Par Denis Cristol  | 4cristol@free.fr

L'apprentissage de notre humanité échappe au numérique

Créé le dimanche 29 octobre 2017  |  Mise à jour le lundi 13 novembre 2017

L'apprentissage de notre humanité échappe au numérique

La spécificité des activités humaines

L’hominisation est le processus biologique de développement de l’espèce qui fait de nous un humain. Ce processus remonte des premières bactéries jusqu’à l’extraordinaire plasticité de nos cerveaux. L’humanisation est le processus d’évolution sociale et culturelle des hominidés qui nous permet d’approfondir notre condition humaine. L’apprentissage de cette condition humaine échappe au numérique.

Les activités humaines peuvent dans un grand nombre de situations être substituées ou soutenues par la vitesse des calculateurs et le pouvoir de connexion des réseaux. Mais il existe des domaines où le calcul et la proximité dans des réseaux sont peu déterminants. L'amour, l'amitié, la confiance inconditionnelle, l'humour, la honte ou la gêne, la peur et la joie, la tristesse et le dégoût, l'imagination, l'intuition, l'engagement social, la politique, le rêve et la sensation esthétique échappent à la seule mise en relation de données, même de façon massive et prédictive.

Les émotions, les affections, les passions humaines, grouillent dans nos êtres, sans autre logique que la pulsion de vie qui cherche son chemin. Il n’est d’autre façon d’apprendre la nature humaine que de la vivre.

La compilation de données qui vous prouve que vous n'avez rien à craindre d'un rongeur, d'une araignée ou d'un serpent sera bien insuffisante pour vous convaincre de quitter votre appréhension car la subjectivité humaine crée des ponts entre des émotions, des idées, des croyances et des rêves sans s'arrêter à un sens unique. Même des approches immersives basées sur la réalité virtuelle auront du mal à nous départir entièrement de notre angoisse.

À lire dans la presse les capacités édifiantes des supercalculateurs et la révolution de l’informatique quantique à venir, le numérique paraît à terme imbattable dans les fonctions cognitives, ou de raisonnement logique nécessitant recherche, tri et calcul. Le pouvoir de computation d'un super calculateur semble inaccessible aux facultés humaines. L'écart va encore se creuser. Cependant comme l'a montré le professeur de neurologie  Antonio Damasio l'intelligence humaine niche bien au-delà du seul domaine de la raison.

La dimension de l'émotion participe au génie humain (voir l’intelligence émotionnelle du psychologue Daniel Goleman). Elle permet aux hommes de décider, de faire preuve de discernement, de se projeter dans une entreprise sans en connaître l'issu au démarrage. Cette dimension émotionnelle qui s'inscrit parfois dans des spéculations irrationnelles est difficilement appréhendable par des machines qui sont déroutées avec le flou et l'ambigu.

Une machine ne sait rester dans une situation indécidable. Pendant qu'un humain tire sa spécificité de ses failles, de ses fragilités et de ses brumes, une machine est conçue pour sa performance, pour sa capacité à résoudre des problèmes complexes qu'elle solutionne à partir de suites de données auxquelles elle attribue un sens en fonction de critères pré-identifiés. Même si les machines apprennent, elles le font dans le cadre défini d’algorithmes. L’apprentissage est plus ou moins supervisé, il peut aussi opérer par renforcement et transfert, mais se posent alors de nombreuses questions de contextualisation et de sens.

Exemples d'activités humaines qui s'apprennent de façon analogique

Les activités humaines qui s’apprennent sans force de calcul sont par exemple :

L'art est l'un des exercices humains qui mise sur la plus intense subjectivité. Il est révélateur de l'inconscient. Un artiste s'appuie pour créer de l'inédit sur sa condition humaine sur le lien singulier qu'il tisse avec le monde. L’artiste se jette à corps perdu dans sa vision du monde, jusqu’à trouver une relation qui lui sied. Il devient auteur et créateur de relations, de sensations, d'expériences qui n'existaient pas.

La religion est aussi un pari intime qui ne saurait être posée en équation sauf à poser un pari à la façon du philosophe et mathématicien Français du XVIIeme siècle, Pascal qui est aussi certainement un acte de foi. C'est une croyance qui s'enracine en chacun par la vertu d'une succession d'expériences explicitant progressivement le sens d'une vie ou bien par une révélation soudaine.

La poésie nous touche car elle nous attrape par le sensible, quand on ne s'y attend pas. C'est un pont soudain qui opère de la sensation d'un auteur à celle d'un récepteur, sans filtre préalable. Il y a un lien entre le poète et le sacré. La poésie nous fait percevoir l'indicible, d'autres faces de la réalité. Le langage poétique emmène vers l'inconnu.  Il n’y a aucune mesure entre celui qui décline par cœur le texte d’un poète au moment approprié et celui qui le récite à partir d’un aide-mémoire ou d'un écran. Le lyrisme du poéme est aussi dans sa spontanéité.

L'amour, l'attachement la libre affiliation à des idées là encore ne saurait être réduit à des calculs de probabilités, ou des manœuvres. Les agences matrimoniales affichent elles-mêmes qu’elles ne garantissent pas l’amour, tout au plus la rencontre. Le sentiment amoureux a ses raisons que la raison ne connait toujours pas.

L'amour sexuel, l'apprentissage du corps et des réactions de l'autre se vivent dans le mystère d’intimités qui fusionnent. La communion avec l'autre est un pur ressenti, une pure émergence de liberté. De la séduction à cette découverte d'attractions qui se conjuguent dans l'instant par la chimie conjuguée de tous les sens, la machine ou le logiciel apportent quels appuis?

L'intuition est une combinaison de situations déjà rencontrées avec une faculté instantanée à se projeter. C'est un cheminement raccourci vers une solution ou une action. Malcolm Gladwell dans "La force de 'lintuition" que face à des situations complexes, celles où nous sommes submergés par des données que nous sommes bien incapables de hiérarchiser, l’instinct serait plus efficient. À l’inverse dans des situations plus simples il pourrait nous conduire à commettre des erreurs en nous empêchant de décider.  Il semble donc que cette capacité humaine de discerner dans l’instant, ce « coup d’œil » soit un atout sur les champs de bataille, dans toutes les situations de crises ou à fort enjeu.

L'intelligence collective et toutes les formes d'intelligence décrites par le psychologue Howard Gardner se codent difficilement, car elles s'adaptent aux contextes et aux personnalités inter-agissantes. Apprendre l’intelligence collective c’est en éprouver les vertus en groupe et à plusieurs, dans son corps, sa vision tout autant que dans son cerveau.

Tous ces registres de la vie humaine appartiennent à l'expérience en train de se faire. Les hommes poussent les limites du raisonnable et engagent un monde de leur manière chaordique (fait d’ordre et de chaos), pendant que les machines robots et IA évoluent dans un monde sans passion ni imagination.
Ce ne sont ici que quelques exemples du potentiel humain qui se développe sans logiciel, ni machines, celles-ci venant même parfois faire écran (Cf. Beauvallet 2006) à la relation par les questions techniques qu’elles introduisent.

En conclusion

S'humaniser c'est à dire s’apprendre à devenir un humain ne pourra se déléguer en aucune manière. Dans les registres ci-dessus énoncés, le numérique (outil- machine-système d’information) apportera, une influence, une aide à la compréhension des enjeux, une connaissance de la question, une aide à l’apprentissage, mais il reste à vivre l'expérience du pouvoir, de l'amour, de l’esthétique et de la vie qui émerge à chaque instant pour en porter en soi toutes les conséquences.

La prudence est de mise en matière d’apprentissage pour utiliser à bon escient de formidables outils et systèmes de communication qui ne sauraient se substituer à la pensée et l’expérience humaine. Pour apprendre de la nature humaine, essayez pour voir, à la prochaine tentation d’utiliser du numérique, de vous mettre en relation avec votre voisin, un inconnu ou un collègue, et observez sur vous-même les apprentissages en termes de sensation d’être que cela produit.

Sources :

Otto Rank L'art et l'artiste développement de la personnalité. https://www.amazon.fr/Lart-lartiste-Cr%C3%A9ativit%C3%A9-d%C3%A9veloppement-personnalit%C3%A9/dp/2228911569

Cristol, D. Joly, C (2017), Management et intelligence collective Paris : ESF. https://esf-scienceshumaines.fr/management/289-management-et-intelligence-collective.html

Alliancy – Informatique quantique la prochaine  révolution industrielle https://www.alliancy.fr/expertise/bigdata/2017/10/31/linformatique-quantique-la-prochaine-revolution-industrielle

Wikipédia - Pari de Pascal - https://fr.wikipedia.org/wiki/Pari_de_Pascal

Wikipédia – Apprentissage automatique - https://fr.wikipedia.org/wiki/Apprentissage_automatique

Wikipédia – Antonio Damasio - https://fr.wikipedia.org/wiki/Ant%C3%B3nio_Dam%C3%A1sio

Wikipédia – Daniel Goleman - https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Goleman

Wikipédia - Howard Gardner - https://fr.wikipedia.org/wiki/Howard_Gardner

Malcolm Galdwell- La force de l'intuition
http://www.neobienetre.fr/livre-de-developpement-personnel-la-force-de-lintuition-de-malcolm-gladwell/

Coachs et vous - Entretien avec Dee Hock : Chaos et organisation naturelle
http://www.coachingavenue.com/2/view_news.php?id_news=248

Beauvallet (2006), Quand l’écran fait écran. La numérisation du travail coopératif. Communication et langage
http://www.persee.fr/doc/colan_0336-1500_2006_num_148_1_4592

 

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire