oui vous avez bien lu : en informatique…)

Répondre