Par Frédéric Duriez  | f.duriez@cursus.edu

Expressions italiennes inspirantes

Créé le mardi 10 janvier 2017  |  Mise à jour le lundi 23 janvier 2017

Expressions italiennes inspirantes

Il n’est pas facile de présenter ou de résumer la culture d’un pays. Ce n’est pas non plus l’objet de cet article. Nous vous proposons plutôt d’aborder l’Italie en pointillé, par trois expressions. Chacune donne un éclairage sur la culture italienne, et peut nous inspirer dans les métiers de la formation, mais aussi dans la vie !

Il buon gusto

Michaela a travaillé quelque temps dans une école italienne, à Pistoia. Elle en retient la notion de "buon gusto". La définition qu’elle propose ne se limite pas au bon goût, l’expression évoque aussi les bonnes manières et l’élégance.

La beauté, élément essentiel de la culture italienne

La beauté est un des éléments essentiels de la culture et du style de vie italien. Ce n’est pas un luxe ou un attribut qui serait réservé à quelques domaines rares et choisis. Elle se retrouve dans les objets du quotidien. Franck Gurry, Directeur général de l’OMPI, le formule ainsi :

"Le peuple italien est admiré depuis longtemps pour son expression au quotidien d’une créativité qui contribue à la dolce vita. L’un de ses éléments est une culture d’excellence en matière de style qui considère les objets quotidiens d’un point de vue esthétique et les fait passer ainsi du prosaïque au sublime” a déclaré M. Francis Gurry, Directeur général de l’OMPI.

En 1954, le grand magasin la Rinascente lance le prix du Compasso d’Oro, le "compas d’or", pour promouvoir l’excellence italienne en matière de design. La plupart des prix sont attribués à des produits du quotidien. Une rape à fromage, un transistor, un égouttoir... tout peut et doit être beau ! C’est une forme de politesse, de respect de soi et des autres.

 bello gusto

Certains expliquent que l’Italie a une tradition de petits ateliers artisanaux, où ne travaillent souvent qu’une poignée de salariés, mais qui ont pu engager des liens commerciaux avec des entreprises comme Fiat, Pirelli ou Olivetti.

Les enfants ont droit au beau

Les Italiens semblent considérer la beauté comme un droit fondamental, une forme de respect envers l’autre. C’est ce qu’a constaté Michaela. Les nourrissons, les enfants ont droit au beau. L’environnement architectural et la décoration doivent être suffisamment harmonieux pour provoquer un bien-être, stimuler l’imagination et la volonté de découvrir.

"Les élèves ont un besoin de beauté, mais aussi un droit d’en bénéficier. L’attention à l’esthétique est une façon d’être et de faire très particulière à l’Italie", nous dit-elle.

Mais rassurons-nous des designers et des porteurs de projets d’autres pays sont aussi animés par ces valeurs. Ainsi, Matali CRASSET a aménagé la "maison des petits", dans l’espace baptisé "104" à Paris, pour y accueillir nourrissons et parents. Tout est pensé en fonction des activités et des formes d’échanges, mais l’ensemble est aussi très beau. Et comme dans nos exemples précédents, la beauté n’est pas un attribut qui viendrait en plus, comme une carrosserie qui viendrait recouvrir un dispositif technique peu élégant !

La sprezzatura

Sprezzatura est une expression difficile à traduire. Le mot "nonchalance" est parfois utilisé. À tort sans doute, au moins dans le contexte qui nous intéresse.  Le mot est popularisé par Baldassare Castiglione en 1528 dans le livre du courtisan. Il s’agit de ne pas montrer l’effort nécessaire. Le mot est par exemple employé pour parler d’un peintre de la Renaissance mondain le jour, à qui tout semble facile, et qui une fois chez lui travaille ardemment pour parvenir à l’excellence. L’effort, la sueur, les essais manqués doivent rester invisibles. Tout doit paraître naturel.

La sprezzatura

La sprezzatura, en formation, invite au minimum à s’interroger sur ce qui reste visible de "la cuisine" ou de ce qui amène tel ou tel résultat. Faut-il arriver en formation avec tous les livres de sa bibliographie cornés et annotés ou donner le sentiment qu’on tutoie les auteurs et qu’on les cite de mémoire ? Faut-il, dans une vidéo de présentation, s’entourer de documents ou présenter son message en marchant, en donnant le sentiment d’improviser ?

Le teaser du Mooc du manager au Leader de Cécile Dejoux est une bonne illustration de cette notion.

Art de vivre, art de rire

L’expression n’est pas italienne. Elle est formulée en français par Dominique Fernandez, dans son Dictionnaire amoureux de l’Italie. Dominique Fernandez commence d’ailleurs son dictionnaire par la formule "Art de vivre", quitte à brutaliser l’ordre alphabétique. L’expression évoque une forme de légèreté, une façon de ne pas se prendre au sérieux, un goût pour la cuisine, les promenades en vespa, les rencontres sur les nombreuses places, goût qui surpasse celui pour les musées.

L’art de vivre s’accompagne d’un humour sur soi et d’une forme de détachement. Alors que dans beaucoup de cultures, on a pris l’habitude d’arborer un air grave et des sourcils froncés dès que l’on s’exprime, l’intellectuel ou le scientifique italien a le droit de rire. Umberto Eco peut s’intéresser à la bande dessinée ou aux romans policiers de gare sans perdre sa crédibilité, écrire des parodies ou des billets d’humeur et rester un sémiologue reconnu...

 Art de vivre, art de rire en Italie


Ce dernier trait de la culture italienne peut nous inspirer. Il coïncide avec cette règle des  "trois hum", l’humour, l’humilité et l’humanité... Il nous invite à sourire, à plaisanter, à créer la relation et à ne pas dissocier le plaisir de l’apprentissage.

Illustrations : Frédéric Duriez

Ressources

Michaela - "The pistoiese pedagogy of buon guoto consulté le 12 janvier 2017
"https://sophia.smith.edu/blog/impressions/2015/11/05/the-pistoiese-pedagogy-of-buon-gusto/

Dominique FERNANDEZ Dictionnaire amoureux de l'Italie novembre 2008 Plon
http://www.decitre.fr/ebooks/dictionnaire-amoureux-de-l-italie-9782259211758_9782259211758_3.html

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire