Articles

Le serious game pour évaluer la prise de décision en ingénierie

Est-ce mieux de jouer que de répondre à un problème écrit?

Par Alexandre Roberge , le 29 octobre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 29 novembre 2018

Le jeu séreux en éducation aété utilisé de multiples façons. Les plus élémentaires donnaient l’occasion de réviser des concepts appris en cours. Certains titres en inculquent davantage sur des principes, qu’ils soient scolaires, sociaux ou environnementaux alors que d’autres permettent plutôt de pratiquer des compétences acquises au fil du temps, comme des simulateurs dans différents métiers. Que ce soit les chirurgiens qui peuvent simuler des manipulations délicates sans risquer de tuer une personne ou les réparateurs expérimentant avec de coûteuses machines des techniques de réparation, le tout sans risque de catastrophe.

Or, le jeu peut être une façon de tester les capacités de décision. N’importe quel joueur de jeu de stratégie ou de gestion pourra affirmer comment chaque geste et décision aura des impacts sur la partie. Quelqu’un qui analyserait de l’extérieur une session de jeu pourrait vite comprendre les différentes personnalités des joueurs. Et cela n’est pas passé inaperçu aux yeux des professeurs, particulièrement dans les facultés d’ingénierie. En effet, on demandait déjà aux étudiants de devoir répondre à des situations posées, l'étape suivante s'est imposée d'elle-même : s'intéresser à l’usage de jeux sérieux (Universté de Cambridge) au lieu de problèmes écrits.

Adapter un problème en jeu

Dans leur étude publiée à la fin de septembre 2017, les chercheurs ont voulu comparer les différences entre les deux méthodes pour traiter la question de coût irrécupérable (sunk cost) et comment les décisions sont prises en conséquence. Ils ont ainsi fait deux expériences. La première concernait l’établissement d’un module d’habitation sur Mars. Or, une autre entreprise annonce déjà un modèle peut-être plus intéressant. Investissent-ils quand même ou laissent-ils tomber? Dans ce cas, le groupe se servant d’un serious game devait placer des fonds dans le module tout en ayant des informations sur la compagnie rivale. La question du sunk cost reste donc abordée.

Le deuxième scénario est qu’une compagnie de forage pétrolier a commencé à investir dans un lieu où percer. Or, il rencontre une poche de granit que la tête de la foreuse actuelle ne peut rompre. Une entreprise peut en vendre une plus solide mais pour cela il faudrait donner le reste du budget disponible pour cet endroit. Faut-il donc continuer le forage ou investir ailleurs? La version jeu de ce scénario proposait en plus quelques décisions supplémentaires déjà pour s’habituer à l’interface et ajouter plus d’interactivité. En fin de partie, le joueur pouvait voir l’impact de ses choix sur le profit net.

Le jeu sérieux, outil de pédagogie en ingénierie

La recherche en tant que telle n’est toutefois pas très concluante. Ils n’ont pas perçu de réelles différences entre les deux approches à cause du faible nombre de participants et aussi du fait que le jeu est plus difficile à analyser. En effet, il est plus facile de comprendre si les gens répondent oui ou non sur un questionnaire plutôt qu’un jeu où de multiples petites décisions peuvent mener à une issue. Or, cela est beaucoup moins clair et plus ardu à étudier qu’un problème écrit avec deux possibilités. Néanmoins, les chercheurs n’en viennent pas à l’idée que le serious gaming est une mauvaise approche en ingénierie. Au contraire, il y a un potentiel selon eux mais il faudra plus d’études à plus grande échelle pour noter les effets sur les étudiants.

De toute façon, il semble que le milieu de l’ingénierie voit d’un très bon œil l’approche de serious gaming dans les études et la prise de décision. Par exemple, l’université de Wageningen travaille sur un projet de jeu sérieux fort intéressant. En effet, si différents secteurs peuvent travailler en silo, sans s’intéresser les impacts sur d’autres domaines, leur projet comprenant le serious game pourrait plus facilement montrer comment une décision d’ingénierie pourrait affecter les localités, l’environnement, l’énergie nécessaire, etc. Une interconnexion appelée le Nexus qui pourrait inspirer la gestion de projet dans l’avenir.

En France, un jeu sérieux expérimental est utilisé afin de montrer aux futurs géologues et ingénieurs civils les difficultés d’assurer la protection d’un milieu menacé par les flots. Les résultats préliminaires semblent démontrer des signes encourageants de l’utilisation du jeu dans ce type de formation. Mais il manque encore de comparatif avant de faire une conclusion plus générale. Il faudra donc voir dans le futur la place du jeu dans l’évaluation de la prise de décision.

Références

« SIM4NEXUS : Serious Gaming for Better Decisions. » WUR. Dernière mise à jour : 22 mars 2018.
https://www.wur.nl/en/newsarticle/SIM4NEXUS-serious-gaming-for-better-decisions.htm.

Taillandier, Franck, and Carole Adam. « Games Ready to Use: A Serious Game for Teaching Natural Risk Management. » Sage Journals. Dernière mise à jour : 19 avril 2018.
http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1046878118770217?journalCode=sagb.

Vermillion, Sean D., Richard J. Malak, Rachel Smallman, Brittney Becker, Michale Sferra, and Sherecce Fields. « An Investigation on Using Serious Gaming to Study Human Decision-making in Engineering Contexts | Design Science. » Cambridge Core. Dernière mise à jour : 25 septembre 2017.
https://www.cambridge.org/core/journals/design-science/article/an-investigation-on-using-serious-gaming-to-study-human-decisionmaking-in-engineering-contexts/75C2D03C12623C1B98CC4CBAA04D774B.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné