Articles

Les MOOCs peuvent-ils contribuer à démocratiser les savoirs ?

Pour faire en sorte que les MOOCs profitent à tous

Par Régis Vansnick , le 05 février 2019

apprentissage En Ligne

Les savoirs accessibles à tous et depuis n’importe quel endroit du monde, voilà la perspective générée par les MOOC’s ou autres plateformes de LMS (learning Management system). Voyons si cela a contribué à démocratiser l'accès aux savoirs !

Qu’est-ce qu’un MOOC ?

MOOC est l’acronyme de Massive Open Online Course. C’est un cours interactif étape par étape visant à atteindre un nombre illimité de participants dans le monde entier pour créer une communauté d'apprenants permanents.

Tous les MOOC ont quelques caractéristiques communes, voyons ce que chaque terme implique :

Massif

Le but des MOOCs est d’être accessibles au plus grand nombre et par conséquent de réunir beaucoup de participants. Les MOOC ont une extensibilité infinie. Il n'y a techniquement aucune limite à leur taille finale, car le coût marginal de l'ajout de chaque participant supplémentaire est nul ou presque.

Ouvert

Il n'y a pas d'autres conditions préalables pour les participants que l'accès un à terminal connecté à Internet.

Des cours sont entièrement gratuits, d’autres sont en version freemium, c’est-à-dire que le cours est gratuit mais la certification est payante enfin certains MOOC sont payants pour des prix très variables.

Le cout marginal étant très faible, le volume d’inscrits est important car cela permet de garder un prix accessible à tous.

En ligne

Les MOOC sont proposés entièrement en ligne. C’est ce qui les rend accessibles si facilement.

Cours

Une caractéristique qui distingue les MOOC de la plupart des autres ressources éducatives ouvertes est qu'ils sont organisées en un cours complet.

L’apprentissage par les MOOC est-il aussi massif qu’il pourrait l’être ?

En théorie, chacun peut s’inscrire à un MOOC. Vous avez besoin de savoir programmer en Python, des dizaines de MOOC dans diverses langues existent, vous souhaitez devenir Community Manager, là encore de nombreux MOOCs existent. Il « suffit » donc de s’inscrire et de suivre la formation.

Dans la pratique, les professionnels de l’éducation remarquent que ce n’est pas forcément avéré. [1] Une étude menée par Learninghouse, une entreprise de conseils en éducation, auprès de près de 500 membres de l’ACHE (Association for Continuing Higher Education), met en évidence les éléments suivants :

Obstacles à l'éducation en ligne :

  •     71 % des établissements d'enseignement interrogés affirment que le manque de discipline des élèves est l'un des obstacles les plus importants à la réussite des MOOC.
  •     58 % considèrent que les instructeurs passent peu de temps à enseigner en ligne.
  •     48 % affirment que l'élaboration de MOOC est plus coûteuse que les cours en face à face.
  •     46 % pensent que les enseignants ne croient pas à l'éducation en ligne.
  •     53 % considèrent la rétention des élèves comme un défi crucial.

obstacle-mooc

Le manque d’autodiscipline

Le capital social [2] désigne les ressources intangibles qui font partie intégrante des relations interpersonnelles ou des institutions sociales. Dans le contexte de l'éducation, le capital social sous forme d'attentes, d'obligations et de réseaux sociaux des parents au sein de la famille, de l'école et de la communauté est important pour la réussite des élèves.

Ces variations dans la réussite scolaire peuvent être attribuées :

  • aux attentes et aux obligations des parents en matière d'éducation de leurs enfants ;
  • au réseau et aux liens entre les familles que l'école dessert ;
  • au climat disciplinaire et scolaire à l'école ;
  • aux normes et valeurs culturelles qui favorisent les efforts des élèves.

Le capital social joue-t-il un rôle dans l’usage et l’apprentissage par des MOOCs. Les apprenants doivent faire preuve d’autodiscipline et d’intérêt. Si dans une salle de cours, un élève ou un étudiant doit faire preuve d’un minimum d’attention, ce n’est pas le cas pour un MOOC.

Les distractions sont nombreuses. La capacité d’attention face à un écran est  aussi un facteur qui peut jouer en la défaveur d’un MOOC car la pratique est de ne rester que très peu de temps sur un contenu avant d’en changer. La procrastination peut aussi jouer un rôle. En effet, quand on est connecté les distractions sont nombreuses. Chacun sait l’effet que cela peut avoir d’ouvrir son fil Twitter ou son fil d’actualité Facebook. Le défilement infini est fait pour nous faire rester sur ces plateformes sans vouloir en décoller à cause de la dopamine [3] que peuvent générer les interactions.

Comment faire en sorte que les MOOCs profitent à tous ?

La question est ouverte, essayons d’entrevoir quelques pistes de réponse.

S’assurer que les participants ont les prérequis indispensables.

Vigotski [4] a théorisé la zone proximale de développement (ZPD). Si un apprenant s’engage dans un MOOC comprenant des tâches trop éloignées de sa ZPD, l’étudiant présentera un fort risque d’abandon. Ce n’est que par un test sur les prérequis que l’on peut réaliser une sélection des participants pour les orienter vers des MOOCs à leur niveau.

zpd

Les interactions sociales

Un MOOC ne doit pas signifier apprendre seul. Les interactions sociales peuvent être un facteur de motivation. Même si des forums sont souvent accessibles pour les apprenants des MOOCs, il faut sans doute penser à favoriser d’autres interactions.

La confiance en soi et l’utilité

Le modèle de Viau [5] explique que le contexte est à l’origine de la dynamique motivationnelle. Les déterminants sont les composantes de la motivation directement influencées par le contexte. Ils sont aussi influencés par trois types de perceptions :

  • La perception de la valeur d’une activité
  • La perception de sa compétence à accomplir une activité
  • La perception de la contrôlabilité sur le déroulement de l’activité.

Il arrive que les apprenants qui disposent de peu de capital social souffrent d'un déficit d’estime de soi ou de confiance en soi. Ils peuvent avoir la capacité à s’engager dans un activité mais ne pas le penser. Cela constitue donc un obstacle.

Un autre obstacle est la perception de l’utilité de l’activité. L’inscription à un MOOC ne devrait pas reposer uniquement sur l’initiative individuelle car cela exclut les participants qui ne parviennent pas à appréhender l’intérêt.

Optimiser le MOOC

Les MOOC sont un progrès certain pour favoriser et démocratiser les apprentissages. Ils devraient toutefois intégrer des éléments permettant à ce que leur usage soit réellement massif.

Références

[1] https://www.learninghouse.com/knowledge-center/research-reports/ache/

[2] https://pdfs.semanticscholar.org/8ea1/19b08373d8327cc56c74f106395bd7bbcb71.pdf

[3] https://www.g1site.com/psychologie-partages-reseaux-sociaux/

[4]http://pedagogie.uquebec.ca/portail/system/files/documents/membres/tableau_v5_n1_zpd_0.pdf

[5] Roland Viau, La motivation en contexte scolaire, Saint-Laurent (Québec), Éditions du Renouveau pédagogique, 1994.

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné