Articles

La classe inversée 4.0 - Partie 2 : de LA classe inversée aux ClasseS inversées

Témoignages sur les classes inversées

Par Virginie Guignard Legros , le 11 novembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2018

L’histoire des classes inversées est bien celle d’une innovation pédagogique devenue disruptive, tel son pendant dans la sphère du management avec l’aventure de l’intelligence collective. Je vous propose de lire des témoignages d’acteurs connus ou inconnus de l’aventure des classes inversées.

“Les dispositifs pédagogiques de classes inversées sont apparus,

il y a quelques années, dans le panorama des dispositifs pédagogiques (des stratégies pédagogiques). Pour ma part, après une brève allusion sur ce Blog dès 2011, j’en parlais déjà dans une causerie avec mon collègue et ami Christophe Batier lors du Congrès AIPU 2012 (Association Internationale de Pédagogie Universitaire) tenu au Québec à l’Université de Trois-Rivières.

Le propos (un peu provocant certes) concernait ce que j’ai appelé plus tard « La classe inversée » avec le slogan « Les leçons à la maison, les devoirs en classe ». Comme bien souvent dans les processus d’innovation, ce concept, cette idée initiale (issue de pionniers créatifs … on cite Eric Mazur, Jonathan Bergmann & Aaron Sans …) allait se transformer et s’adapter dans un processus progressif d’appropriation par les enseignants et formateurs pour devenir une véritable « tête de pont » de l’innovation pédagogique voire une pratique de plus en plus institutionnalisée ; en cela, l’innovation ressemble à un processus d’apprentissage à large échelle (des idées déjà-là en l’état embryonnaire, encore imparfaites qui vont se transformer par « assimilation et accommodation »).

Un peu plus tard en 2016, je démontrais le large éventail de pratiques effectives sous la seule dénomination « Classe inversée » : c’est ainsi que je proposais de parler plutôt « des classes inversées » avec un éloquent pluriel”.

Source : blog de Marcel LeBrun http://lebrunremy.be/WordPress/

La classe inversée, c’est aussi une nouvelle posture pour le professeur qui doit se renouveler dans la façon dont on lui a enseigné ses propres apprentissages. Avant il était la source de l'attention dans un contexte de classe magistrale où les savoirs sont descendants. Avec la classe inversée, les schémas sont différents. Les élèves vivent des dynamiques différentes, voire peut-être vont-ils participer à la construction du savoir. Mais surtout, le professeur devient un accompagnant, un facilitateur d’apprentissage et non plus Le Professeur.

Qu’en disent les enseignants qui se sont lancés dans l’aventure ? Voici l’exemple d’un professeur de maths qui cherchait au départ une solution pour gérer des classes de 30 élèves avec des niveaux hétérogénes.

Des capsules “Faites maison” pour plus de confiance des élèves

“Après avoir entendu une courte émission à la radio sur la classe inversée, il s’est mis à faire des recherches sur internet et a trouvé déjà quelques enseignants qui la pratiquaient en mathématiques et notamment Annick Arsenault Carter qui l’a beaucoup inspiré”.

Christophe le Guelvouit “a alors eu l’idée de créer des capsules vidéo que les élèves regardent à la maison. « Ensuite, en classe, nous revenons sur les capsules si il y a des questions, on les revoit puis on enchaîne rapidement sur les exercices ».

Ce fonctionnement lui libère du temps pour faire des tâches complexes par exemple et individualiser le travail pour les élèves qui en ont besoin.

Cet enseignant crée lui-même ses capsules pour 95% de sa production et utilise quelques ressources qu’il peut piocher à l’extérieur.

« Je fais mes capsules car j’ai constaté, en discutant avec les élèves, qu’ils avaient besoin de ce rapport au prof ; ils reconnaissent mon écriture et ma voix et donc ils retrouvent dans la vidéo, la confiance et le crédit que je leur apporte».

Les capsules de Christophe oscillent entre trois et quatre minutes, car « au-delà, les élèves décrochent».”

La classe inversée : la solution pour gérer des classes surchargées et hétérogènes ?
par Aurélie Julien - 2015
http://www.ludovia.com/2015/10/la-classe-inversee-la-solution-pour-gerer-des-classes-surchargees-et-heterogenes/

Cette façon de faire et d’être en tant que professeur n’est pas nouvelle. C’est la même posture qui était adopté par les enseignants des Arts Martiaux au Japon, il y a 500 ans. Pour construire l’homme et la femme de demain, soyons un modèle, accompagnons l’élève et laissons de côté la posture traditionnelle dominante.

« Le professeur est là pour accompagner l’élève,...

...pour l’aider à apprendre et à expérimenter. La posture d’échec est le pendant de celle de la réussite. A chaque gagnant, il y a un perdant. Aucun des deux n’est plus important que l’autre. C’est une symbiose nécessaire. Le professeur maîtrise son sujet et s’en sert rigoureusement, professionnellement pour aider l’étudiant à se construire par la bienveillance. La notion de modèle est essentiel pour la réussite de l’enseignement, mais surtout pour créer un nouveau professeur qui à son tour transmettra des enseignements. »

Source : Favoriser l'agilité de la pensée pour obtenir la mobilité des actions
par Virginie Guignard Legros - 2018 - https://cursus.edu/articles/41266

Pour l’étudiant aussi, c’est une voie vers une relation nouvelle avec son professeur. Plus de co-constructions, plus de recherches, de temps de partages, d’exercices appliqués… Nous allons vers une évolution sociétale avec toutes ces nouvelles façons de faire, d’être, toutes ces compétences qui deviennent le centre des savoirs.

“Et, si la pédagogie de demain consistait à valoriser l’identité de l’enfant...

...qui confronté aux autres identités des autres vont chacuns enrichir le monde de l’autre par leurs différences créatrices et renouveler les bases de données des savoirs ?”

Source : Et si nos pédagogies se transformaient en des boîtes à surprise ?
par Virginie Guignard Legros - 2018 - https://cursus.edu/articles/41313

Aujourd’hui, 4 ans plus tard, l’idée fait son chemin et s’enracine dans les esprits et les pratiques. Aujourd'hui, une plateforme expérimentale est mise à disposition des enseignants qui veulent tenter l’aventure.

“La plateforme numérique Next-Lab...

...fournit à l’enseignant un outil innovant pour concevoir ses propres scénarios d'apprentissage, les partager avec ses élèves et suivre leur travail.  Elle offre la possibilité de cloner et/ou d’amender des séquences pédagogiques construites selon six scénarios éprouvés d’apprentissage par investigation. De plus, elle fournit à l’élève un espace numérique de travail en classe ou à distance.

Cette formation permet d’acquérir les compétences pour créer en autonomie un cours ou adapter l’un de ceux déjà proposés en ligne. Plus de 1000 scénarios y sont accessibles dans plusieurs langues. Next-Lab propose, en outre, une gamme variée d'outils numériques sur des sujets scientifiques, comprenant des centaines de laboratoires virtuels, des applications et des espaces d'apprentissage par investigation.

...projet de recherche européen Next-Lab, cofinancé par la Commission européenne, dans le cadre du programme Horizon 2020”.

Agenda de l'ENS de Lyon - 2018
http://www.ens-lyon.fr/evenement/education/formation-next-lab-plateforme-numerique-de-cours-et-de-classes-inversees

Revenons sur la classe inversée, cette nouvelle façon d’apprendre à nos enfants. Qu’a-t-elle de plus ? Que va-t-elle nous apporter demain ?

“La classe inversée interroge la place du travail hors classe"

Sortir des apprentissages traditionnels et du «par coeur» ouvre des perspectives sur une nouvelle qualité des apprentissages et des résultats obtenus grâce aux pédagogies co-créatives. Face aux enjeux de la place de l’humain face à la machine, peut-être sommes-nous au début d’une révolution scolaire qui vient à la suite du changement de paradigme sociétal que nous sommes en train de vivre ?

"La lecture du dernier dossier de veille de l’IFE aborde ce sujet des représentations et enjeux du travail personnel de l’élève.

En effet, dans une logique de pédagogie inversée, l’enseignant ne demande plus ‘où s’est-on arrêté la dernière fois ?’ mais plutôt ‘qu’avez-vous appris, découvert ou re-découvert depuis la dernière fois ?’.

Ainsi, on se centre sur l’élève et son activité d’apprentissage, quel que soit le lieu de sa réalisation. Cette démarche nous fait entrer (élèves et enseignants) dans un continuum d’apprentissage où l’enseignant guide l’élève pour lui faire découvrir les méthodes efficaces pour apprendre : prise de note, carte mentale, analyse réflexive, recherche documentaire, analyse critique, etc.C’est toute la méthodologie d’apprendre à apprendre qui peut se mettre en place en adoptant ce type de pratiques.

Cette logique permet de s’appuyer sur le contenu du programme pour développer des compétences de haut niveau : argumentation, esprit critique, collaboration, synthèse, apprendre à apprendre, etc.”

La classe inversée n’est pas qu’une mode, c’est un bouleversement !
par jackdub - 2016https://prodageo.wordpress.com/2016/08/26

Quels en sont les avantages pour les élèves ?

“Un modèle plus humain

Les avantages de ce modèle sont multiples, mais le principal est la liberté qu’il procure. Il est libérateur pour les élèves car ils ne sont plus contraints à rester assis en silence durant des heures, ils peuvent désormais “vivre” en classe et avoir des échanges riches avec le professeur et les autres élèves.

Ce modèle est aussi libérateur pour le professeur, qui n’est plus obligé de répéter encore et encore les mêmes leçons à des classes endormies ou agitées, et qui a enfin du temps pour discuter directement en tête-à-tête ou en petits groupes avec ses élèves. Il prend alors un rôle de tuteur, à leur côté et toujours disponible, ce qui lui permet de mieux les découvrir et de les comprendre. Il peut adapter son aide en fonction de chacun et son travail en devient plus efficace.

C’est aussi plus gratifiant car les élèves le considèrent maintenant comme un pair toujours prêt à les aider plutôt que comme une figure autoritaire. Les relations sont donc plus détendues et les résultats scolaires s’en trouvent amélioré”.

Source : http://www.classeinversee.com/presentation/

“Redonner l’envie d’apprendre

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, le concept de classe inversée mérite qu’on s’y intéresse. Notre ancien modèle était justifié quand nous n’avions pas d’autre moyen pour transmettre les connaissances, mais maintenant que les technologies nous le permettent, il n’a plus de raison d’être.

Il est temps de prendre du recul et de repenser l’éducation. Les technologies sont devenues omniprésentes, alors soyons pragmatiques : plutôt que de chercher à les interdire en classe, utilisons leur potentiel et redonnons à nos élèves l’envie d’apprendre”.

CF: http://www.classeinversee.com/presentation/

Renouer le dialogue entre l’école et les parents

“Le visionnage des capsules vidéos peut se faire et par les enfants et par les parents. C’est aussi l’occasion d’associer le parent aux devoirs et de réactiver certaines connaissances oubliées ou mal acquises. Plutôt que d’utiliser des termes qui ne sont pas toujours les bons, les parents peuvent ainsi épauler leurs enfants en utilisant le vocabulaire adéquat et éviter ainsi de marquer la différence entre ce que l’on apprend à la maison et en classe”.

Source : La classe inversée : "Paroles de .... parents"
par Elodie Lestonat - 2015 - Thot Cursus -
https://cursus.edu/articles/34115

«La classe inversée n’est pas une mode, mais une remise à l’endroit»

...selon Madame Becchetti Bizot, les classes inversées permettent d’interroger la relation au savoir. Il ne s’agit plus d’enseigner, mais de mettre en place des situations dans lesquelles l’élève peut apprendre. Comment utiliser au mieux le temps de présence de l’enseignant auprès des élèves? Dans ce sens, les classes inversées permettent de mettre véritablement l’apprenant au centre de la classe et des interactions entre l’enseignant et lui".

CLIC! Le congrès de la classe inversée !
par Mathieu Moser - 2016 - https://www.resonances-vs.ch

Ce sont  les élèves décrocheurs qui aujourd’hui bénéficient le plus de ces mutations. C’est eux d’ailleurs qui posent soucis aujourd’hui. La classe en redevenant, espace de vie, de création, d’attention à l’autre et à la différence, ouvre-là une porte vers une Ecole 4.0, une école du futur avec pour objectif le meilleur pour tous.

Ce coulissement de la façon d’enseigner du savoir intellectuel vers le savoir appliqué est aussi une façon de valoriser la richesse des différences en classe selon un principe d’équité.

Source image : Pixabay pravny

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné