Articles

L'art de préparer sa soutenance

Que doivent dire les doctorants pour satisfaire le jury ?

Par Alexandre Roberge , le 06 mai 2019

Quand la thèse est finie, les étudiants peuvent souffler un peu. Après tant d’années de travail, ils le méritent bien. Or, ils ne peuvent trop longtemps se reposer sur leurs lauriers. En effet, quelques mois plus tard, ils devront soutenir leur thèse devant un comité. Le jury écoutera donc le doctorant expliquer sa démarche et ils le questionneront sur les points plus « faibles » ou ceux occasionnant des questions.

Bref, ils doivent être prêts à la soutenance de thèse. Une étape cruciale puisque sa réussite mène à l’obtention du diplôme. Néanmoins, s’ils sont bien préparés, les étudiants ne devraient pas trop craindre cette étape.

L'aspect administratif

Tout d’abord, ils doivent répondre aux impératifs de l’établissement. En effet, chaque université a ses règles. Heureusement, la plupart d’entre elles proposent des documents et des modèles afin de faciliter la vie des thésards. Certains campus vont même plus loin en rappelant les étapes à faire avant et après. Un échéancier permettant de planifier sans oublier quoi que ce soit et se créer trop de stress.

Toutefois, au-delà des tâches administratives, la soutenance se base surtout sur la performance le jour J. Que faut-il dire pour être certain de la réussir? Certains rappelleront qu’il faut avoir obéi aux 5 P : « Planifier, préparer, pratiquer, positivité et présence ». Un joli moyen mnémotechnique mais qui ne signifie rien lorsqu’il n’est pas mis en contexte.

Un récit humain de sa recherche

Comme le soutient cette blogueuse, la soutenance ne se veut pas uniquement un résumé de la thèse. Le jury l’a lue avant cette rencontre. D’ailleurs, ils fournissent des prérapports qui peuvent donner une bonne idée des points qui pourront être soulevés par eux en fin de présentation. Les étudier prépare déjà à ce qui se passera et aux questions potentielles.

L’idée de la soutenance est davantage de parler du processus, de ce qui a été le déclencheur de la recherche, quelles ont les sources privilégiées, pourquoi celles-là au détriment d’autres, etc. Au fond, il s’agit d’une justification de sa démarche. D’ailleurs, en anglais, cette étape s’appelle la « thesis defense ». Sans être dogmatique (aucune thèse n’est parfaite), le futur doctorant doit être en mesure d’expliquer ses choix et aussi d’ouvrir la porte à de potentielles recherches futures dans sa conclusion.

Tous les étudiants doivent se rappeler que l’exercice n’est pas de les faire échouer. Au contraire, si le jury a accepté qu’il y ait soutenance, une bonne partie du travail est fait. Il s’agit surtout d’une occasion pour voir si l’étudiant est capable de détailler sa démarche. Certains mythes méritent d'être défaits comme le souligne cet article. Par exemple, ne pas pouvoir répondre à toutes les questions du jury ne signifie pas un échec de la rencontre. Cela peut être un prétexte pour rebondir et affirmer comment la recherche pourra se pencher sur cette question. Inventer une réponse ne sera pas payant, le jury risquant de voir l’improvisation.

D’ailleurs, le comité n'est pas là pour mettre le doctorant en faute. Au contraire, l’exercice vise à ce qu’il soit réussi et que celui-ci reçoive son diplôme. Généralement, les jurés sont curieux d’en savoir plus, d’où les interrogations. Après tout, même le directeur de thèse en connaît probablement moins que l’étudiant sur le thème qu’il a choisi. Ce ne sont pas des experts et ils veulent lui donner la chance d’en apprendre plus à eux et au public qui assiste à la soutenance.

Ainsi, réussir la soutenance n’est pas une balade dans le parc. Il faut se préparer à montrer sa démarche de chercheur, rappeler les grands points de sa thèse sans tomber dans le résumé complet et être prêt à répondre aux interrogations. Toutefois, il ne s’agit pas d’un traquenard et il semble essentiel de se rappeler qye tous dans le jury souhaitent la réussite de l'étudiant.

Illustration : kate.gardiner Insider Chicago DDay Prep 2 via photopin (license)

Références

« 5 Thesis Defense Myths: Your Committee is NOT Out to Get You. » Finish Your Thesis. Dernière mise à jour : 16 avril 2018.
https://finishyourthesis.com/thesis-defense-myths/

« Bien Finir Sa Thèse (2) : La Soutenance. » Samuel Hayat. Dernière mise à jour : 16 novembre 2016.
https://samuelhayat.wordpress.com/2016/11/16/bien-finir-sa-these-2-la-soutenance/

« Comment Organiser Sa Soutenance De Thèse ? » Université Claude Bernard Lyon 1. Dernière mise à jour : 17 avril 2019.
https://www.univ-lyon1.fr/recherche/formation-doctorale/comment-organiser-sa-soutenance-de-these--868467.kjsp?RH=1406124528602#.XMuk7-hKiM-

« Comment Réussir Sa Soutenance De Mémoire? » DigiSchool Media. Dernière mise à jour : 25 février 2019.
https://www.digischool.fr/methodologie/revisions/comment-reussir-sa-soutenance-de-memoire-5286.html

Doré, Émilie. « Que Dire Dans Sa Présentation Pendant La Soutenance ? » Réussir Sa Thèse. Dernière mise à jour : 24 mai 2017.
http://reussirsathese.com/presentation-pendant-la-soutenance

« Five P's to De-Stress the Thesis Defense. » University of Calgary. Consulté le 2 mai 2019.
https://cumming.ucalgary.ca/gse/node/2836

« Préparer Une Thèse - Soutenir Sa Thèse. » Université Polytechnique Hauts-de-France. Consulté le 2 mai 2019.
https://www.uphf.fr/preacuteparer-une-thegravese-recherche1-3

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné