Par Evelyne Jardin  | e.jardin@cursus.edu

Réalité augmentée, pédagogie différenciée, accessible maintenant

Créé le lundi 5 juin 2017  |  Mise à jour le lundi 12 juin 2017

Réalité augmentée, pédagogie différenciée, accessible maintenant Support d'une leçon d'anglais intégrant Mirage Make par Gilles Tisseraud

Été 2016, Pokemon Go et sa chasse aux montres font fureur. On balade son smartphone dans les rues et des personnages plus ou moins sympathiques et moches apparaissent en réalité augmentée sur l'écran. En les atteignant avec sa pokeball, on gagne des points.

Depuis longtemps utilisée dans les jeux, la réalité augmentée (RA) s'invite dans l'enseignement. Marc-Aurélien Chardine, professeur de physique chimie au lycée Corneille de Rouen s'y emploie. Il a développé Mirage Make, une application de RA. Des enseignants, beta testeurs l'utilisent déjà dans leur classe.

Témoignages de M.-A. Chardine, le créateur et de Gilles Tisseraud, un professeur des écoles, heureux cobaye.

Thot Cursus : Pourquoi avez-vous eu envie de développer Mirage Make, une application de réalité augmentée ?

Marc-Aurélien Chardine : Trois frustrations ont été motrices quand j'ai décidé de démarrer Mirage Make en juin 2016. Première frustration, je trouvais l'application Aurasma beaucoup trop compliquée, ne proposant que de la 2D et peu respectueuse des données personnelles des utilisateurs. Deuxième insatisfaction : passer par un espace numérique de travail (ENT) pour accéder à des ressources numériques est souvent fastidieux, pour les élèves et l'enseignant. Troisième problème, la pédagogie différenciée demande beaucoup de temps de préparation. En tant qu'enseignant, je rêvais d'une application de RA gratuite, facile d'utilisation, offrant des ressources variées à des élèves qui apprennent différemment. Une application mettant à disposition des supports différents (texte, vidéo, audio, images 2D et 3D) pouvant être manipulés facilement par les enseignants et leurs élèves. La 3D, c'est pratique pour visualiser les molécules.

Thot Cursus : On dirait que le rêve est en train de rejoindre la réalité depuis la réussite de votre campagne de financement participatif (5 002 € collectés pour un objectif de départ fixé à 3 000€), en décembre 2016. Quand Mirage Make sera-t-elle utilisable, gratuitement, par tous les enseignants ?

M.-A Chardine : J'ai dû organiser une levée de fond, car un serveur tourne pour faire fonctionner Mirage Make et ce n'est pas donné ! Autre précision. Mirage Make sera gratuite uniquement pour des usages pédagogiques. Pour des utilisations commerciales, une licence sera nécessaire. Avant d'offrir Mirage Make à la communauté enseignante, je teste encore des fonctionnalités. J'ai la chance d'avoir des contributeurs qui sont maintenant mes béta testeurs, comme Gilles Tisseraud.

Twitter m'a beaucoup aidé pour ce projet un peu fou. Grâce à ce réseau social, j'ai eu de nombreux contacts d'enseignants, du primaire au secondaire, de toutes les disciplines, intéressés par Mirage Make. Ils me font explorer des voies inimaginables au début du projet. Par exemple, via un tweet, on m'a soufflé l'idée de développer un module pour les élèves dyslexiques.  

Pour tester :

 

Thot Cursus : Vos élèves sont aussi vos joyeux cobayes ?

M.-A Chardine : Depuis fort longtemps ! Avant Mirage Make, dès 2012, j'ai développé des applications de RA clef en main. Elles pointaient vers des ressources déjà sélectionnées par mes soins. Avec Mirage Make, l'enseignant choisit ses ressources. Vous pouvez même piocher dans 3D Warehouse, une banque d’objets en 3D.

Mes élèves produisent leurs propres contenus pédagogiques en réalité augmentée de manière collaborative pour élaborer la trace écrite du cours, en utilisant leur propre smartphone ou une tablette du lycée. Oui, mes élèves ont le droit d'utiliser leur smartphone pendant les cours. Ils le font pour apprendre et devenir acteurs de leurs apprentissages. Leur transmettre cet usage des mobiles fait aussi partie de mon travail de pédagogue.

Pour contacter MA Chardine viaTwitter @mchardine

Le site de Mirage Make

Thot Cursus : Vous avez connu M.-A. Chardine grâce à Twitter et vous avez participé à sa levée de fonds. Depuis quelques mois, vous testez Mirage Make avec vos élèves de CM2. Qu'en pensez-vous ?

Gilles Tisseraud : J'ai pu améliorer l'individualisation de mes enseignements. Sur un même support de type feuille de papier, pour la leçon, je réunis plusieurs types de ressource. Les élèves peuvent lire ou écouter un texte, regarder une vidéo et se tester grâce à un quizz.

Dans mon école, j'ai un élève primo arrivant qui parle bien, mais ne lit pas du tout le français. Un support uniquement textuel, comme c'était le cas il y a quelque temps, l'aurait mis immédiatement en situation d'échec. J'ai aussi un élève en situation de handicap (dispositif ULIS1) qui grâce aux enrichissements de RA utilise les mêmes documents ressource que ses camarades et peut accéder aux traces numériques qu'il produit de manière autonome grâce aux marqueurs de MirageMake.

Comme l'a dit M.-A. Chardine, avec Mirage Make, la rupture entre la ressource et le document est supprimée. Plus besoin de passer par un ENT pour déposer les ressources numériques et pour y accéder. Les élèves ont uniquement besoin d'une feuille et d'un terminal mobile avec l'application Mirage Make installée dessus. C'est très facile à intégrer aux leçons.

Comme support de départ, vous pouvez choisir un QRcode, une image ou un objet et comme support de réalité augmentée : un texte, une image, un diaporama, une vidéo native ou une image 3D (la procédure d'importation est légèrement plus compliquée). Vous pouvez même ajouter un QCM pour valider le processus d'apprentissage.

Thot Cursus : Professeur des Ecoles et maître formateur, vous échangez beaucoup avec d'autres enseignants sur Twitter.

G. Tisseraud : Oui, je teste pas mal de nouveautés et j'aime partager mes expériences. Mirage Make fait partie de mes coups de coeur avec la plateforme I Love English School. D’ailleurs, j'hybride les deux. Mes élèves écoutent des mots prononcés avec l'application de RA (voir l'image). Je vois les résultats sur leur niveau de compréhension et d'expression en anglais.

J'aimerais insister sur le caractère inclusif de Mirage Make. C'est une application à la portée de tous les enseignants et de tous les élèves, de la maternelle à l'université et en même temps qui permet d'adapter les ressources aux apprenants et de les motiver en contextualisant les apprentissages. D'ailleurs j'ai converti plusieurs professeurs des écoles.

Des innovations numériques sortent tous les jours et disparaissent aussi vite qu'elles sont apparues car elles ne sont souvent que des finalités. MirageMake est un outil de fond qui répond à de nombreux besoins, c'est ce qui fait sa force et en assure sa pérennité. Ce n'est pas un mirage pédagogique !

Pour contacter G. Tisseraud via Twitter @ClasseGillesTis

Mirage Make : http://miragemake.ticedu.fr/

Attention ! L'application est en version beta. Pour l'instant, seuls les contributeurs peuvent créer des "Mirage". Elle devrait être accessible à tous les enseignants d'ici la fin de l'année 2017. Pour l'utiliser, vous pouvez télécharger l'application "Mirage Make" sur votre Play Store ou votre Apple Store.

Et aussi sur Thot http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/technologie/28024/mirage-make-realite-augmentee-votre-portee/

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire