Par Sandrine Benard  | phenix974@me.com

Veni, vidi, vici : en latin près de chez vous.

Créé le dimanche 25 décembre 2016  |  Mise à jour le lundi 23 janvier 2017

Veni, vidi, vici : en latin près de chez vous.

« Le latin, c’est nul, ça sert à rien ». Qui n’a jamais entendu cette phrase, voire même prononcé soi-même cette phrase ? Et pourtant… la langue latine est bien un reliquat de la splendeur passée de la civilisation romaine, parmi les plus puissantes et riches de l’Antiquité.

Le monde Romain n’aurait jamais connu pareille ampleur de domination mondiale sans une langue riche et solide, le latin. Parlée quasiment à l’échelle mondiale, du moins dans une perception du monde antique, cette langue était celle des voyages, du commerce, des affaires, de l’enseignement, de la culture… De plus, le latin est également à l’origine de notre langue française, tout comme elle l’est pour l’italien, l’espagnol, le roumain… ? En France, le latin a été parlé jusqu’au Moyen-Âge, avant de lentement glisser vers l’ancien français qui est l’ancêtre du nôtre d’aujourd’hui.

Certes, le latin est maintenant une langue morte, mais mérite qu’on s’y intéresse encore de nos jours. Pourquoi l’apprendre ? Comment l’enseigner, et surtout, de façon ludique ?

Alea jacta est, le sort en est jeté !

Pourquoi apprendre le latin au XXIe siècle ?

Saviez-vous que vous parliez latin sans le savoir ?  Aquarium, agenda, à priori, et cetera, fac-similé, gratis, idem, libido, curriculum vitae

Si je vous dis arachnophobe, technophobe, agoraphobe… vous remarquez le suffixe –phobe qui renvoie au mot qui signifie « peur » en latin. En ce sens, tout s’éclaire, un simple suffixe à l’instar de celui-ci dans un mot et on comprend immédiatement que celui-ci parle d’une peur quelconque. Un autre exemple ? Gynécée, gynécologue… vous retrouvez le préfixe gyné- qui réfère au mot « femme » en latin et les mots qui le comportent ont donc obligatoirement un lien avec le sexe féminin.

Tous les professeurs de latin et de français vous le diront : connaître le latin, c’est mieux comprendre le français. En effet, le dernier découle du premier, on est donc en mesure de mieux appréhender l’étymologie des mots français par la connaissance des suffixes, préfixes et autres composés métalinguistiques.

De plus, apprendre le latin, c’est aussi apprendre la culture latine et la richesse de sa civilisation et de son Histoire : de César au Colisée en passant par les jeux du cirque Maximus ! C’est aussi le raffinement d’un peuple distingué et aux lueurs de la démocratie. Après tout, Rome n’était-elle pas la maîtresse du monde aux temps antiques ? Rien que pour cela, la connaissance du latin se mérite !

Le latin en BD

Pour ma part, j’ai étudié le latin pendant mes deux années de DEUG de lettres à l’université, mais la seule chose dont je me souvienne, c’était le terrible casse-tête provoqué par les déclinaisons infernales du latin : rosa, rosae, rosam… nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif… pas très clair, en effet !

Soyons honnête, mon latin, du moins les quelques mots et expressions que je connais dans cette langue, je les dois à… Astérix et Alix, deux célèbres héros de bande-dessinée franco-belges dont l’histoire se passe justement à cette époque, et qui voyagent à travers le monde antique, se frottant ainsi à ses différentes cultures, histoires et langues.

Avouez-le, quand on vous dit Astérix, comment ne pas penser immédiatement aux célèbres noms des camps romains qui entourent le petit village de l’irréductible Gaulois ? Petibonum, Aquarium, Babaorum et Laudanum, sans compter tous les impayables autres jeux de mots dus au génie de leur auteur et scénariste René Gosciny.

Ce dernier montre malicieusement qu’on peut s’amuser avec le latin en créant des néologismes très puissants, mais qui « sonnent » latin (les noms des Romains : Bonusmalus, Hotelterminus, Tiketdbus, Savancosinus…) ! Dans Astérix, on rencontre également le grand Jules César qui demeure dans nos mémoires par de célèbres phrases historiques, telles « Cogito ergo sum » (je pense donc je suis, de Descartes) ou « Tu quoque fili » (toi aussi, mon fils, lors de son assasinat), sans oublier le célèbre « alea jacta est » (le sort en est jeté, à la traversée du Rubicon). 

Travailler une planche d’Astérix, en particulier celle-ci, en classe peut donc être une bonne idée pour approcher la culture latine, surtout que nos voisins Allemands ont été les premiers à se pencher sur la question de l’évidence de la traduction en latin des BD sur l’antiquité : Depuis le début des années 80, les éditions Ehapa Verlag Gmbh ont publié en latin tous les Astérix scénarisés par Gosciny, ainsi qu’un album d’Alix, Le fils de Spartacus. À noter également en 2012, la parution en langue latine d’un classique de la littérature française : Le Petit Nicolas.

Finalement

Pour conclure, on peut dire qu’en dépit du fait que le latin soit une langue morte, elle n’en demeure pas moins la langue de la culture, une langue riche et à qui on doit beaucoup.

Aujourd’hui, les bandes-dessinées se mettent au service des professeurs pour leur permettre de pimenter un peu, et surtout d’intéresser leurs élèves autrefois tant blasés par les déclinaisons ô combien lancinantes… Astérix, Alix, le Petit Nicolas, jouer avec les mots, jouer avec les noms, à notre tour, prenons une bonne rasade de potion magique et comme disait César, Veni Vidi Vici, le latin ne sera jamais vaincu !

Illustration : Planche Astérix en latin

Sources

Quinze mots latins que nous employons tous les jours (ou presque) - Projet Voltaire
http://www.projet-voltaire.fr/blog/origines/quinze-mots-latins-employes-en-francais

Les citations latines dans Astérix : http://lencyclopedix.free.fr/citlat.php

Traduire les BD sur l’Antiquité en latin, une évidence ! - Cases d'histoire

http://cdhlemag.com/2016/04/traduire-les-bd-sur-lantiquite-en-latin-une-evidence-par-toutatis/

Au latin, semper fidelis - France culture
https://www.franceculture.fr/litterature/au-latin-semper-fidelis

Publicité pour apprendre le latin à l’école http://ecl.ac-orleans-tours.fr/clg-joliot-curie-chatillon-sur-indre/Disciplines/Latin/le_latin.htm

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire