Articles

Publié le 09 février 2022 Mis à jour le 09 février 2022

Biomimétisme, coopération et apprentissage

Les mondes sociaux des animaux

Banc de poissons

Ce que nous apprennent les comportements sociaux des animaux 

Le prince anarchiste russe Kropotkine  a étudié les animaux qui développaient des comportements sociaux de survie et a découvert qu’à côté de la « loi de la jungle » existait également une « loi de la toundra » lié à des comportements animaux sous des latitudes froides. Cette «autre loi de la jungle» atteste que coopérer est souvent une excellente stratégie de survie, que l’être vivant en question soit un poisson, un gnou migrateur, un loup ou encore des fourmis.

Tous les taxons sont concernés. Les comportements collectifs de ses sociétés animales auraient pour point commun  des caractéristiques d’auto-organisation où, à force d’interactions répétées et simples, des modèles de comportements complexes émergeraient pour s’adapter à l’environnement commun. Comprendre les mécanismes d’apparition de ces agrégations est en soi un champ de recherche clé des éthologues. Plusieurs fonctions vitales seraient concernées.

Se protéger des prédateurs en nuée

Le murmure est le mot anglais pour désigner un agrégat animal comme une nuée d’étourneaux. Dans le cadre d’un projet de sciences citoyenne, 3000 murmures ont été observés dans 23 pays. Ces murmures rassemblent en moyenne 35 000 à 700 000 étourneau . 1000 observations ont été qualifiées car elles comprenaient plus de 500 individus et incluaient la phase de début et de fin du murmure. Des compléments d’information ont été obtenus par le moyen de films et modélisation mathématique et ont montré que les oiseaux se tiennent respectivement à distance les uns des autres et parviennent à suivre, grâce à leur empan visuel, les trajectoires allant jusqu’à 7 individus sans se heurter, tout en s’ajustant à la même vitesse.

La nuée évolue en spirale à partir d’oiseaux colocalisés, c’est-à-dire identifiés par leurs proches. Les commutations de vol et changement de direction opèrent avec l’entrée des oiseaux au centre pour se protéger de prédateurs. Des murmures sont observables jusqu’à 26 minutes et, dans 29 % des cas, des prédateurs sont dans les parages. Les observations attestent de trois effets d’une nuée sur un prédateur : un effet de dilution, un effet de confusion et un effet de détection.

Autrement dit la nuée perçoit plus facilement le prédateur par une démultiplication d’angles de vue mais, en offrant un ensemble mouvant, l’empêche de se fixer sur une unique proie et lui fait perdre ses repères. Au regard de la saison où se produit ce phénomène, le but de la murmuration serait de faciliter l’atterrissage dans une zone de repos sûre pour chaque oiseau. 

Se tenir chaud en troupeau

Les bisons sont capables de survivre à de grands froids. Ils ont adopté pour cela des comportements qui conduisent à s’agglutiner les uns aux autres pour couper l’effet du vent. Ils sont en mesure de s’assembler en troupeau les uns contre les autres pour se tenir chaud. Les plus fragile, les juvéniles, restent au centre. Alternativement les adultes occupent les places exposées en périphérie et offrent à leurs congénères des moments de chaleur. Quand ils ont trop froid, ils repassent au cœur du troupeau pour se réchauffer. Cette pratique rend également plus difficile une attaque de prédateur.

S’alimenter en banc 

Les cétacés, les dauphins, les orques développent des techniques de chasse en groupe pour optimiser leurs chances de se nourrir. Par exemple, il existe d’extraordinaire techniques où des groupes de baleines à bosse se coordonnent et créent des « filets de bulles d’air » qui peuvent avoir un diamètre de plus de 30 mètres, pour encercler des bancs de poissons. Les baleines nagent rapidement en surgissant par le dessous du banc. En relâchant l’air par le moyen de leur évent, les baleines troublent les voies de déplacement des poissons en formant un cône de bulles. Chaque baleine pénètre à tour de rôle le filet en forme de cône à partir du bas pour se nourrir laissant la place à la suivante. Dans ce type d’activités des groupes de 10 à 40 baleines sont en capacité de partager leur énergie pour leur bénéfice mutuel mais également de réfréner leur appétit individuel un temps pour optimiser les chances collectives de réussir l’encerclement.

S’apprendre mutuellement 

Les primates sont organisés en bande et s’enseignent mutuellement. Il développe de véritables cultures qui se transmettent de groupe en groupe ou de génération en génération. La conformité sociale ou l’imitation de la mère ont été observé comme déterminants. C’est ainsi par exemple que Erica Van de Waal observe comment deux groupes de singes Vervet sont habitués à apprécier du maïs de couleur bleu pour un groupe et du mais de couleur jaune pour l’autre groupe. Lorsqu’un mâle change de groupe, il se conforme aux préférences en vigueur en matière de couleur de mais, soit qu’il cherche à se faire adopter par son nouveau groupe, soit qu’il reproduit l’expérience alimentaire du groupe pour éviter de s’intoxiquer.

Mais lorsque c’est un mâle dominant qui change de groupe et prend l’ascendant, il parvient à installer son mais préféré. Dans les deux cas c’est la conformité sociale qui est le moteur de ce changement de comportement. Le cas d’une femelle de bas rang n’ayant pas accès au mais de la couleur valorisé par son groupe est intéressant. Forcé de manger le « mauvais mais », elle transmet sa préférence à son enfant qui par imitation va adopter cette référence alimentaire. 

D’autres cultures sociales de singes ont été observés marquant des préférences pour l’usage de branche ou de pierre pour casser des noix indépendamment des ressources de branche ou de pierres disponibles. Des apprentissages de la solidarité et du partage de nourriture ont été aussi identifié. Il y a encore une expérience des années 50 au Japon qui montre comment des groupes de macaques ont appris à laver des pommes de terre douces que des expérimentateurs leur jetaient sur la plage. Par imitation d’une femelle qui en prit l’initiative, les singes ont appris à nettoyer le sable. Ce geste serait transmis à tout le groupe aux descendants du groupe mais également à des iles voisines.  Certains chercheurs pensent que des singes ayant réussis à nager sur les iles voisines ont emmené avec eux cette pratique.

Coopérer y compris en éducation

Ce que nous enseigne le monde du vivant et ses multiples exemples, c’est que la coopération est un réflexe vital, pour se déplacer, se nourrir, se protéger, se tenir chaud, se reproduire, mais aussi, apprendre. Pour les espèces de mammifères, les comportements eusociaux - protection de la progéniture et des membres les plus faibles ou des  parents - sont largement observés. La fragilité du petit mammifère serait déterminante dans le développement des capacités d’empathie. Par conséquence, dès que des déséquilibres opèrent et que le corps social se désagrège, c’est toute la nuée humaine qui se trouve sans défense. Réapprendre à faire famille, groupe, équipe, communauté s’avère indispensable pour survivre et s’adapter. L'empathie, le souci de l'autre est centrale.

La base pourrait en être apprendre à regarder autrement tels les étourneaux qui se fixent sur quelques voisins et se régulent sur leur rythme, accepter des moments d’inconfort comme les bisons qui optimisent la chaleur de tout le troupeau par des rotations au cœur du groupe ou en périphérie pour lutter contre le froid, réfréner ses appétits comme les baleines à bosse qui apprennent à se nourrir chacune à leur tout après avoir créé un filet de bulles d’air et bien sûr imiter les comportements vertueux comme les singes qui se transmettent mutuellement des savoirs et des habitudes. 

Ces sociétés animales développent des comportements sociaux que certains éthologues qualifient désormais de « culture animale» Et si la culture humaine caractérisée par la transmission du savoir se régénérait en s’inspirant des pratiques animales et en particulier de leur capacité à s’auto-organiser pour apprendre ?

Sources

PlosOne Les oiseaux d’une plume se rassemblent : des informations sur le comportement de murmure des étourneaux révélées à l’aide de la science citoyenne https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0179277  

Biomimesis. Coopération et adaptabilité https://www.biomimesis.fr/cooperation-et-adaptabilite/ 

Valentin Lecheval. Experimental analysis and modelling of the behavioural interactions underlying the coordination of collective motion and the propagation of information in fish schools. Ecology, environment. Université Paul Sabatier - Toulouse III, 2017. English.
https://www.researchgate.net/publication/335825484_Experimental_analysis_and_modelling_of_the_behavioural_interactions_underlying_the_coordination_of_collective_motion_and_the_propagation_of_information_in_fish_schools

France culture. L’autre loi de la jungle. https://www.franceculture.fr/oeuvre/lentraide-lautre-loi-de-la-jungle-0  

Wikipédia – Kropotkine https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Kropotkine  

Sciences et vie Le filet de bulles de la baleine n’a plus de secrets https://www.science-et-vie.com/archives/biologie-marine-le-filet-de-bulles-de-la-baleine-n-a-plus-de-secret-15898  

Charles L. Lemon, Stanley A. Cheyne et Alexander J. Werth, « Megaptera novaeangliae Bubble Net Feeding Behavior : A Brief Review », H-SC Journal of the Sciences, vol. X,? 2021 

Comment les singes deviennent savants https://wp.unil.ch/allezsavoir/comment-les-singes-deviennent-savants/  

Les passeurs-  La théorie du centième singe https://www.lespasseurs.com/100eme_singe.htm  

Wikipédia Taxon https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxon   

Futura sciences. Les animaux ont-ils une culture ? https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/zoologie-animaux-ont-ils-culture-1525/ 


Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !