Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

Apprentissages en liberté

Créé le dimanche 26 février 2017  |  Mise à jour le lundi 27 mars 2017

Apprentissages en liberté

Coaching, co-design, innovation agile et facilitation  métamorphosent les façons d’apprendre.

La libération des énergies créatrices

Les organisations hiérarchisées et bureaucratiques  ont leur « plan de déploiement » pour atteindre leurs « objectifs ». Elles « conduisent le changement ». Elles « planifient » la transformation et « organisent » les opérations. Elles demandent à leurs managers de « donner du sens », mais elles restent malhabiles pour se transformer aux besoins de leurs clients et se mouvoir rapidement. 

Les racines de leur philosophie d’action et de leur vocabulaire restent empruntés à un monde militaire ancien où le centre domine et adresse ses ordres et ses circulaires à des exécutants pour créer un mouvement. Elles contrôlent l’exécution et s’aperçoivent que celle-ci est lacunaire. Elles poursuivent alors la rédaction de procédures et de circulaires toujours plus précises. Elles organisent avec les outils numériques des contrôles toujours plus inquisiteurs. A force de mettre tous leurs collaborateurs dans des moules, ils finissent par se transformer en tarte ou en quiche. Ils se démotivent, se plaignent et, pour les meilleurs, s’en vont.

Parallèlement,  des entreprises agiles s’inventent en même temps qu’elles créent de nouveaux services à valeur ajoutée. Ces entreprises se caractérisent par  la prise d’initiative généralisée et par des méthodes encourageant en permanence innovation, agilité et apprentissage continu. L’apprentissage des outils  numériques favorise la régénération des entreprises, moins par leur puissance de calcul que par le potentiel de connexion entre les idées, les hommes et les perspectives libres de collaboration et d’apprentissage.

Quatre dynamiques libérant les énergies créatrices participent de la métamorphose : la facilitation, le co-design, l’innovation agile et le coaching. Ces quatre approches se caractérisent par l’accueil des émergences et la volonté de libérer les énergies, le potentiel des individus et des organisations. Ces approches participent de nouvelles façons d’apprendre en situation face à des défis concrets. Elles sont soutenues par le potentiel d’internet de lier les hommes et les projets.

Dynamique 1 : La facilitation

La facilitation est une approche qui aide des collectifs à s’autosaisir de leur envie de métier et de transformation de celui-ci, de donner à chacun une place et un rôle à la hauteur de son engagement à embarquer manager et équipe.

L’IAF (International Association of Facilitators) s’efforce de diffuser des outils de facilitation et des pratiques éprouvées. Plus de 300 méthodes sont ainsi répertoriés dans une base de données libre d’accès. La facilitation est un art de rendre simple qui se pratique sur la base de postures et de méthodes éprouvées.

Dynamique 2 : Le co-design

Le co-design associe des utilisateurs à des promoteurs de projet. Il fait la part belle à la maîtrise d’usage. Il conduit à interroger les bénéficiaires sur les irritants et les usages qui les concernent. Mieux, il place ces usagers en situation de co-produire les usages vécus au quotidien. De nombreux outils permettent cette dynamique.

A titre d’exemple, le kit datake away :  cet outil a été produit par un designer nantais (Bastien Karspern) et est libre de droit. Il s’agit d’un kit qui consiste à guider une réflexion créative permettant d’aboutir à un concept en vue de son prototypage. Son objectif initial est de construire des services innovants à partir de données publiques (open data), mais on peut l’utiliser dans une optique plus large de création de services publics.

Son intérêt ? La démarche est structurée et permet d’encourager la créativité des participants en partant des données en accès libre. Le co-design est utilisé de façon empirique par des collectifs citoyens qui se rejoignent en ligne et créent ensemble des réponses aux problèmes qu’ils rencontrent, comme par exemple le P2P, engage, Mavoix, La paillasse ou les 1000 barbares . De nombreux cabinets de créativité et numérique comme Octo se structurent aujourd’hui pour répondre et susciter de nouvelles réponses.

Dynamique 3 : L’innovation agile

L’innovation est un usage adopté massivement qui apporte une valeur ajoutée. Il existe de nombreuses méthodes pour innover comme par exemple la conception innovante appelée CK qui s’appuie sur un concept de transformation de la connaissance, ou la méthode d’innovation WIKISPIRAL qui s’intéresse aux processus et aux étapes à suivre pour généraliser une innovation.

Le pouvoir de lien du numérique est là aussi fortement mobilisé. Soon Soon Soon est une société qui combine des services d’appui à l’innovation (atelier de créativité, design, prototypage, cahiers de perspectives etc.)  et joue pour ce faire avec une communauté d’éclaireurs mobilisée pour les besoins des clients. L’entreprise aide aussi, grâce aux numérique, à créer des communautés d’innovateurs engagés comme « Imagine with orange », ou les « Dénicheurs ». L’innovation devient agile car elle n’est pas pilotée d’un centre unique mais concourt à unir différents acteurs de façon plus horizontale.

Dynamique 4 : Le coaching

Le coaching crée de vraies transformations dans les équipes. L'intérêt pour le changement est de former des équipes en entier avec le manager, pour que les personnes osent et expérimentent la méthode en s'aidant. La société coactiv intègre le coaching comme approche de transformation des individus et des organisations.

Les méthodes promues d’apprentissage entre pairs (méthode podojo), le mur sticky nous rappelle que le potentiel numérique se maille sur des espaces physiques et des contacts en proximité.

La gouvernance des organisations est touchée

Chacune de ces dynamiques n’a pas forcément en objectif cible de former des individus, mais il apparait que l’apprentissage et le développement des compétences en sont une fonction dérivée.

Pour introduire ces dynamiques, la gouvernance des organisations doivent être touchées. C’est tout un écosystème de transformation et d’apprenance qui se met en place. Il est possible d’évoquer l’idée de permaculture humaine selon laquelle chaque compétence individuelle se nourrit des autres, nourrit les autres et se développe selon son énergie propre dans la transition actuelle.

Pour méditer sur les liens entre permaculture et conditions de réussite d'un écosystème de transformation, il est possible de participer à des stages de permaculture humaine ou de s’initier à un  mode de gouvernance sociocratique. Celui-ci fonctionne par cercle avec des premiers et des seconds liens. Cet aller retours entre cercles décisionnaires, permet un équilibre des pouvoirs et des décisions par consentement. Les seconds liens étant les personnes qui remonteraient des groupes projet dans le cercle de gouvernance élargi.

Le projet de l'association Colibris est un exemple de gouvernance sociocratique. Il a développé un Mooc, une plateforme d'aide aux projets et maintenant des compagnons de différentes expertises, le développement de projets alternatifs de citoyens concourant au développement durable "les Oasis en tous lieux". Ils offrent 3 types d'accompagnement: coup de pouce, coup de main, coup de fil.

 

Avec ces dynamiques l’apprentissage se fait incident, à l’occasion de transformations qui concernent l’entreprise ou toute la société. Chacun apprend en faisant et en s’engageant. Il n’attend pas d’être en stage. Cette tendance d’apprendre en faisant est un vrai challenge à relever pour les organisateurs classiques de formation qui doivent sortir du confort des formats standards et revenir aux fondamentaux de ce à quoi sert la formation : résoudre des problèmes concrets en situation.

Illustration : Geralt - Pixabay

Sources :

Soon Soon Soon - La communauté des éclaireurs
https://www.soonsoonsoon.com/devenez-eclaireur

Coactiv - http://www.coactiv.fr/formations/

Association des colibris
https://www.colibris-lemouvement.org/projet-oasis/creez-votre-oasis/les-compagnons-oasis

Méthode d’innovation SPIRAL - https://wikispiral.org/tiki-read_article.php?articleId=531

Collectifs en co-design

Intelligence collective 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire