Articles

De l'effet Pygmalion à l'effet golem

Les aprioris des enseignants ou patrons et leurs effets sur la performance

Par Alexandre Roberge , le 11 novembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 12 novembre 2018

Les enseignants peuvent être beaucoup de choses pour les élèves. Ils sont les porteurs du savoir, les évaluateurs des acquis, les guides de ceux qui ont des difficultés et les « cheerleaders » pour que tout ce petit monde soit motivé de continuer à apprendre. Or, ils sont aussi des miroirs plus ou moins déformants dans lesquels les jeunes s’observent. En effet, sans le savoir, les attitudes et approches d’un professeur vont avoir un impact direct sur les résultats.

Cela peut être en bien. La plus vieille étude à ce sujet et la plus citée est celle de Robert Rosenthal qui avait démontré dans les années 60 l’effet Pygmalion. À la manière du sculpteur chypriote qui tombe amoureux de son œuvre qu’il juge la femme parfaite, les enseignants peuvent projeter sur certains enfants leurs à prioris. En effet, les expériences ont montré que les élèves perçus comme intelligents par le corps professoral auront tendance à avoir de meilleures notes que ceux considérés comme « cancres ». Cette projection a donc le côté Pygmalion qui change les bons élèves en extraordinaires jeunes gens réussissants et positifs. Mais, à l'inverse, il peut aussi avoir un effet dévastateur.

L'impact des étiquettes

L’effet golem serait cette prophétie autoréalisatrice comme quoi les mauvais élèves vont forcément avoir toujours tort. Ce maître de conférences en psychologie sociale l’explique par un exemple fort clair. Supposons qu’un enseignant demande à deux élèves, Francis et Maxime, de répondre à une question posée. Les deux commettent une erreur dans leur réponse. Or, Francis est perçu comme un très bon apprenant par son instituteur. Il aura donc un commentaire plus positif envers lui : « Malheureusement, tu t’es trompé. Réessaie et je suis certain que tu y arriveras! » Par contre, pour Maxime qui est vu par lui comme le bonnet d’âne de la classe, la répartie risque d’être plus sèche du type : « Encore une fois, tu as tort Maxime! Il faudrait peut-être réviser ta matière et bien compléter tes devoirs! »

Si l’expérience de Rosenthal est perçue comme controversée par certains de ces choix déontologiques, il n’en demeure pas moins que beaucoup de spécialistes notent ces biais inconscients sur chaque apprenant et les effets qu’ils ont sur leur parcours scolaire. Les étiquettes restent et parfois elles se basent sur des éléments extérieurs qui n’ont rien à voir avec la réalité. De plus, on sait qu’en psychologie, plus une personne renforce une idée négative d’elle-même, plus elle va conforter consciemment ou non cette idée. Un cercle vicieux difficile à briser une fois qu’il est établi. Voilà pourquoi enseignants et parents doivent faire attention aux propos dits aux enfants. Cela ne veut pas dire ne pas sermonner les mauvais comportements mais de bien choisir ses mots et d’éviter les termes péjoratifs.

Un effet similaire en milieu de travail

Cette tendance se produit aussi dans la sphère professionnelle. Les cadres peuvent être touchés par ce qu’on appelle le syndrome de l’échec programmé. Ainsi, ils vont se mettre à douter d’un ou de plusieurs de leurs employés. Donc, ils risquent de surveiller davantage ces « maillons faibles » de l’entreprise. Ceux-ci vont sentir la surveillance et croire qu’ils sont effectivement mauvais ce qui va se refléter dans leurs actions et offrir un biais de confirmation. Un cercle vicieux qui va envenimer les relations professionnelles et le climat de travail. En effet, un dirigeant atteint de ce syndrome va souvent aussi se mêler du management, ajouter plus de tâches routinières pour éviter les erreurs, etc.

Hélas que ce soit à l’école ou au bureau, il n’y a qu’une solution : se rendre compte de ce motif comportemental et l’arrêter. Oui, un directeur peut émettre des doutes sur ses employés mais son approche peut autant les aider à se perfectionner qu’à envenimer la situation. Alors, il doit prendre du recul et trouver des façons plus positives d’améliorer les choses. Du côté des enseignants, ils doivent éviter d’accoler des étiquettes et amener des rapports plus chaleureux avec tous ceux dans sa classe. Parfois, le ton et les regards peuvent être plus révélateurs que les mots. Il doit aussi travailler sur les attentes qu’il a de ses élèves. Il doit être en mesure de croire à ses élèves et leur assigner des buts clairs et atteignables. Cela stimulera davantage les apprenants et contrera le pernicieux effet golem.

Illustration : pedrosimoes7 on Foter.com / CC BY

Références

Bernstein, Rebecca. "Business Psychology: Golem Effect Vs. Pygmalion Effect." BUonline. Dernière mise à jour : 14 décembre 2017.
https://online.brescia.edu/management-news/golem-effect-vs-pygmalion-effect/

Brazeau, Frédéric. « Quand Pygmalion Rencontre Hattie. » Les Faits Enseignants. Dernière mise à jour : 9 octobre 2017.
https://lesfaitsenseignants.blog/2017/10/09/quand-pygmalion-rencontre-hattie/

Delouvee, Sylvain. « Qu’est-ce Que L’effet Pygmalion ? » Apprendreaapprendre.com. Dernière mise à jour : 15 mai 2018.
https://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/effet-pygmalion-2/

« Le Syndrome De L’échec Programmé Ou Quand Les Cadres Démotivent Les Employés. » Cadreo. Dernière mise à jour : 20 novembre 2017.
https://www.cadreo.com/actualites/dt-syndrome-echec-programme-managers-echec

« Le Syndrome De L’échec Programmé Ou Comment Démotiver Ses Salariés. » RSE-Pro. Dernière mise à jour : 8 décembre 2017.
https://rse-pro.com/syndrome-de-l-echec-programme-7102

« Les Mots Font Mal. Pourquoi Il Est Temps D’arrêter Les étiquettes Négatives Pour Décrire Nos Enfants. » Lesapprentisparents. Dernière mise à jour : 15 octobre 2017.
https://lesapprentisparents.fr/2017/10/15/les-mots-font-mal-pourquoi-il-est-temps-darreter-les-etiquettes-negatives-pour-decrire-nos-enfants/

« Qu’est-ce Que L’effet Golem ? » Choses à Savoir. Dernière mise à jour : 25 juillet 2018.
https://www.chosesasavoir.com/quest-leffet-golem/

Robert, Aouatif. « Le Poids Des étiquettes : Je Ne Suis Pas Ce Que Tu Penses De Moi. » Coaching, Soutien Psychologique, Développement Personnel, Hypnose à PARIS. Dernière mise à jour : 29 novembre 2017.
https://www.psytherapieparis.fr/2017/11/29/le-poids-des-%C3%A9tiquettes-je-ne-suis-pas-ce-que-tu-penses-de-moi/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné