Articles

Le LPC et les Phonèmes Sosies Labiaux (PSL) (Partie 2)

Pouvoir apprendre et faire apprendre avec plus de facilité

Par Virginie Guignard Legros , le 03 juin 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 04 juin 2018

L’arrivée du LPC  (langage parlé complété) fut un grand pas vers le dialogue qui a aidé à l’intégration de personnes sourdes, enfants et adultes depuis 40 ans dans le monde oral des entendants francophones.

Depuis 4 ans est arrivée une méthode enrichie du LPC, intégrant la lecture sur les lèvres et ses sosies labiaux dans l’apprentissage du LPC.

Les codeuses interprètes LPC en Suisse suivent les enfants et les adultes qui en ont besoin tout au long de leur vie, des petites classes jusqu’à l’université et voir dans la vie professionnelle si nécessaire. L’objectif est la compréhension complète des actes de la vie, des actes d’apprentissages et des actes professionnels. Certains n’en n’ont plus besoin au bout de quelques années, d’autres en auront besoin toute leur vie. Pour les parents, c’est acquérir un moyen de communication spécifique pour comprendre et se faire comprendre de leur enfants.

Si l’apprentissage du LPC côté entendants est simple à acquérir, elle l’est moins pour les sourds et les malentendants. Les entendants entendent et en principe n’ont pas besoin de lire sur les lèvres puisqu’ils sollicitent le discours et donc ils en maîtrisent le contexte. Ils lisent les histoires, traduisent les discours… Ils font beaucoup l’intermédiaires pour transmettre des contextes de la vie familiale et autres. Tandis que pour que les malentendants, c’est une nécessité de lire sur les lèvres et de faire appel à la suppléance mentale pour comprendre le message.

L’enfant qui est sourd, qui a envie de communiquer oralement et de comprendre peut être quelques fois complètement désorienté pour intégrer le LPC qui est fait principalement de gestes, que l’on nomme code autour, du visage. On a beaucoup de suite de gestes identiques qui montrent des sons avec des sens différents comme «bain = pas» ou «manteau = bâton». C’est pourquoi la lecture sur les lèvres est primordiale pour distinguer un sens par rapport à un autre.

Les méthodes traditionnelles francophones du LPC ne s’attardent pas sur cette lecture labiale; Pour les enfants sourds, elle s’apprend sur le tas, à force de pratiques. C’est une sorte de “méthode globale” qui est basée sur un apprentissage par coeur du visuel. Or, le par coeur et en particulier le par coeur visuel est connu depuis les années 70 pour faire ressortir des problèmes d’apprentissage, comme la dyslexie par exemple que l’on peut voir les domaines de la lecture et de l’écriture.

Ces méthodes globales visuelles ne conviennent pas non plus aux enfants à haut potentiel qui ont besoin de comprendre ce qu’on leur enseigne et qui peuvent faire des blocages face à un apprentissage du par coeur non intelligible pour eux. Et, chez les enfants sourds, en plus de cette complexité structurelle de la compréhension, on trouve aussi des enfants dyslexiques, des enfants à haut potentiel et d'autres particularités.

Mais, le par coeur fait aussi partie de l’histoire des sourds. Déjà, au 18ème siècle :

  • “Charles abbé de l'Epée : pédagogue français (1712-1789) créateur d'une méthode permettant aux sourds-muets de se faire comprendre et fondateur d'une école où il les accueillait.

  • Roch Ambroise dit « Sicard » : pédagogue français (1742-Paris 1822), entré dans les ordres. Il fut placé à la tête de l'institut des sourds-muets de Bordeaux après avoir été initié à la méthode de l'abbé de l'Epée. Il succéda à celui-ci comme directeur de l'établissement de Paris en 1789.

  • Jean Itard : médecin et pédagogue français (1775-1838), un des premiers à s'intéresser à l'éducation des enfants déficients intellectuels.

Jean Itard ne faisait d'ailleurs aucun mystère des sources de cette méthode inventée par le « citoyen Sicard », professeur aux Sourds-Muets de Paris. Il s'agit dans un premier temps de faire reconnaître l'objet dans son dessin, puis on associe le mot écrit : « On sait que dans l'instruction du sourd-muet, on fait ordinairement succéder à ce premier procédé comparatif un second plus difficile. Après avoir fait sentir, par des comparaisons répétées, le rapport de la chose avec son dessin, on place autour de celui-ci toutes les lettres qui forment le mot de l'objet représenté par la figure. Cela fait, on efface celle-ci, il ne reste plus que les signes alphabétiques. Le sourd-muet ne voit dans ce second procédé, qu'un changement de dessin qui continue pour lui d'être le signe de l'objet.»”

Analyse critique de la Méthode Globale, commission de lecture de l’ARLE -2004 - http://www.arle.ch

Ainsi, l’histoire des personnes malentendantes est liée de très loin dans l’histoire aux apprentissages du par coeur. Hier, les enfants qui ne s’adaptaient pas aux apprentissage visuels par coeur étaient considérés comme simplets ou inadaptés. Aujourd’hui, nous avons plus de connaissances et d’outils qui nous permettent de sortir de ces ornières pour une partie d’entre eux.

Cet apprentissage finit dans beaucoup de cas par se faire, mais au prix de quelles anxiétés. Ce n’est pas nécessaire. Cette méthode innovante est une source d’espoir pour ceux qui étaient en difficulté hier.

Imaginez donc, quel est le taux de suppléance mentale dont doit faire preuve l’apprenant qui n’arrive pas à intégrer l’apprentissage de la lecture sur les lèvres ? Les sosies labiaux imbriqués avec les sosies gestuels (codes LPC semblables) augmentent ensemble le niveau de compréhension à 95 %. On notera pour information que la  lecture labiale seule arrive à un taux de compréhension minimum de 30%.

Aujourd’hui, une nouvelle méthode innovante crée un pont avec l’origine du sens de la création de la méthode du Docteur Cornett en proposant une solution d’apprentissage de la lecture labiale associée aux gestes (code LPC) .

Cette méthode rejoint l’idée d’origine du créateur de la méthode américaine originale le “Cued Speech”, qui avait été créée justement à cause des problèmes d’interprétations des sosies labiaux. Elle est appelée “Une approche ciblée pour maîtriser les Phonème Sosies Labiaux (PSL) avec support théorique de la phonétique articulatoire”. Elle a une approche différente du LPC traditionnel en intégrant en premier lieu un apprentissage expliqué sur l’articulation et ses mouvement labiaux générés. Ainsi, elle permet de prendre conscience des mécanismes de la lecture labiale et de ses sosies, lesquels conscientisés apportent la compréhension de la nécessité de pratiquer le code LPC.

Celle-ci remplace l’apprentissage de type global par une compréhension du discours décomposé en premier lieu par le mouvement de la bouche, puis par le geste. La méthode des Phonèmes Sosies Labiaux peut être enseignée dès le départ ou en cours d’apprentissage si l’autre méthode ne réussit pas. On la trouve sous deux formes :

  • une forme pour les enfants qui est un complément à la méthode d’apprentissage de la lecture qui se nomme “Brochure d’exploitation des gommettes LPC.  Elle est ludique, colorée, vivante.

  • une forme pour les adultes plus technique.  

Cette nouvelle méthode est une source d’espoir :

  • pour comprendre enfin les combinaisons du mouvement labial qui se combinent avec les gestes LPC.

  • pour comprendre l’utilité du LPC qui lève toutes les incompréhensions des apprenants sourds et entendants.

A l’origine de cette méthodologie, une mère d’enfant sourd, une femme qui a été codeuse interprète pendant une trentaine d’années et qui a été confrontée à beaucoup de situations complexes que ce soient des enfants, des adolescents ou des adultes sourds et leur entourage.

“La participation de personnes sourdes, ainsi que de parents d’enfants sourds, au cours que j’anime depuis de nombreuses années, m’a amenée à réfléchir à un mode d’apprentissage qui leur soit mieux adapté.

Ma première préoccupation était de les intéresser à la lecture labiale, de leur expliquer la complexité des sosies labiaux et de leur démontrer que la pratique de la Langue française Parlée Complétée est indispensable pour une bonne compréhension.

Depuis l’an 2000, je travaille à l’élaboration d’une méthode d’enseignement du LPC centrée sur les phonèmes sosies labiaux (voyelles et consonnes). J’ai pu observer que c’est un moyen d’apprentissage performant et captivant, autant pour les personnes sourdes qu’entendantes”.

Source Cours sur l'Approche ciblé pour maîtriser les Phonèmes Sosies Labiaux
de Laure Guyon. Edité par la Fondation Acapella.

C’est Laure Guyon, une suissesse habitant en France qui patiemment a compilé les sosies labiaux pour les classer et les intégrer dans une nouvelle méthode d’apprentissage inédite. Dans la PSL, la formation des sons, la position des lèvres, les gestes LPC, l’intonation, et pour finir les vibrations non-visuelles permettent de distinguer un sosie par rapport à un autre. Comme [ʃ] “che”qui n’est pas sonore alors que [ʒ] “Je” l’est.

La méthode PSL (Phonème Sosies Labiaux) va mettre en avant la forme des lèvres ouvertes étirées, ouverte écartées, projetées mi-ouvertes, projetées arrondies, pour les voyelles prononcées et les 12 formes de la bouches suivant les consonnes prononcées.

Les  8 gestes de la main correspondent à un nombre de doigts définis pour représenter les 21 sons consonnes et semi-consonnes et aux 5 positions des mains autour du visage pour les 14 voyelles de la langue française. Ces positions et cette déclinaison de nombre de doigts viennent compléter et préciser cette image labiale. Notre jeu de dominos traditionnel s’est enrichi avec les PSL et vient affiner la compréhension des personnes malentendantes et sourdes.

La question à été posé à Laure de savoir quelle sont les avantages et inconvénients de la méthode traditionnelle et de la méthode des Phonème Sosies Labiaux ? C’est en partie pour répondre à cette question que j’ai écrit ces deux articles. J’espère avoir pu donner un éclairage nouveau sur l’usage de ces deux méthodes.

Merci Laure pour ta gentillesse et le temps passé avec moi pour me présenter ta méthode afin que je l’a mette au grand jour par cet article.

Cette méthode a été présenté à Paris et en Belgique et mérite d’être connue auprès des parents et professionnels qui sont face à des difficultés d’apprentissage du LPC pour une personne sourde ou malentendante voire entendante. Je conseille de commencer avec la nouvelle méthode pour tous les enfants qui est très bien faite et qui est lumineuse pour tous les petits bouts. Pour les adultes, c’est au choix, selon comment on se sent avec les apprentissages.

Source de l’image : ra2 studio sur https://stock.adobe.com

Pour commander les méthodes pour adultes ou enfants : [email protected]

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné