Actualités

Publié le 06 avril 2022 Mis à jour le 06 avril 2022

Les facteurs de risque d'Alzheimer identifiés par Intelligence artificielle

Une intelligence artificielle ne souffrira pas d'Alzheimer mais elle peut aider à prédire son apparition

Une équipe de recherche pluridisciplinaire – associant des chercheurs de l'équipe-projet Aramis, de l'Inserm et de Cegedim – vient de publier, dans la prestigieuse revue The Lancet Digital Health, les résultats de recherche à partir d’une grande base de données pour identifier les facteurs de risque de démence due à la maladie d'Alzheimer.

Son originalité ? Elle s'appuie sur l'analyse des dossiers médicaux de près de 80 000 patients consultant chez des médecins généralistes, en France et au Royaume-Uni.

« La recherche n'a pas non plus été conduite sur la base d'hypothèses prédéfinies mais elle s'appuie sur 123 associations possibles, extraites dans tout le corpus de données médicales, indique le chercheur. Elle tire parti du double positionnement de l'équipe Aramis (à la fois numérique et médical), qui s'appuie autant sur des informaticiens et mathématiciens que sur des médecins et des épidémiologistes. »

«Il ressort des explorations statistiques effectuées dans les dossiers médicaux une liste des 10 pathologies les plus fréquemment rencontrées par les patients qui déclareront une maladie d’Alzheimer dans les 15 ans :

  1. la dépression figure en tête de liste, suivie par
  2. l'anxiété,
  3. l'exposition à un stress important,
  4. la perte d'audition,
  5. la constipation,
  6. la spondylarthrose cervicale (dégénérescence des vertèbres du cou et des disques entre eux),
  7. les pertes de mémoire,
  8. la fatigue (et les malaises), et enfin
  9. les chutes et
  10. les pertes de poids soudaines.»

« Certains chercheurs pensent par exemple que le fait d'appareiller une personne qui souffre d'une perte d'audition peut dans certains cas retarder l'apparition d'une forme de démence, détaille Thomas Nedelec. La perte de l'audition est en effet synonyme de moindres contacts, et donc d'un cerveau moins stimulé, dont les neurones risquent de disparaître plus rapidement qu'ils ne le devraient ».

L'analyse se poursuivra avec l'ajout de plus de 26 millions de données d’historiques médicaux provenant de Suède et d'Australie. On élargira ainsi les recherches à d'autres maladies dégénératives (Parkinson, maladie de Charcot, sclérose en plaque...).

Du coté pratique, les médecins dont les dossiers des patients qui auront été identifiés avec plusieurs facteurs de risque seront avertis et pourront envisager des mesures préventives appropriées. La recherche étant à la base effectuée dans un but de prévention, ceci en sera l'aboutissement.


Pour l'article complet :  Première identification des signes précoces d'Alzheimer

En savoir plus sur cette actualité

Visiter inria.fr


Voir plus de nouvelles de cette institution
INRIA - Institut national de recherche en informatique et en automatique

Domaine de Voluceau
Rocquencourt - B.P. 105
78153 Le Chesnay
France

Tél.: 33 (0)1 39 63 55 11

Contacter

Voir le profil

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !