Dossiers de la semaine

Organiser l’apprentissage

Apprendre est une aptitude vitale pour tous les organismes vivants.  Ceci posé comme principe, on peut se demander pourquoi nous aurions besoin d’organiser cette aptitude.

On apprend en observant, en imitant, en jouant, en posant des questions, en mémorisant, en simulant, en copiant, en comparant, en testant, en expérimentant, en discutant et en pratiquant pour finalement arriver à recomposer tout ce qui a été appris en des pratiques originales ou adaptées à la situation.

Les enfants font tout ça assez spontanément, parfois même à l’excès. Mais dans un monde complexe, le seul contexte familial est la plupart du temps insuffisant pour offrir la palette des expériences et des connaissances nécessaires. Arrive ici l’école qui peut proposer un contexte d’apprentissage riche de choses à découvrir et à apprendre.

Quand je vois des classes un peu brouillonnes, dont l’espace est occupé par des créations et des productions en cours, des espaces de discussion, de lecture et toutes sortes d’affiches, de livres, de collections d’objets, d’instruments et d’outils accessibles, je sais immédiatement que, dans ce lieu, l’apprentissage est favorisé. Toutes nos façons d’apprendre sont mises à contribution. On n’y limite pas la communication avec les sujets d’étude, au contraire on l’encourage.

Dans cette optique, les technologies sont pédagogiquement intéressante dans la mesure où elles favorisent les occasions d’apprentissage. Si une technologie ne sert qu’à mieux contrôler, évaluer ou mieux présenter des informations, ses bénéfices seront marginaux. Dans les faits, la plus grande qualité des technologies a été de favoriser l’accessibilité aux connaissances et faciliter la communication. De ce fait, elles perturbent radicalement le monopole du professeur sur les connaissances et la «pédagogie transmissive à sens unique», efficace seulement sur de courtes périodes. D’autres approches pédagogiques sont forcées d’apparaître.

Comme vous le découvrirez dans cette édition, quand on favorise tous les moyens d’apprendre, aussi bien par les technologies que par un bain de nature ou de culture, on remplit notre mission. Il ne s’agit pas seulement du rôle de l’enseignant, mais bien de celui de toute l’institution.

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : Deventer Musea

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Organiser l’apprentissage - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Organiser l’apprentissage

Apprendre est une aptitude vitale pour tous les organismes vivants.  Ceci posé comme principe, on peut se demander pourquoi nous aurions besoin d’organiser cette aptitude.

On apprend en observant, en imitant, en jouant, en posant des questions, en mémorisant, en simulant, en copiant, en comparant, en testant, en expérimentant, en discutant et en pratiquant pour finalement arriver à recomposer tout ce qui a été appris en des pratiques originales ou adaptées à la situation.

Les enfants font tout ça assez spontanément, parfois même à l’excès. Mais dans un monde complexe, le seul contexte familial est la plupart du temps insuffisant pour offrir la palette des expériences et des connaissances nécessaires. Arrive ici l’école qui peut proposer un contexte d’apprentissage riche de choses à découvrir et à apprendre.

Quand je vois des classes un peu brouillonnes, dont l’espace est occupé par des créations et des productions en cours, des espaces de discussion, de lecture et toutes sortes d’affiches, de livres, de collections d’objets, d’instruments et d’outils accessibles, je sais immédiatement que, dans ce lieu, l’apprentissage est favorisé. Toutes nos façons d’apprendre sont mises à contribution. On n’y limite pas la communication avec les sujets d’étude, au contraire on l’encourage.

Dans cette optique, les technologies sont pédagogiquement intéressante dans la mesure où elles favorisent les occasions d’apprentissage. Si une technologie ne sert qu’à mieux contrôler, évaluer ou mieux présenter des informations, ses bénéfices seront marginaux. Dans les faits, la plus grande qualité des technologies a été de favoriser l’accessibilité aux connaissances et faciliter la communication. De ce fait, elles perturbent radicalement le monopole du professeur sur les connaissances et la «pédagogie transmissive à sens unique», efficace seulement sur de courtes périodes. D’autres approches pédagogiques sont forcées d’apparaître.

Comme vous le découvrirez dans cette édition, quand on favorise tous les moyens d’apprendre, aussi bien par les technologies que par un bain de nature ou de culture, on remplit notre mission. Il ne s’agit pas seulement du rôle de l’enseignant, mais bien de celui de toute l’institution.

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : Deventer Musea

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !