Articles

Publié le 08 octobre 2020 Mis à jour le 28 octobre 2020

Formation à distance : la renaissance ?

Explosion de l'offre et des usages

La formation à distance s’est brusquement banalisée dans les établissements et auprès des stagiaires. Jusqu’en 2020, elle ne représentait pourtant qu’une modalité mineure et parfois ignorée par les centres de formation. En octobre 2019, une étude de la fédération française de formation à distance (FFFOD) nous faisait savoir que 55 % des centres de formation dispensaient moins de 15 % de leurs formations en e-learning. Mais voilà qu’en six mois la quasi-totalité des offres a été emportée par la vague ! Le saut a été rapide et il n’est pas que quantitatif.

La eLearning Expo qui s’est tenue à Paris fin septembre 2020 avait un air de renaissance. Les allées étaient très clairsemées et les stands parfois vides. Mais les conférences et les échanges avec d’autres visiteurs ont apporté quelques pistes sur ce qui a changé et sur quelques orientations futures.

Une production de masse

« On a tout basculé à distance » affirment fièrement de nombreux centres de formation sur les réseaux sociaux. L’image est forte. Il aurait suffi d’un interrupteur ou d’un levier pour faire une « bascule ». Et pourtant, derrière cette image mécanique qui évoque la facilité, que d’efforts !

Des centaines d’heures de travail, de tâtonnements, d’essais et d’erreurs ont souvent été nécessaires. Mais quand il faut faire vite, on s’appuie sur ce qu’on a sous la main. On goinfre les serveurs avec des fichiers PDF ou PowerPoint, on reproduit en visioconférence ce qu’on aurait fait face à un public, on utilise aussi parfois les outils d’animations de groupes, Wooclap, Klaxoon ou Miro pour n’en citer que trois. Conscients des limites, mais pressés par la nécessité d’assurer une continuité, les enseignants et formateurs ont bricolé des solutions.

Derrière cette bascule, ils ont appris à s’entraider. Ils ont aussi parfois pu s’appuyer sur les compétences de leurs stagiaires et étudiants. Ces derniers ont en effet souvent été prescripteurs de solutions. Et parfois même, ils ont été à l’origine de l’introduction d’outils dans les dispositifs de formation.

Pour les équipes pédagogiques, le bond est impressionnant. Début 2020, la formation à distance était réservée à quelques équipes qui combinaient des compétences techniques, pédagogiques, multimédias et d’animation. Six mois plus tard, un formateur qui a survécu est un formateur qui peut intervenir via Internet. La plupart des salariés ont expérimenté cette modalité. « Monsieur et Madame Tout-le-Monde font de la formation à distance », résume Marcel Lebrun.


Des barrières qui s’effondrent

Ainsi, les barrières à l’entrée ont vite été balayées. Pour faire de la formation en ligne sérieusement, il fallait maîtriser l’art de la ludification, l’utilisation d’une plateforme, l’analyse des données produites par cette plateforme, la scénarisation, la production de ressources...

La Elearning Expo a toujours été l’occasion de s’émerveiller devant des expérimentations qui s’appuyaient sur des dizaines d’heures de conception pour chaque heure de formation. Heureusement, ces démonstrations séduisantes n’ont pas complètement disparu. Citons le stand de Pitchy qui proposait de développer des formations immersives où l’aspect comportemental est essentiel. Pas de « pointer-cliquer », mais des interactions par la voix et le regard et les techniques d’intelligence artificielle qui permettent de simuler des conversations.

Mais les formateurs qui ont eu à se lancer en urgence ont vécu une toute autre aventure. Ils ont appris par tâtonnement, en s’appuyant sur les échanges entre pairs ou avec les apprenants. Ils ont adopté des applications qui n’avaient pas été pensées pour la formation : des outils de visioconférence, des logiciels d’animation ou de présentation comme Genially ou Canva. Ils n’ont pas pu prendre le temps de s’appuyer sur une vingtaine d’années d’expériences et de recherches pédagogiques, cognitives ou multimédias. Il leur a fallu produire en toute hâte !


Des pistes pour poursuivre l’évolution

« Ce n’est pas de la formation » se sont insurgés les spécialistes. Et sans doute ont-ils en partie raison. C’est imparfait, ça fonctionne parfois difficilement. Mais les équipes pédagogiques ont fait un premier pas, certains ont développé des interactions plus riches avec leurs publics, ils ont réfléchi sur leur pratique de formateur et ils ne vont pas s’arrêter là !

S'il y a une renaissance de la formation à distance, elle doit donc tenir compte de ce vécu et se construire sur une expérience multiple.

Quelques pistes tirées d’un rapide passage à la Elearning Expo de septembre 2020 :

Redonnez du sens aux plateformes

Sans doute est-ce le moment pour les plateformes d’expliquer leur utilité et de présenter leur vision de ce que signifie apprendre à distance. Donner du sens, faciliter l’utilisation et expliquer quelle valeur ajoutée elles apportent par rapport à un outil de visio à partir duquel on enverrait des liens vers des ressources...

Christopher Pappas nous donne de nombreux éléments dans un article sur e-learning industry. Aux entreprises de proposer un discours qui sorte de la liste des fonctionnalités et qui favorise l’engagement des formateurs et des apprenants.

« Testez, soyez curieux et apprenez ensemble »

Au-delà des outils, la renaissance passe par une approche enthousiaste, une volonté de découvrir ensemble et avec celles et ceux qui se forment.

Testez, essayez des applications, tentez de faire une minute d’animation sur Tik Tok, échangez entre formateurs, utilisez les offres gratuites pour vous faire la main. Regardez ce que vous aimez, tentez de le reproduire et ne perdez pas de temps avec ce que vous n’aimez pas ! » nous a dit Stéphane Diebold en conclusion du salon eLearnExpo le 24 septembre 2020 à Paris.

Les SPOC et les COOC

Dans un très utile panorama des outils du e-learning, Noria Larose de Nell & Associés nous reparle des MOOC. Ils se sont multipliés et si certains se renouvellent et proposent une expérience d’apprentissage stimulante, beaucoup se sont contentés de reproduire les mêmes schémas.

Noria Larose nous présente deux formats issus des MOOC et qui connaissent un réel succès. Les SPOC (small private online course) proposent un format proche, pour un public plus restreint et sur un thème plus pointu. Les COOC (corporate online open course) ressemblent à des MOOC privatisés. Ils en gardent le format, mais ne s’adressent qu’aux membres d’une entreprise. Des sociétés comme Pimenko ou Unow sont des acteurs majeurs de ces nouveaux formats.

Donner un rôle aux apprenants

Maryse Morin enseigne la culture générale à un public adulte à distance. Cette année, un des thèmes de l’examen est « la musique ». « Chaque séance commence par une forme de brise-glace. A tour de rôle et chaque semaine, un participant présente une musique dont on diffuse un extrait. Le stagiaire explique pourquoi elle le touche particulièrement, il situe l’extrait dans un contexte social et culturel, et il ouvre ainsi sur certains aspects du programme. »

Progressivement, le groupe produit un juke-box qu’il s’approprie, parce qu’il associe chaque musique à un collègue. Chaque apprenant devient co-auteur et le numérique permet de garder une trace de ces apports, d’en faire un support à part entière qui valorise leurs productions. Ce qui ne serait qu'une succession d'exposés en présentiel devient à distance un support de formation durable, une œuvre collective !

La formation par le téléphone

La France utilise moins le téléphone portable pour ses formations que de nombreux pays. Pourtant, l’offre existe. Sur les stands de ELearning Expo, Beekast ou Teach on Mars font la promotion de formats courts, engageants et ludiques. Les séquences de formation peuvent durer de 2 minutes à 15 minutes, s’appuyer sur des challenges, des échanges, des auto-évaluations... Noria Larose nous rappelle toute la pertinence de cette modalité pour lutter contre la courbe de l’oubli de Ebbinghaus.



Jamais l’intérêt pour la formation à distance n’a été aussi fort. Mais les acteurs ont trouvé leur propre solution, parfois dans des champs professionnels éloignés, comme l’animation de réunions ou la visioconférence. Les professionnels qui se sont lancés dans l’urgence sont maintenant en situation pour interroger leur pratique, explorer de nouveaux outils et de nouvelles techniques pédagogiques.

C’est le moment pour les entreprises et pour les experts de la formation à distance de produire une vision claire de ce qu’est la pédagogie via internet et une démarche d’accompagnement.

Illustrations : Frédéric Duriez

sources

FFFOD — Une vision à 360° sur la réalité du digital learning — septembre 2019
http://www.fffod.org/nos-activites/publications/article/une-vision-a-360o-sur-la-realite-du-digital-learning

Pimenko — Foire aux questions : Mooc, Cooc et Spoc — consulté le 3 octobre 2020
https://pimenko.com/faq-mooc-cooc-spoc/

Christopher Pappas — Qu’est-ce qu’une plateforme LMS — les fonctionnalités de base que vous devriez connaître — consulté le 4 octobre 2020.
https://elearningindustry.fr/plateforme-lms-fonctionalites-caracteristiques




Mots-clés: Conception De Formation Conception Pédagogique Engagement Modules E-Learning Politique e-Learning LMS E-Learning Plateforme e-learning Plateforme de formation à distance plateforme LMS

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !