Formations

Le français sans secrets

le 09 février 2010

Sociétés

La langue française telle qu'on la parle au Québec, utile pour toute la francophonie.

Une langue vivante bouge en fonction des usages qu'en font ses locuteurs. Ainsi le français du Québec présente t-il des particularités vis-à-vis du français de France, et même le territoire national peut-il être découpé en régions linguistiques, puisqu'on ne s'exprime pas tout à fait de la même façon en Bretagne et en Languedoc.

Difficile alors de distinguer ce qui relève de la particularité locale de la véritable incorrection linguistique. Le portail linguistique du Canada (pays bilingue) offre pour nous aider une ressource très bien faite, intitulée Le français sans secrets.

La ressource comprend huit sections :

  • Anglicismes;
  • Grammaire et syntaxe;
  • Orthographe;
  • Ponctuation;
  • Typographie;
  • Style;
  • Vocabulaire;
  • Généralités sur les difficultés du français.

Dans chaque section, sont traitées les points dont on devine qu'ils posent problème aux locuteurs canadiens, qu'ils soient nativement francophones ou anglophones. 

La première section « Anglicismes » par exemple, étonnera les francophones d'autres régions du monde. On apprend notamment que nos amis québécois disent parfois « un blanc de mémoire », ce qui est une expression calquée sur l'expression anglaise « memory blank », à la place d'un « trou de mémoire », ce qui est l'expression française reconnue dans les dictionnaires. Plus étonnante est l'expression « marcher le chien », employée à la place de « promener le chien », là encore par calque direct sur l'expression anglaise « walk the dog ».

Les section Grammaire et Syntaxe, Orthographe, Ponctuation et Typographie sont moins spécifiques au français tel qu'il est parlé au Québec, et intéresseront tous les francophones. Leur grande qualité est de ne pas viser à l'exhaustivité, mais de focaliser sur les erreurs les plus fréquentes.

La section Vocabulaire nous ramène dans les grands espaces canadiens et pointe quelques emplois « glissants » de mots calqués sur l'anglais ou utilisés à mauvais escient.

Cette ressource intéressera bien entendu les spécialistes de la langue française et pourra être employée en classe pour faire prendre conscience aux élèves de leurs spécificités linguistiques locales ou même générationnelles. Plus largement, tout locuteur francophone soucieux de la justesse de son expression est invité à la consulter.


Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné