Par Sandrine Benard  | sandrine.fle@outlook.fr

Un rêve d'enfant en anglais, français et mohawk

Créé le samedi 9 décembre 2017  |  Mise à jour le lundi 18 décembre 2017

Un rêve d'enfant en anglais, français et mohawk Drapeau Mohawk

« Le ralliement, ça ne marche jamais, ce qui marche, c'est le rassemblement. Derrière le ralliement, il y a le désenchantement, et puis l'effacement. Derrière le rassemblement, il y a le courage et le succès. »

Ce sont sur ces quelques mots que François Bayrou, homme politique français contemporain, encourage le rassemblement et la réunion des idées et des idéaux.

De nos jours, tout va tellement vite qu’on en oublie parfois de prendre le temps de vivre et de goûter les simples plaisirs de la vie. On oublie aussi que le virtuel n’est pas tout et que même si on passe plus de temps sur son ordinateur ou avec un téléphone intelligent en main qu’à parler de vive voix avec sa famille et ses amis, rien ne peut compenser le rassemblement quelque peu rétrogradé par l’individualisme numérique.

Nous vivons en société et nous faisons partie d’un groupe de personnes, que ce soit d’un ordre scolaire, professionnel, religieux ou encore national. Notre identité, bien que personnelle, est également partagée par une communauté dans laquelle on s’inscrit.

Non, il n’est pas question ici de philosopher sur la place de l’homme dans la société, mais bien de s’interroger sur l’importance du rassemblement que cela suggère, plus particulièrement dans le domaine des langues, et c’est justement ce qu’a fait une petite communauté d’enfants de la région de Montréal, au Canada.

LE PROJET

Que se passe-t-il quand des élèves d’une école élémentaire située tout près d’un territoire Amérindien se décide à tourner un clip musical en anglais, français et mohawk ? On obtient une vidéo virale où les maîtres mots sont respect, inclusion et encouragement.

Ce projet, baptisé Dreamchild (rêve d’enfant) a été écrit, enregistré et filmé dans avec les petits apprenants de l’école St. Willibrord, de Châteauguay, au Québec, sur la rive sud de Montréal. La particularité de cet établissement scolaire est qu’il se situe tout près du territoire Mohawk Kahnawake et qu’1/3 des enfants de cette école sont des autochtones de cette tribu amérindienne.

Une équipe professionnelle a été responsable du tournage du vidéoclip : les N’We Jinan Artists, spécialisée pour son contact privilégié avec les écoles et communautés scolaires des Premières Nations.

L’objectif de ce projet était de faire prendre conscience aux enfants de la richesse multiculturelle dans laquelle ils étudiaient et de la célébrer en la présentant à qui veut bien l’entendre et la voir, dans leur vidéo musicale.

LA TOLÉRANCE TRILINGUE

Non, ce n’est pas encore une autre chanson sur le thème de High School Musical… Ce qui est original, ici, c’est que c’est une communauté minoritaire, et pourtant bien importante du fait de sa présence précoloniale, qui a choisi de faire entendre sa voix… ou plutôt ses voix.

Dans cette chanson, on entend de l’anglais, certes, beaucoup d’anglais. Mais au fil de la chanson, dans le refrain, on repère quelques mots de français et d’une autre langue complètement inconnue et qui pourtant sonne bien en territoire canadien, celle du peuple Mohawk.

La chanson se poursuit, et les derniers couplets sont complètement en langue française. Un coup de cœur spécial pour la plus âgée des petites filles, apparemment elle-même originaire de cette tribu, qui, outre sa tenue vestimentaire traditionnelle, chante dans sa langue autochtone et semble vraiment coller à son rôle de « porteuse de paix ». Il est à noter que la partie Mohawk de la chanson a pu se faire grâce à la collaboration de Jody Wahsontiiostha 

Diabo, la propre fille du chef de la tribu Kahnawake, qui a initié les enfants à cette langue, du moins dans ce qu’ils voulaient traduire. Elle avoue même que plusieurs enfants ont laissé couler des larmes de joie quand ils ont pu voir le rendu final de la vidéo. Pour elle, les gens ont été vraiment touchés par le projet et elle-même en a ressenti une extrême fierté, d’une part d’avoir partagé sa langue, mais aussi ses convictions de rassemblement et de richesse culturelle avec toute une communauté.

Une image très forte est celle des enfants qui font la ronde, dont un petit garçon qui porte sur son dos le drapeau de la tribu Mohawk, fier de ses origines.

Finalement…

En conclusion, on peut dire que cette chanson est un bel exemple de rassemblement et de fraternité au-delà des cultures et des langues. Le Canada a toujours été un modèle dans ce domaine de multiculturalité et là encore, il le prouve avec cette chanson.

De plus, outre l’aspect fraternel qui en ressort, cela nous permet de découvrir une langue méconnue, et pourtant parlée au Canada et aux États-Unis par environ 3 000 personnes, le Mohawk (ou « agnier » en version française).

En fouillant un peu, j’ai découvert qu’elle faisait partie des langues iroquoiennes et qu’avant l’arrivée des Européens en Amérique, elle ne s’écrivait que sous forme de pictogrammes. Par la suite, plusieurs systèmes alphabétiques ont été utilisés et c’est aujourd’hui sous sa forme latine que celui-ci se retrouve le plus couramment. Il faut dire que cette langue est plus complexe qu’on ne pourrait le penser : plusieurs alphabets, mais aussi plusieurs dialectes, selon les territoires : Occidental (Ohswé:ken et Kenhté:ke), Central (Ahkwesáhsne), et Oriental (Kahnawà:ke et Kanehsatà:ke).

La différence majeure viendrait de la prononciation… mais finalement, avec cette chanson, on nous montre que même les frontières phonologiques, au cœur même des mêmes tribus, se retrouvent abolies quand vient le grand moment du rassemblement, celui qui les unit toutes, dans le même respect de la même culture dans un pays où ils étaient rois bien avant l’arrivée de «l’homme blanc»…

Illustrations : Capture de la vidéo
Drapeau Mohawk

Rassemblement des enfants

Sources

L’article Viral music video in 3 languages celebrates diversity at Châteauguay school, CBC News, 23 novembre 2017
http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/dreamchild-chateauguay-mohawk-english-french-1.4416799

La langue Mohawk sur Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohawk_(langue)

lLe vidéoclip Dreamchild, https://www.facebook.com/nwejinan/videos/2003634419885567/

La page Facebook de l’école
https://www.facebook.com/312956205058/photos/a.10150168721945059.301886.312956205058/10154840266985059/?type=3

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire