Articles

Le mobile learning a déjà une histoire

Se former ente nous, tout le temps...

Par Denis Cristol , le 12 mars 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 14 mars 2018

Est-ce le téléphone ou son propriétaire qui devient « smart » (malin) ?

Si le premier téléphone date de 1876, le premier téléphone portable est un Motorola mis au point en 1973. Le premier smartphone est une production d’IBM de 1993. Il permettait d’envoyer des fax. Mais, le premier iPhone accédant pleinement à des services en ligne date du 9 janvier 2007 et le premier iPad de 2009. Pourtant l’usage des téléphones est devenu tellement quotidien que nous avons l’impression que les téléphones de dernière génération nous connectant au réseau ont toujours existé. Le smartphone est aussi nommé ordiphone, l’expression renvoie à la puissance des fonctionnalités des téléphones dont la fonction appel téléphonique devient presque secondaire.

L’outil est désormais utilisé aussi pour son potentiel d’apprentissage. C’est même un axe clé repéré par l’UNESCO pour faire circuler la connaissance dans tous les pays y compris ceux disposant de peu d’infrastructures (poteaux, câbles, terminaux et relais de transmission). L'apprentissage mobile est défini comme « l'apprentissage dans de multiples contextes, via  des interactions sociales et des interactions avec des contenus, en utilisant des appareils électroniques personnels » d’après Crompton, Muilenburg et Berge (2013)

Quelques dates clés au cours desquelles se constituent le succès du mobile ou m-learning

Ce regard historique a été réalisé à partir d’une série de livres blancs qui ont jalonné ces dernières années.

2008 – Callimedia observe avec l’apprentissage mobile l’affranchissement de l’espace et du temps ATAWAD (any time, any where, any device)[1], un  choix possible des espaces et des temps pour s’informer et apprendre. La délinéarité constitue un ingrédient du succès du m-learning. Avec une variété de supports, téléphone ou tablette, il est nécessaire d’avoir des « contenus légers pour permettre un chargement rapide, des contenus dynamiques pour garder l’attention de l’apprenant dans des environnements souvent bruyants… C’est là que réside l’innovation du mobile Learning ».

2013 – Le livre blanc de Demos nous rappelle l’impérieuse  nécessité de disposer d’environnements dit « responsives »,  qui correspondent à l’adaptation des contenus projetés en ligne selon la taille des écrans : ordinateurs, tablettes ou téléphone.  

2014 – Le livre blanc de  Speedernet met sur le devant de la scène l’annonce d’une adaptation des outils auteurs du monde des ordinateurs à celui des téléphones mobiles. Il souligne la querelle technologique entre les formats HTML et Flash. Mais, c’est aussi tout le corps qui commence à se connecter en mouvement à l’occasion d’expériences de simulation, immersion, interactivité. L’apprentissage mobile est un enrichissement du micro-learning, un second souffle des serious game et une généralisation du social learning grâce aux développements facilités des audio et vidéo (les fameux tutoriels ou tuto). C’est enfin, la réinvention des territoires de la mobilité par la jonction des jeux, des WebTV et du social learning. L’univers est mobile mais surtout connecté. La suite à attendre sera celle de l’internet des objets (en anglais IoT, Internet of Things).

2016 – Le livre blanc proposé par It’s learning met en exergue les avancées des connexions entre plateformes et mobiles. L’apprentissage mobile permet un accroissement de la motivation intrinsèque grâce à la possibilité de rétroaction. La théorie de l’autodétermination indique que, pour apprendre, un individu nécessite de satisfaire des besoins d‘autonomie, de compétence et d’affiliation. Nous avons besoin de diriger nos vies c’est la thèse de Dan Pink, auteur du livre « Drive :  The Surprising Truth About What Motivates Us ».

La vidéo proposée par It’s Learning en expose clairement les moteurs. Ce livre blanc est particulièrement riche, il expose comment intégrer le BYOD (Bring Your Own Device/ Apportez votre propre matériel) en classe et présente des avantages et des inconvénients comme : la pensée critique, la collaboration, la communication entre enseignants et élèves, l’accès à l’information le continuum entre la maison et l’école, la réduction de coût pour l’école, l’apprentissage personnalisé. Pour l’école intégrer le mobile learning implique de définir sa stratégie, repenser les espaces, d’harmoniser les fichiers, de définir les règles de communication. L’expérience d’Ann une enseignante et de sa classe est exemplaire. Elle a débouché en 2012 sur un livre  “Connected Learners: a Step-by-Step Guide to Creating a Global Classroom”  Il valorize  le point de vue des élèves dans ce qu’ils vivent via l'utilisation de blogs, de serveurs, de Twitter, de Skype, de  Facebook ou de moteurs  de recherche.

2016 – Le livre blanc de 360°Learning nous rappelle que le mobile est le doudou du XXIeme siècle. Il  rythme nos vies et permet l’invention d’usages, de nouvelles façons d’interagir avec notre environnement et d’innover. C’est aussi un vecteur d’engagement en formation « il donne la possibilité de développer une expérience d’apprentissage intégrée et personnalisable qui s’adapte au moment, au contexte et à l’endroit où les apprenants se trouvent. »

2017 – Le livre blanc de Teach On Mars mentionne l’apparition de la norme xApi  vs Scorm dont l’avantage est une plus grande flexibilité et une possibilité plus forte d’interaction des apprenants. Le concept de « LMS Mobile First » se développer également.

Et demain que va-t-il se passer ?

2018 et après - Demain la mobilité pourrait bien faire la synthèse de nouvelles tendances.

  • Dès 2018 les lunettes Occulus Go vont faire pénétrer la réalité virtuelle dans les pratiques pédagogiques.
  • Dans le même temps des « agents intelligents » (Intelligence artificielle) continuent de pénétrer nos terminaux téléphoniques.
  • L’internet des objets va poursuivre son développement et produire de nouvelles et difficilement prévisibles disruptions.

Trois orientations qui se combinant vont encore bouleverser les environnements d’apprentissage et conduire les formateurs à devenir des experts en porosité tellement les technologies pénètrent toutes nos activités jusqu’alors cloisonnées.

Sources :

Wikipédia - Site Web Adaptatif - https://fr.wikipedia.org/wiki/Site_web_adaptatif

Berge, Z. L., & Muilenburg, L. (Eds.). (2013). Handbook of mobile learning. Routledge.

Thot Cursus – Le mobile learning en pratique - http://cursus.edu/articles/37303

Histoire et évolution des téléphones cellulaires vintage - Mobiplophile
http://www.mobilophiles.com/2014/10/le-premier-telephone-portable-au-monde-le-motorola-dynatac-8000x-dit-brick-phone.html

Historique du Smartphone, l’année 1993 - http://comparatifsmartphone.net/le-smartphone-historique/

Le mobile Learning, une innovation ?  - Callimedia - https://callimedia.fr/le-mobile-learning-une-innovation/

Le livre blanc du mobile-learning - Demos - http://www.demos.fr/infos-pratiques/Resource%20Library/livre-blanc-mobile-learning.pdf

Mobile-learning : De la mobilité, à l’univers des objets connectés - Speedernet
http://www.speedernet.fr/medias-publications/livreblanc-speedernet.pdf

L’apprentissage mobile et la réussite des élèves - It’s learning https://itslearning.com/fr/wp-content/uploads/sites/26/2016/09/apprentissage_mobile-livre_blanc.pdf

Mobile Learning First : en quoi le mobile est-il l’avenir de la formation ? - 360°Learning
http://blog.360learning.com/inspiration-mobile-learning/

The mobile learning book - Teach On Mars https://www.teachonmars.com/blog/2017/05/telechargez-le-livre-blanc-the-mobile-learning-book/


[1] N’importe où, n’importe quand avec n’importe quel dispositif

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné