Dossier de la semaine

Avatars et personas

Être celui que l'on osera jamais être peut nous en rapprocher comme nous permettre de passer à autre chose. Être beau, parfait, con, brutal, sexy, affreux, vieux, jeune, méchant, riche, pauvre, handicapé, marginal, conformiste, se multiplier, se cloner, se transformer en animal, en minéral, en insecte, en ce que l'on veut, peut libérer des idées et des charges et permettre d'intégrer d'autres points de vue et même développer de l’empathie.

On peut tous être acteur.  Jouer à prendre les responsabilités d'un rôle, quel qu'il soit, nous apprend assurément quelque chose.  Entrer dans la peau d'un personnage peut avoir une valeur pédagogique et transformatrice.

Certains avatars deviennent des caricatures stéréotypées. En ce sens ils reflètent des consensus sociaux, y compris leurs opposés. Les idées a priori que l’on se fait à propos d’autrui, dont certains élèves, induisent en bonne partie les comportements et attitudes des uns et des autres. Changer les perceptions par un avatar permet d’expérimenter une autre condition; ce qui apparaissait quasi immuable ne l’est plus. Toutes les images que nous projetons ne sont finalement que des avatars plus ou moins cultivés.

En éducation, être capable de prendre différents points de vue n'est-il pas un des éléments d'une pensée critique de qualité ? 

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : Andrew Hays - Reshot

Éléments du dossier

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné