Articles

Quand langue et musique s'accordent en douceur

Deux systèmes plus proches qu'il n'y parait...

Par Sandrine Bédard , le 15 octobre 2018

« La voix est la musique de l’âme », ainsi parlait Barbara, auteure-compositrice-interprète française du XXe siècle (notamment connue pour son grand succès «L’aigle Noir»).

Ces quelques mots laisseraient donc penser que c’est en nous exprimant dans une langue que nous transposons nos sentiments et nos idées profondes à l’extérieur, pour qu’elles soient entendues, voire écoutées.

Mais peut-on concrètement établir un lien entre langue et musique ? Peut-on parler de processus identique ? Notre intonation est-elle la même quand nous passons d’une langue à l’autre ?

Langue et musique, un même combat

Avez-vous déjà essayé d’apprendre à jouer d’un instrument de musique ? Avez-vous déjà essayé d’apprendre une langue étrangère ? Si vous lisez cet article, sans doute que oui ! Si vous vous êtes déjà retrouvés dans ces deux situations, prenez un peu de recul et réfléchissez. À bien y penser, n’est-ce pas le même processus ?

Dans l’apprentissage de la musique, on doit percevoir des structures (notes), des tonalités, une harmonie pour finalement être apte à déstructurer une composition musicale (partition).

Dans l’apprentissage d’une langue, on retrouve ces mêmes structures (mots), ces mêmes tonalités (accentuations), cette même harmonie qui font que l’ensemble des mots créent des phrases de par leur syntaxe. Le mot lui-même est alors identifié comme un son connu et, outre la mémoire, c’est bien d’une capacité musicale à laquelle on aura recours dans l’élaboration de notre langage.

Les professeurs de musique sont d’accord (sans jeu de mots !) :

« Ce qui est commun dans l’apprentissage des langues et de la musique, c’est l’élargissement du spectre auditif : on affine la reconnaissance des sons. L’oreille est comme un élastique : plus on la travaille, plus l’élastique s’étend. La musique favorise la perception des sons, et par conséquent permet de mieux appréhender un son étranger ». 

Le mythe de l’oreille musicale n’en est donc pas un : cette gymnastique mentale permet d’isoler les sons pour mieux les retenir. Ainsi sera-t-il plus aisé à un musicien d’appréhender une nouvelle langue par le fait de pouvoir mieux identifier les différents sons qui lui sont inhérents. Un contre-exemple sera plus évident : il est très difficile pour un non-initié (comprenez par là : sans oreille musicale) de faire la différence entre les sons AN et IN en français, par exemple, alors que pour un musicien, la simple résonnance musicale de ces deux sons est flagrante.

L’intonation en question

On ne le répètera jamais assez, dans les langues, l’accent et la bonne prononciation sont prépondérants, c’est pourquoi il faut bien s’exercer à prononcer les mots et pour cela, à bien assimiler leur musique et leur tonalité.

Un exemple flagrant ? Prenez deux personnes, une Québécoise et l’autre, Française. Tous les deux ont pour première langue le français, bien sûr, mais devinez qui se fera mieux comprendre en langue anglaise ? Certes, les Français sont réputés pour avoir un accent anglais désastreux, et ce, en dépit de leur maîtrise de la grammaire et du vocabulaire anglais. Pas de la prononciation. Et nos amis Canadiens francophones alors, pourquoi eux y arrivent-ils ? Simplement parce que le plus souvent du temps, les cours d’anglais sont donnés par des natifs anglophones (proximité des autres provinces), sans oublier l’importance des médias (presque toutes les publicités au format papier sont bilingues, plusieurs chaines de télévision et radios bilingues…) qui jouent un rôle important en plus du contexte géographique… ça aide !

Je vous avouerai même que mon anglais n’a jamais été aussi bon depuis que je vis au Québec, et pourtant j’ai maintes fois voyagé en Angleterre, que ce soit pour les loisirs ou les séjours linguistiques ! La sonorité et la musique linguistique, il n’y a que ça de vrai !

Mais peut-on y voir un phénomène linguistique musical vraiment ? Oui !

Langues et fréquences hertziennes

Sans doute avez-vous déjà vu des vidéos de célébrités s’exprimant dans une langue différente de la leur, il est facile sur Internet de découvrir des vidéos des hommes politiques Vladimir Poutine parlant français, Emmanuel Macron parlant anglais, Manuel Valls parlant espagnol, Daniel Cohn-Bendit parlant allemand, ou encore des stars du grand écran comme Jodie Foster, John Malkovich, Johnny Depp ou Jane Fonda. Aviez-vous remarqué que leur voix dans leur langue maternelle n’est pas exactement la même que celle dans laquelle ils s’expriment en langue étrangère ? C’est un fait observable ! 

Cela s’explique par les « bandes passantes », ou champs fréquentiels, mesurés en hertz, propres à chaque langue. Ainsi, le français sera-t-elle une langue médium (entre 1.000 et 2.000 hertz), alors que l’anglais tirera vers les aigus (entre 2.000 et 12.000 hertz), contrairement à l’allemand et au chinois qui auront des fréquences graves (entre 100 et 2.000 hertz), voire très graves pour l’espagnol (entre 100 et 500 hertz), alors que le russe apparait comme la langue avec la plus grande amplitude fréquentielle (entre 100 et 8.000 hertz). Les russophones seraient donc les plus enclins à apprendre aisément une langue étant donné l’importance de leur prisme linguistique fréquentiel qui leur permet de mieux identifier les sons très aigus et très graves.

De la musique à mes oreilles !

Pour conclure, on peut donc affirmer que musique et langue sont donc intimement liés. Certes, si c’est avant tout avec nos articulations (mâchoire, langue, larynx, lèvres) que nous parlons, c’est bien chaque langue qui est construite sur la base d’une articulation distincte, ce qui cause des variations. Ces variations sont basées sur un spectre auditif qu’on peut rapprocher à celui d’une musique.

Le grand philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804) avait dit « la musique est la langue des émotions », mais la langue n’est-elle pas aussi la musique de l’âme, comme le disait Barbara, deux siècles plus tard ? La boucle est bouclée…

Illustrations : Des fréquences différentes selon les langues,
Top 10 des stars qui parlent super bien français
Apprendre une langue en musique

Sources

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur