Articles

La longue marche de l’innovateur pédagogique

L’épuisement professionnel guette l'innovateur solitaire

Par Denis Cristol , le 03 juin 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 12 juillet 2019

Petite fatigue

Selon l'INRS, l'épuisement professionnel, est un ensemble de réactions liées à des situations de stress professionnel qui reviennent régulièrement dans lesquelles la dimension de l’engagement est prédominante. Il se caractérise par 3 dimensions :

  • L’épuisement émotionnel : sentiment d’être vidé de ses ressources émotionnelles,
  • La dépersonnalisation : insensibilité au monde environnant, déshumanisation de la relation à l’autre, vision négative des autres et du travail, sensation de perte de soi,
  • Le sentiment de non-accomplissement personnel au travail : sentiment de ne pas parvenir à répondre correctement aux attentes de l'entourage, la dépréciation de ses résultats, voire le sentiment de gâchis…

Dans le même temps il est demandé aux enseignants aux formateurs de rendre les services éducatifs usuels pour répondre au quotidien et de les transformer pour s'adapter à des demandes d'individualisation ou répondre aux pertes d'attention et de sens observées. Tout se passe comme s’il était possible de conduire une voiture tout en changeant l'un de ses organes. Il est difficile d'imaginer transformer un volant en même temps que d'assurer une conduite sûre.

Les écoles, les centres de formation, les universités ne sauraient s'arrêter. Le flux ne discontinue pas, élèves, stagiaires et étudiants ont toujours appétit ou nécessité d'apprendre. Un ensemble d'acteurs particulièrement engagés s'efforce de jongler avec ce qui paraît impossible : faire vivre un système avec ses contradictions et contraintes et le faire évoluer de façon incrémentale ou par rupture.

Ces innovateurs pédagogiques font preuve d'une double arrogance ils prétendent faire mieux que les modes standardisés et ils visent le remplacement de pratiques anciennes. Autant dire qu'ils sont seuls, entièrement seuls, face à des organisations qui peinent déjà à absorber tous les aléas, toutes les incertitudes actuelles. Ils n'ont d'aide à attendre que d'eux même ou de ceux qui leur ressemblent.

Le sur-engagement de l'innovateur pédagogique

Comme il va à contrecourant des habitudes, l'innovateur pédagogique doit surinvestir. Il doit assurer la conduite habituelle de l'action pour se ménager du temps et de la légitimité dans son initiative de changement. Autrement dit, pour s'éviter des reproches sur sa tâche il devra y exceller. Cela signifie bien souvent une journée de travail à rallonge pour réaliser le travail prescrit d'une part et s'attaquer à des améliorations d'autre part, par exemple, créer un cours intégrant une dimension numérique, mener à bien une innovation sociale collaborative, créer un réseau autour d'un projet. Toutes choses qui prennent un temps d'apprentissage qui ne se greffe pas toujours aux activités attendues.

Ces améliorations ne sont en plus pas garanties en termes de résultats et plongent en permanence l'innovateur dans le doute. Avoir envie d'améliorer les choses de l'intérieur sans en avoir mission ou moyen, fait preuve d'une conscience professionnelle élevée. Cette conscience embarque avec elle la possibilité de la culpabilité, ai-je bien fait ? Ce questionnement permanent ne laisse guère en paix celui qui veut bien faire. Cela peut se transformer en stress ou en inquiétude quand les résultats tardent à venir ou que le soutien fait défaut.

Les innovateurs pédagogiques pourraient bien manquer de reconnaissance, lutter seul contre des systèmes administratifs anciens et inamovibles pour organiser une visite ou un exercice en pédagogie active, manquer de temps, être obligé de se disperser et de se justifier sur des tâches dont ils perçoivent les limites. Une incommunication s'enclenche entre l'innovateur et la structure. L'innovateur offre ce que la structure ne voit pas, ne sait recevoir, ou perçoit même comme un danger pour l'ordre établi.

Ce cycle s'avère épuisant pour l'innovateur qui investit à fonds perdus. Moins il est reconnu et écouté, plus il agit. Les temps de mise au point de la nouvelle application, d'un effort collaboratif, d'une approche interdisciplinaire sont ignorés des systèmes de gestion et des compteurs habituels. Il finit par s'épuiser et perdre le goût même de ce qu'il prétendait transformer. Le processus de démotivation qui accompagne l'épuisement professionnel se caractérise en effet par une perte de sens, une remise en question de ses valeurs voire une perte de confiance en soi. Tous les motifs qui aidaient à passer outre les échecs et les manques d'encouragement et à les relativiser sont progressivement affaiblis.

Les symptômes du burn out/épuisement professionnel

Les professionnels des risques psychosociaux ont identifié de nombreux symptômes : nervosité, anxiété, irritabilité, fatigue, stress chronique. Ils sont formés à les détecter chez des collaborateurs qui expriment des difficultés ou sont signalés par les structures hiérarchiques. Mais, qui alerte pour des personnes réputées surperformantes et très motivées ?

D'autres symptômes d'épuisement professionnel sont peut-être contre-intuitifs. C'est un surcroît de créativité, une envie encore plus forte d'aboutir alors même que toutes les forces adverses se dressent car, par définition, l'innovateur est pugnace jusqu'à un écroulement soudain. Il a toujours l'espoir de faire basculer le système, mais l'isolement et l'attente vaine épuisent les dernières ressources. Comment identifier ce jusqu'au boutisme dans lequel se place l'innovateur lui-même ? Comment faire pour que l'enrôlement du désir poussé à l'extrême s'arrête avant que sa non-réalisation n'entraîne des écarts entre le possible et le réel cause de souffrances ? Comment ne pas aller trop loin quand le travail fait mal ?

Améliorer le contexte

Les issues de l'épuisement professionnel de l'innovateur pédagogique passent probablement par une ouverture des organisations. Celles-ci ont sûrement à gagner à mieux intégrer et reconnaître et l'énergie et les initiatives de leurs innovateurs pédagogiques, à faire une place à des engagements et des valeurs différentes. Pourquoi ne pas imaginer un incubateur pédagogique ou encore du temps libéré pour tester des idées ? Pourquoi ne pas promouvoir un droit à l'erreur opposable ? Comment éviter des isolements en organisant des solutions collectives ?

Les managers qui encadrent des innovateurs gagneront à suivre les 9 conseils de l'INRS

Pour agir au quotidien :

  • évaluez la charge de travail,
  • donnez de l'autonomie à vos salariés,
  • soutenez vos collaborateurs,
  • témoignez de la reconnaissance,
  • donnez du sens au travail,
  • agissez face aux agressions externes,
  • communiquez sur les changements,
  • facilitez la conciliation travail et vie privée et
  • bannissez toute forme de violence.

Peut-être pourrait-on ajouter le droit à l'erreur et à l’expérimentation ?

Pour conclure Cynthia Fleury évoque la possibilité d'innover qui fait partie du bien-être au travail et l'impossibilité de le faire du mal être. Et si l'innovation était la solution pour faire s'échapper du travail les sources de malaise ? Saluons au passage les premiers innovateurs qui ont tenu le coup pour faire entrer dans les écoles les premiers ordinateurs, créés les premières salles multimédia, implantés les premiers fab-lab ou incubateurs. Et remercions d'avance à ceux à qui on dira c'est impossible mais qui le feront quand même.

Illustration : Ahonen - Pixabay

Références

INRS Risques psychosociaux ce qu'il faut retenir
http://www.inrs.fr/risques/psychosociaux/ce-qu-il-faut-retenir.html

La tribune Cynthia Fleury
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/green-business/il-faut-laisser-a-la-societe-civile-plus-de-droit-a-l-initiative-et-a-l-experimentation-cynthia-fleury-790173.html

Innovateurs pédagogiques
http://4cristol.over-blog.com/2013/12/chapitre-3-qui-innove-%0B-s%C3%A9quence-11-les-profils-d%E2%80%99innovateurs%0B.html

INRS Épuisement professionnel
http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206250

Changer le travail la qualité de vie au travail, RPS l'innovation est la solution
https://www.changerletravail.fr/qualit%C3%A9-de-vie-au-travail-p%C3%A9nibilit%C3%A9-rps-linnovation-est-la-solution

Psychologue.net L’épuisement émotionnel la conséquence d’une exigence de soi Epuisement émotionnel
https://www.psychologue.net/articles/lepuisement-emotionnel-la-consequence-dune-exigence-de-soi

Wikipédia - Dépersonnalisation - https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9personnalisation

Wikipédia – Accomplissement personnel - https://fr.wikipedia.org/wiki/Accomplissement_personnel

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné