Articles

Outils sociaux à l'école : la responsabilité des établissements

L’utilisation des réseaux sociaux dans un cadre scolaire entraîne des responsabilités. La loi américaine est claire. Peut-on s’en inspirer ?

Par Denys Lamontagne , le 27 septembre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 18 septembre 2012

La loi fédérale «Family Educational Rights and Privacy Act» (FERPA) protège les données des étudiants dans le système éducatif.  Cette loi s’applique à toutes les institutions qui reçoivent des fonds du Département de l’éducation américain.

La loi accorde aux parents des droits quant au respect de la confidentialité des données sur leurs enfants et ces droits sont transférés à leurs enfants quant ceux-ci atteignent 18 ans ou ont complété leurs études secondaires.

Ainsi, les «ayant droit»

  • peuvent inspecter et vérifier les dossiers et les données les concernant compilées par les écoles;
  • peuvent demander de corriger les données en cas d’erreur ou de mauvaise interprétation;
  • en cas de refus de l’institution d’effectuer les corrections, ils peuvent demander à être entendus et si le refus persiste, ils ont le droit de faire ajouter un énoncé de contestation dans le dossier.

Par ailleurs, les écoles doivent obtenir un consentement écrit des ayant droit pour pouvoir divulguer des données des dossiers des étudiants, sauf pour les institutions autorisées (éducation, justice, gouvernement) dans le respect de leur juridiction.

Et Facebook ?

Tout ceci n’est que bon sens, mais que se passe t-il quand des données sont accumulées par des tiers via les outils numériques, dans le cadre scolaire mais sans que l’école ait le contrôle sur ces données ?   Il semble que la responsabilité de confidentialité soit toujours celle de l’école, d’où la réticence «juridique» des écoles à utiliser formellement les outils sociaux.

Dans cet article «Pédagogie: pourquoi Twitter et pas Facebook ?» (sept. 2010), Laurence Juin explique bien à quel point Facebook correspond à la vie privée des étudiants (n’est pas «ami» qui veut) alors que Twitter se prête beaucoup plus facilement à une utilisation éducative et neutre.

Mais même dans ce cas, et on ne parle pas ici de blogue public, un certain nombre de données, comme des résultats d’évaluation, leur classement, leur adresse personnelle physique, ne doivent pas être communiquées.

Un équilibre

Dans le document Educause «Privacy in Web 2.0 Learning Environments» (.pdf), on explique bien les avantages de s’ouvrir au public (qualité des interactions, enrichissement des points de vues, valeur des commentaires extérieurs, etc.) et aussi de l’équilibre à obtenir entre le contrôle (outils sociaux offerts à l’interne) et l’ouverture qui doit être assumée dans le respect des contraintes de confidentialité.

En somme, on a pas à se priver des avantages pédagogiques des outils sociaux si on accepte de les utiliser en respectant les limites légales, somme toute assez simples à communiquer, et que les participants peuvent facilement intégrer à leurs actions.

Chaque pays possède des lois particulières, plus ou moins sévères en ce qui concerne le respect de la vie privée.  Une certaine tendance convergente est constatée vers le respect de la vie privée des jeunes et du «droit à l'oubli» des frasques de jeunesse. Ce qui n'exclut pas l'éducation à leur propre responsabilité et le respect par eux-même de leur propre vie privée.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné