Articles

Redécouvrir sa ville en jouant les guides touristiques

Des citoyens proposent des circuits touristiques personnels qui sont un intéressant complément à ceux du tourisme de masse

Par Alexandre Roberge , le 09 juillet 2018

Le tourisme ne connaît pas d’arrêt. Chaque mois de l’année, des dizaines de millions de personnes se déplacent pour voir ce qu’il y a de beau ailleurs. L’herbe est-elle vraimenet plus verte chez les autres ?

Leurs monuments sont plus jolis, leurs boutiques plus sympathiques, l’atmosphère y est tellement plus unique... Nous en oublions tous les côtés charmants de là où nous vivons. Avec le numérique, le voyage est en train de changer. De nombreux services d’hébergement alternatif aux hôtels et autres permettent un tourisme plus participatif. Et si cette approche offrait autant aux touristes qu’aux habitants la chance de s’approprier une ville...

Des guides bénévoles

En effet, il se développe, en France et ailleurs, un réseau de « greeters ». Pourtant, l’idée n’est pas née à l’heure du Web 2.0, mais en 1992 chez une citoyenne de New York. Elle désirait que les vacanciers sortent des sentiers battus et voient sa Grosse Pomme, c’est-à-dire les endroits qui la touchaient et ceux qu'elle fréquentait au quotidien. Aujourd’hui, ce sont 34 pays et plus de 150 villes et régions qui proposent ce type de service.

Ces personnes sont donc des guides bénévoles qui prennent de petits groupes (pas plus que six) et leur font visiter leur coin de pays à partir de leurs intérêts, mais ils peuvent aussi répondre à des demandes des visiteurs. Généralement, le contact se fait sur une plateforme Web qui met en lien ces greeters avec les touristes intéressés.

Par exemple, ceux qui décideraient d’arpenter Paris différemment pourraient aller sur ce site qui les mettrait en contact avec un des greeters inscrits. Il y aura ensuite discussion par courriel entre les individus afin que le vacancier puisse faire des requêtes, s’il y a lieu. Le rendez-vous sera donc pris avec le guide qui pourra leur proposer une visite personnalisée de la capitale française, mettant en lumière des endroits ou des commerces locaux parfois ignorés par les visites guidées.

Un tourisme complémentaire à échelle humaine

Au départ, cette mode des greeters ne plaisait pas aux offices de tourisme, percevant cette approche gratuite comme une concurrence déloyale. Cet homme de Poitiers raconte d’ailleurs que les relations étaient d’abord houleuses. Or, cela a changé avec le temps et des changements d’administration qui y ont vu un potentiel dans ces guides improvisés. D’autant plus que, comme l’ont rappelé des greeters de Rennes dans cette émission de radio, ils ne sont pas du tout formés en animation touristique. Ni en patrimoine, d’ailleurs. Et c’est ce qui rend ce nouveau type de tourisme complémentaire aux visites guidées traditionnelles où des guides professionnels apportent une couche de savoir et possèdent les compétences pour animer de plus grands groupes.

Ainsi, de nombreuses villes françaises ont emboîté le pas. Que ce soit Paris, Renne, Poitiers ou Rouen, l’apport de greeters depuis quelques années est vu comme un grand bénéfice, une approche personnalisée qui plait à de nombreux touristes stimulés par ces personnes passionnées par le lieu où elles vivent. D’autant plus que chacun offre une vision différente du même endroit selon leurs intérêts et leur âge. Si beaucoup d’entre eux sont des gens à la retraite, il y a aussi des trentenaires ou des individus dans la vingtaine qui proposent des visites. Par moment, comme le racontera un des greeters de Renne interviewés, certaines relations d’amitié se forment entre visiteurs et guides et se perpétuent avec Internet.

Pour des régions, comme celle de Vézère Périgord Noir, cela s’inscrit carrément dans la stratégie plus numérique du tourisme. Dans ce cas, il y a aussi l’intégration de géocaching qui permet aux plus jeunes de trouver des espaces « secrets ». D’ailleurs, ce tourisme participatif se nourrit du numérique. Par exemple, le site Localbini est une plateforme européenne où des individus proposent des expériences de tourisme dans différentes villes fort différentes. Cela peut aller d’un jogging près des lieux iconiques de Paris, à une visite musicale de Salzbourg ou une visite des meilleurs endroits pour consommer de la bière ou du vin à Berlin. Par contre, à la différence des approches greeters, les touristes devront débourser un montant plus ou moins grand selon ce qui a été déterminé par l’organisateur.

Bref, si le tourisme de masse ne s’éteint pas du jour au lendemain, il semble que le monde numérique fait la part de plus en plus belle à celui du tourisme participatif. Il propose certes des visites un peu moins pédagogiques, mais profondément humaines qui permettent autant à ceux venant d’ailleurs qu’aux locaux d’apprécier les charmes locaux.

Illustration : Marseille Provence Greeters DSC_0345 via photopin (license) 

Références

Delon, Éric. « Les “greeters”, Ou Le Tourisme Autrement. » Lesechos.fr. Dernière mise à jour : 21 juillet 2017. https://www.lesechos.fr/21/07/2017/LesEchosWeekEnd/00086-035-ECWE_les--greeters---ou-le-tourisme-autrement.htm.

Gaulin, Bruno. « Les Greeters, Des Visites Touristiques Insolites Et Personnalisées. » France Bleu. Dernière mise à jour : 20 mars 2018. https://www.francebleu.fr/emissions/la-vie-en-bleu/armorique/les-greeters-des-visites-touristiques-insolites-et-personnalisees.

« Le Tourisme Participatif Comme Alternative Au Tourisme De Masse. » Le Nid by Sitta. Dernière mise à jour : 19 avril 2018. http://lenid.sitta.fr/le-tourisme-participatif-comme-alternative-au-tourisme-de-masse/.

« Les Greeters - Un an Après. » Rouen.fr. Dernière mise à jour en 2017. https://www.rouen.fr/initiative/2017/greeters-un-an-apres-0.

LocalBini. Consulté le 5 juillet 2018. https://localbini.com/.

Paris Greeters. Consulté le 5 juillet 2018. https://greeters.paris/.

« Sortir De Sentiers Battus Avec Le Tourisme Participatif. » SudOuest.fr. Dernière mise à jour : 14 juin 2018. https://www.sudouest.fr/2018/06/14/sortir-de-sentiers-battus-avec-le-tourisme-participatif-5144754-2265.php.

Speroni, Maurane. « « Une balade hors des sentiers battus » à Poitiers grâce aux greeters. » La Nouvelle République.fr. Dernière mise à jour : 23 avril 2018. https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/une-balade-hors-des-sentiers-battus-a-poitiers-grace-aux-greeters.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur