dys, bys, pys, qys : reconnaître la différence | Thot Cursus

Dossier de la semaine

dys, bys, pys, qys : reconnaître la différence

Si la standardisation des méthodes et des programmes éducatifs apporte des avantages objectifs indéniables, elle entraîne aussi une conséquence d’échec quasi automatique pour ceux qui ont un fonctionnement incompatible avec le modèle utilisé.

Avec le développement de nouvelles connaissances sur le fonctionnement mental et perceptif, nous devenons capables d’identifier plus clairement les problèmes et d’intervenir efficacement avec ceux qui éprouvent des difficultés dans un modèle pédagogique étranger à leurs modes de perception et d’interprétation.

L’intelligence comporte des capacités de discernement, de reconnaissance, de différentiation, d’identification et de là la possibilité de résoudre les problèmes qui lui sont soumis. Cela s’applique aussi bien aux individus qu’aux groupes ou aux institutions.  Que l’institution scolaire devienne capable de reconnaître les différences et les similitudes entre les individus non seulement devient-elle plus «intelligente» mais aussi plus en mesure de résoudre les problèmes de ses étudiants aux prises avec des difficultés d’apprentissage.

Le problème apparent des «dys» semble aussi être celui d’un système qui, heureusement, en prend conscience. Reconnaître les différences fait partie du défi.  Nous ne fonctionnons pas tous de la même façon et dans bien des situations il est fort heureux qu’il en soit ainsi.  La tolérance augmente la résilience du groupe. Nous serions bien avisés de compter sur l’apport des «dys», comme vous le découvrirez dans cette édition.

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur de Thot Cursus

PS : dans le titre, il n'y a que la position d'une ligne qui change entre d,b, p,q. Pour un dyslexique, il s'agit d'une partie du problème.

Éléments du dossier