Articles

Développer des liens même à distance

L'aspect social de la formation à distance : écouter et comprendre

Par Alexandre Roberge , le 25 novembre 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 25 janvier 2019

La technologie a permis de faciliter les communications. Il est facile de communiquer entre personnes de divers régions et pays sans latence ou presque. Or, si les moyens de se parler ont été améliorés, qu’en est-il du lien entre personnes ? Quelqu’un peut entendre sans écouter tout comme un autre peut lire sans réellement comprendre ce qui est écrit. Bref, malgré les moyens, rien ne garantit la qualité du lien humain. Ce qui est d’autant plus imortant dans un contexte pédagogique dans lequel les interactions humaines sont essentielles. Les apprenants doivent sentir qu'ils peuvent toujours compter sur une supervision humaine dans leur acquisition du savoir.

Les formats de cyberapprentissage peuvent sembler plus froids pour plusieurs. Un article du site canadien University Affairs souligne ce problème d’inclusion dans l’apprentissage en ligne. Même si la flexibilité du dispositif donne l’occasion, en théorie, d’inclure davantage d’étudiants ne pouvant se rendre sur les campus, il reste qu’humainement cela est compliqué. En effet, les auteurs notent que contrairement à la classe où les règles de vie se font en collaboration, celles en ligne sont décidées unilatéralement par le professeur.

Et puis l’enseignement en ligne ne permet pas, ou rarement, de voir les réactions des apprenants contrairement à celui présentiel. Il est alors difficile d’adapter son approche. En fait, ils remarquent aussi l’isolement de la partie professorale qui ne peut pas toujours profiter d’une communauté comme dans un établissement de formation. Pour eux, la question de l'intégration se doit donc d’être un but à poursuivre afin que toutes les parties se sentent moins isolées. 

L'importance de bâtir sa communauté

Si le proverbe africain dit que cela prend un village pour élever un enfant, le fait serait aussi vrai pour une formation numérique. En effet, cette quête d’inclusion et de plus d’humanité malgré la distance est un travail qui demande de réfléchir à la plateforme et aux approches. Cela exige déjà dans la mise en place une coopération et une collaboration afin que soit facilité le travail avec l’infonuagique, par exemple. Les partenaires techniques doivent donc être à l’écoute du corps professoral et les accompagner dans leurs questionnements.

Que ce soit pour une plateforme ou une application, il faut penser à ce qui simplifiera la vie des étudiants. Quoi de mieux alors que de leur demander? Nous pourrions noter dans leurs réponses :

  • qu’ils aiment que les ressources soient centralisées. Passer d’application en application et de mots de passe en mots de passe les exaspèrent. Pouvoir regrouper les outils utilisés leur simplifie la tâche.
  • Ils ont aussi besoin d’avoir une part d’interaction humaine. Ils l’apprécient de leurs réseaux sociaux sur leurs appareils. Ils cherchent la même chose dans le cyberapprentissage.
  • Pouvoir collaborer et discuter avec leurs confrères et avoir la possibilité de rencontrer virtuellement leur professeur ou tuteur si besoin est.
  • Enfin, ils aiment bien que le dispositif soit personnalisé. Ils veulent que ce qui figure dans leur dossier scolaire ne soit pas constamment redemandé et avoir des recommandations liées à leurs activités. Cela s’exige aussi dans les relations avec la partie enseignante.

Conséquemment, celle-ci doit penser les interactions en ligne comme du présentiel sans les repères physiques. En fait, elle doit être à l’écoute des besoins des apprenants et démontrer de l’ouverture.

Par exemple, cette professeure d’anglais en ligne a noté une fois qu’une de ses étudiantes désirait avoir une discussion avec elle mais plus libre. Après hésitation, elle a accepté et a réalisé que dans les semaines suivantes, les performances de la jeune femme s’étaient améliorées. En lui demandant pourquoi, celle-ci a affirmé que dans la conversation elle avait constaté comment la pratique donnait du sens à la théorie. Bref, en pratiquant la langue sans réfléchir à ce qu’il y avait dans le matériel d’apprentissage, cela a débloqué la situation.

Il n’y a donc pas de secrets pour que le lien demeure malgré la distance. Il faut justement oublier cette donnée et repenser les interactions et les outils numériques afin que cet aspect non présentiel s’efface. Le tout pour que, malgré l'absence physique, le lien maître-apprenant reste intact.

Illustration : Hessuj Video Conference With VMC via photopin (license)

Références

Cavalcanti, Mariana. « Meeting Students' Expectations for a Digital Campus. » Ellucian. Dernière mise à jour : 16 novembre 2017.
https://www.ellucian.com/Blog/Meeting-students--expectations-for-a-digital-campus/.

Clow, Eric, and Klodiana Kolomitro. "Online Learning Isn't As Inclusive As You May Think." University Affairs. Dernière mise à jour : 2 mai 2018.
https://www.universityaffairs.ca/opinion/in-my-opinion/online-learning-isnt-inclusive-may-think/.

« Inclusive, L’éducation En Ligne? » CAPRES. Dernière mise à jour : 19 juin 2018.
http://www.capres.ca/enseignement-et-apprentissage/formation-a-distance-et-formation-continue/publication-inclusive-leducation-en-ligne/.

Moriarty, Sean. "It Takes a Village to Build the Digital Campus." EDUCAUSE. Dernière mise à jour : 8 octobre 2018.
https://er.educause.edu/blogs/2018/10/it-takes-a-village-to-build-the-digital-campus.

« Mutual Relationship Between Online English Teachers and Students. » Blog.acadsoc.com. Dernière mise à jour : 9 février 2018.
http://blog.acadsoc.com/teaching-experience/mutual-relationship-between-online-english-teachers-and-students/.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné