Articles

Bouleversements pédagogiques

Les contenus, les processus et le sens des apprentissages en mouvement

Par Denis Cristol , le 25 février 2019

Source Pixabay

L'outil d'analyse

Lorsqu'il y a plus de 16 ans j'ai entrepris de me former au coaching chez Transformance Coach and Team (pour les initiés je suis CT22), j'ai découvert de nombreux outils, dont l'un que je trouve toujours aussi pertinent pour appréhender la "réalité" qui se présente à moi.

Il s'agit de saisir les phénomènes par leur contenu, les processus dans lesquels ils se situent et le sens qu'ils revêtent. Cette grille de lecture a le mérite d'être à la fois simple et éclairante. Elle fonctionne pour décrypter les situations de coaching. Je l'applique aujourd'hui pour cerner les bouleversements pédagogiques et identifier ce qui se transforme en matière de contenu, de processus et de sens en matière d'apprentissage ?

Des contenus d'apprentissage à dimensions multiples

Données, informations, savoir, sagesse, c'est la vision organisée d'un continuum d'opérations de cognition qui raffine progressivement un bruit de fond pour aller vers le plus essentiel chez les humains : la sagesse. L'accès à cette sagesse pourrait bien être perturbé car tout d'abord, beaucoup de données gênent la construction d'informations fiables. C'est comme une ébullition de données, une soupe dont seuls certains sont capables de donner de la valeur à l'aide d'algorithmes puissants.

Ensuite de nombreuses informations mises à disposition sont relatives, voire trompeuses (fake news); la consolidation de données en informations situées et utilisables requiert une intelligence informationnelle et des savoir-faire jusqu'alors inédits. Enfin les savoirs oscillent entre logique de prédation (par exemple le vivant breveté par des firmes sans scrupules, type Monsanto) et logique d'ouverture (exemple creative commons issu du monde des logiciels libres). Là encore, atteindre la sagesse est troublée par nombre d'incertitude, de variabilité, d'indécisions et de dangers (le monde VUCA décrit à l'origine par les militaires américains).

Accéder à la sagesse et faire preuve de discernement s'avère par conséquent une prouesse. Dans cette situation d'abondance, le continuum allant des données à la sagesse change de nature. Il est marqué par une nécessité de plus d'interdisciplinarité pour analyser sous divers angles les données et recouper les informations et par la possibilité accrue d'identifier des liens faibles entre faits dispersés sans tomber dans la maladie du causalisme. Le numérique offre en effet une possibilité de rapprochement de données éparses ou d'apparence disjointe. Cette possibilité apporte une nouvelle dimension comprenant d'une part la profondeur et le détail des données abondantes et d'autre part la surface et l'étendue du réseau par lequel accéder aux données.

Il nous est promis avec les ordinateurs quantiques une puissance de calcul jusqu'alors inconnue. Il est trop tôt pour dire si le génie artificiel débouchera sur une sagesse artificielle. Apprendre dans ce magma de données revêt plus de la pratique du vulcanologue que de la science de la glisse du surfer chère à de Rosnay. Il s'agit donc d'investir dans de nouvelles humanités numériques. Construire ces humanités c'est revoir toutes les données, toutes les informations, tous les savoirs et toutes les sagesses du passé à l'aune du potentiel numérique; c'est apprendre à les croiser et à les rendre accessibles jusqu'à ce qu'un individu dispose d'un socle commun de savoirs minimum, partagé avec ses semblables pour communiquer avec eux. Face à cette masse de contenus, apprendre devient plus que jamais un acte d'orientation, de choix, de lien qui oblige chacun à se positionner au risque de subir les décisions des autres et de se transformer soi-même en donnée. Enseigner consiste toujours à assurer une médiation et s'enrichit d'un effort pour cartographier et se diriger sur le volcan informationnel. La construction des contenus est bouleversée.

Des processus dont on comprend mieux la complexité

Il n'y a assurément pas plus de complexité aujourd'hui qu'hier. Les phénomènes naturels et sociaux étaient déjà présents, même si nous ne disposions pas de moyens pour les appréhender. Par contre notre compréhension du monde s'est significativement améliorée. Un peu comme si dans une vision fractale du monde on passait de la surface à la profondeur dans les phénomènes observés.

Nous sommes en mesure de chausser de nouvelles lunettes et d'aborder une complexité que l'on ne savait aborder. La complexité que l'on peut définir comme un nombre élevé d'éléments en interaction est à la fois un risque parce que les savoirs sont densifiés et du coup perturbent les décideurs car il y a plus de paramètres à prendre en compte, mais également une opportunité d'innovation car les orientations possibles sont nombreuses.

En pédagogie l'enrichissement des interactions et donc des processus d'apprentissage prend de multiples formes. Au-delà de la seule transmission maître-élève en classe les processus pédagogiques incorporent de façon croissante :

  • multi modalité (présentiel/distanciel),
  • apprentissage sociaux informels et diffus,
  • pairagogie,
  • numérique collaboratif,
  • formation en situation de travail.

Une variété d'interactions est prise en compte. Depuis plus de 40 ans l'injonction de l'apprenant auteur de ses apprentissages est annonée, et désormais cette idée semble plus réalisable avec un environnement numérique qui pousse à l'autonomie notamment grâce à des ressources de plus en plus nombreuses et qualitatives.

La compétition entre la parole d'autorité (maître, gouvernants, dirigeants) et les sources en ligne est engagée et perturbe l'écoulement du savoir du maitre vers l'élève. D'aucuns évoquent une wirearchy ou connectarchie. Dans l'entreprise traditionnelle toute information et tout arbitrage remonte au chef. Dans les organisations actuelles des liens multiples opèrent avec l'extérieur et il existe de nombreuses porosités. C'est exactement la même chose en matière éducative : des porosités opèrent et l'école n'est plus un sanctuaire ou une île inatteignable par ce qui se déroule à l'extérieur. Celui qui détient des liens et des contacts dispose alors du pouvoir de connecter l'organisation avec son environnement et pour l'école d'apprendre des choses qui ne pénètrent habituellement pas. Mais surtout les apprentissages informels sont démultipliés.

La wirearchy offre une part d'influence plus grande aux connecteurs, ceux qui sont capables de faire des liens entre une institution et son environnement. Ceux qui facilitent la porosité captent au passage une part d'influence. Les processus d'apprentissage sont bouleversés.

Des sens à construire et partager plutôt qu'à hériter

Jusqu'à peu l'apprentissage était assez utilitaire; on devenait le meilleur de la classe, on apprenait un métier où l'on apprenait pour s'adapter à un poste de travail. Désormais le travail intègre de nouvelles valeurs. Il porte un idéal de réalisations personnelles à satisfaire. Chacun reçoit l'injonction d'être auteur de sa vie. Dis autrement chacun pourrait rechercher son Ikigai, c'est à dire la rencontre de sa passion avec son savoir-faire. Dans le même temps, le sens s'inscrit dans la recherche d'un surplus de valeur, dans de nouvelles esthétiques à composer à partir de ses goûts plutôt qu'à partir d'un pré-formatage. Le renversement du sens auquel on assiste c'est également d'apprendre pour le collectif et pas uniquement pour soi. Le sens que je donne à ce que j'apprends est bouleversé.

Savoirs dynamiques

Contenu d'apprentissage, processus d'apprentissage et sens de l'apprentissage sont bouleversés. Ce qui se confirme est bien la consolidation d'une logique de savoirs-flux où l'on partage des connaissances qui circulent et s'enrichissent plutôt qu'une logique de savoirs-stock où l'on accumule en mémoire comme en diplômes.. Ce bouleversement opère à l'occasion d'une transformation sociétale plutôt que de la seule élévation des compétences individuelles dans une compétition sans fin.

 

Sources

Jean-Louis Ermine, Mahmoud Moradi et Stéphane Brunel (2012)  Une chaîne de valeur de la connaissance Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations Volume 16, numéro hors-série, 2012  
https://www.erudit.org/fr/revues/mi/2012-v16-mi0284/1012391ar.pdf

Transformance http://transformancepro.com/

Ikigai http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Methodes/Articles-et-Dossiers/3-exercices-pour-trouver-son-ikigai

Thot Cursus - VUCA : former les managers à l'incertitude  https://cursus.edu/articles/28110/vuca-former-les-managers-a-lincertitude

TV5 Monde Le vivant est désormais brevetable
https://information.tv5monde.com/info/europe-le-vivant-est-desormais-brevetable-29257

Surfer la vie https://www.surferlavie.com/

Creative commons http://creativecommons.fr/

Connectarchie/wirearchy - https://www-duperrin-com.cdn.ampproject.org/v/s/www.duperrin.com/2008/05/05/hierarchie-vs-connectarchie/amp/?_gsa=1&usqp=mq331AQECAFYAQ%3D%3D&_js_v=0.1

Pairagogie https://cursus.edu/articles/35215/la-pairagogie-peeragogy-fruit-prometteur-du-monde-du-co

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné