Technologies

Le design des espaces d’apprentissage : théories, principes et implantations

Un formidable dossier sur l'aménagement des locaux éducatifs

le 24 juillet 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 14 octobre 2013

Sociétés

Mettre un professeur au devant d’une classe en rangée et équipée d’ordinateurs est un peu comme atteler un cheval à une automobile : la façon traditionnelle de faire n’est pas compatible avec la nouvelle technologie.

Si on ne change pas l’architecture d’un bâtiment facilement, la disposition d’une classe est déjà plus facile à modifier, tout comme le sont les horaires ou le déroulement d’activités. Quant à la volonté du professeur ou de l’administration, on suppose qu’elle est acquise quand on est rendu à vouloir changer l’espace.

«LEARNING SPACE DESIGN» (20 mo, .pdf) d’Educause nous offre un excellent dossier sur le design physique des espaces d’apprentissage.

Dans «Design of the Learning Space: Learning and Design Principles», par Chris Johnson et Cyprien Lomas, les principes de design des espaces formels que sont les classes et les laboratoires sont passés en revue.

Ces espaces formels sont conçus dans des paramètres tels que des considérations d’horaires, de moments d’utilisation, de nombre de sièges et de modèles établis d’activités comme des conférences ou des débats.

Dans une nouvelle façon de concevoir les espaces d’apprentissage, les principes éducatifs propres à l’institution sont les éléments directeurs et les points de repère par lesquels les progrès (dans la conception) sont mesurés et les décisions sont prises.

Les institutions peuvent créer des espaces d’apprentissage qui vont transformer leur capacité à enseigner aux étudiants en suivant ces étapes :

  • identifier le contexte institutionnel
  • spécifier les principes éducatifs significatifs dans ce contexte
  • définir les activités d’apprentissage en accord avec ces principes
  • développer des principes de design clairement articulés
  • créer un ensemble d’exigences
  • déterminer les critères d’évaluation du succès.

Dans « Learning Space Design in Action», Phillip D. Long y analyse les motivations et les caractéristiques des espaces d’apprentissage du Technology Enabled Active Learning (TEAL) au MIT

La transition vers le développement d’un tel espace était motivée par les faits suivant :

  • la basse assistance aux cours (entre 40 et 50 % des étudiants inscrits);
  • le taux d’échec de 10 % ou plus;
  • des données démontrant que les pédagogies d’«engagement interactif» résultaient en de plus haut gains d’apprentissage et de plus faibles taux d’échec que les formats traditionnels d’exposés magistraux;
  • la réintroduction des expériences en laboratoire (dans les trentes dernières années, les laboratoires avaient été complètement supprimés pour les étudiants de première année).

Comme vous le remarquez cette situation n’est pas unique au MIT. Ce qui fait apparemment la réputation du MIT n’est pas la qualité exceptionnelle de ses professeurs ou de ses étudiants mais bien l’attitude généralisée devant les problèmes, attitude qui ne consiste pas à les justifier mais à y apporter solution.

Le MIT n’est pas le premier ni le seul à faire face à ce genre de défis, aussi il s’est inspiré de plusieurs réalisations en les poussant un peu plus loin...

Les éléments clés du TEAL sont :

  • un local (le «studio»), dans lequel les étudiants prennent place en groupes de neuf, divisés en équipes de trois, à des tables plutôt que des bureaux. Chaque équipe est équipé d’un ordinateur et d’un espace d’expérimentation;
  • l’utilisation de mini exposés de 20 minutes, parsemés de questions d’évaluation et de questions de réflexion;
  • l’utilisation des «cliqueurs» pour répondre à des questions-discussions de type sondage de groupe;
  • l’utilisation de l’apprentissage actif par une large variété de courtes expérimentations (souvent sur ordinateur), visualisations, sur papier, analyse de données d’expérimentation, etc.;
  • l’établissement d’équipes en fonction des évaluations, en mélangeant les individus forts, moyens et faibles et encourageant ainsi l’instruction par les pairs;
  • priorisation de l’apprentissage par petits-groupes.
  • l’utilisation du matériel et de méthodes dérivées de la recherche dans l’enseignement du domaine.

Les autres articles du dossier :

  • Creation of the Learning Space: Catalysts for Envisioning and Navigating the Design Process»
  • Future of the Learning Space: Breaking Out of the Box
  • Learning Space Design Theory and Practice
  • Learning Space Design Precepts and Assumptions

Pour accéder au dossier complet :«LEARNING SPACE DESIGN» (20 mo, .pdf),Par Educause

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné