Articles

Publié le 23 novembre 2022 Mis à jour le 23 novembre 2022

Vox populi, vox dei

Tout seul on pense plus vite, à tous on pense plus juste

Une exposition à la Cité des sciences de Paris a pour thème: «La foule, un objet de science.»

Cette exposition est proposée par deux chercheurs Mehdi Moussaid (1)  et Coralie Chevalier (2) . Elle met en lumière l’effet des dynamiques de groupe sur les prises de décision (3) .

La confrontation, à l'émergence des solutions

Mehdi Moussaid  rapporte une expérience intéressante à ce sujet :

  • On organise une partie d’échec à un contre des centaines de joueurs qui doivent décider ensemble contre celui qui joue seul.  On a, au bout du compte, une performance collective supérieure au niveau moyen des joueurs qui participent à cette expérience. Ce qui permet de vérifier les allégations des tenants de l’intelligence collective.

  • Ce chercheur rapporte d’autre part une expérience d’intelligence collective organisée par David Becker qui a posé une question de recherche en matière de biochimie. 200 000 personnes se sont mises à réfléchir et au bout de 5 jours, une solution viable a été trouvée.

  • Autre expérience qui pourrait paraitre improbable :   On prend une foule d’individu à qui on leur pose une question pour laquelle il existe une réponse (par exemple combien d’ascenseurs dans  l’Empire State Building). On interroge un million de personnes et on fait la moyenne des réponses. On va alors tomber sur la bonne réponse (73).

  • Voici une expérience que j’ai eu l’occasion de réaliser dans une école il y a plus de 30 ans et que chacun peut reproduire facilement : On prend un morceau de bois d’environ 1 mètre mais dont personne ne connait la longueur exacte. On demande d’évaluer la longueur de ce morceau de bois à une population la plus nombreuse possible. On va mettre alors en évidence que bien que l’écart des réponses soit très important (l’écart entre la réponse la plus basse et la réponse la plus haute), la moyenne des réponses est étrangement proche de la réalité.

  • On peut rapprocher ces expériences du travail de Kurt Lewin (4). Kurt Lewin, entre autres inventeur de la notion de dynamique de groupe, avait montré que créer des interactions et des confrontations entre plusieurs femmes potentiellement clientes pour des produits ménagers était plus efficace pour déclencher un geste d’achat que la plupart des campagnes de publicité.

Au-delà de la mise en commun d’information, c’est l’aspect confrontation qui semble avoir un effet important sur la prise de décision. Cette forme d’intelligence collective met en avant la fonction de la confrontation pour faire évoluer une pensée. On peut voir se dérouler une confrontation intérieure (le for intérieur dans son sens premier de forum intérieur). La même confrontation avec soi-même que celle que conduit le client chez son thérapeute. 

Les interactions entre les personnes ont un effet de transformation des représentations de chacun, surtout si on permet la confrontation. Cette réalité est mise en scène d’une manière magistrale dans le film de Sidney Lumet: douze hommes en colère (5).

Si on permet aux acteurs d’une situation d’échanger, de discuter et d’argumenter, alors chaque individu se rapproche lui-même de la bonne réponse. Au-delà de la recherche d’un meilleur score que le groupe adverse, l’intérêt de cette confrontation est de faire évoluer les points de vue individuels comme les décisions collectives.

C’est un effet mis en avant par le psychologue Hugo Mercier (6).

On peut aussi voir les effets d’une confrontation collective sur les prises de décision : on a montré dans les démarches d’entreprise apprenante que lorsqu’on permet la confrontation en l’instituant comme faisant partie du travail, les décisions collectives sont meilleures et l’engagement des acteurs est maximum.

La démocratie, un espace de confrontation institué

On remarquera que l’institution de la confrontation est la base même du fonctionnement démocratique : dans le système législatif français, les deux assemblées sont chacune en soi un lieu de confrontation entre les élus. Et le passage d’une chambre à l’autre consiste aussi en un processus de  confrontation.

On peut faire l’hypothèse que les décisions concernant les collectifs ne peuvent être prises qu’à l’issue d’une confrontation instituée. Si les experts et les scientifiques étaient légitimes pour prendre des décisions concernant la vie commune, on n’aurait pas besoin de la démocratie pour gouverner. On se souviendra de ce que disait Clémenceau : «La guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des miliaires.» Au-delà de l’apparente boutade, il y a une réalité évidente : l’expertise est faite pour produire de l’information mais rarement pour prendre des décisions, principalement en situation d’incertitude.

On l’a vu récemment dans la crise du covid; l’incertitude était telle qu’aucune expertise ne pouvait prétendre apporter une solution certaine dont les résultats pouvaient être prévisibles. En ce sens, les procès faits à certains hommes politiques dans leur gestion de la crise peuvent paraitre quelque peu injustes. Dans une telle incertitude, nous n’avons que le choix de l’errance et de l’essai-erreur. Si on voulait vraiment leur reprocher quelque chose c’aurait pu être d’avoir empêché les débats, ce qui n’a pas été le cas.

En ce sens les décisions prises dans un système démocratique sont, pour l’essentiel, les décisions les plus viables et les plus adaptées.

L'art de discuter

L’utilisation de la confrontation pour transformer les opinions peut prendre des formes assez inattendues (7). De nombreux pays se sont emparés du phénomène des séries télévisées pour influencer leur opinion publique. C’est ce qu’a fait notamment l’Inde pour permettre le développement de la contraception et plus récemment comme moyen de mobiliser les femmes dans la lutte contre le patriarcat archaïque qui freine le développement économique du pays (8).

Si on y regarde de près, au-delà de l’apparence de la lutte du bien contre le mal, ces séries conçues pour influencer les opinions, mettent en scène des confrontations. Ce qui favorise le débat intrapsychique, (le for intérieur pour l’individu) et favorise aussi le débat à l’intérieur des familles ou des communautés.

Ceux qui affirment que les institutions démocratiques sont une perte d’énergie, de temps et d’argent ne voient pas en quoi ces instances, en produisant de la confrontation, permettent qu’un collectif s’autorégule et s’autodétermine le moins mal possible.

Mais si la possibilité de se confronter est nécessaire, elle n’est pas suffisante. On le voit bien dans les débats de société actuels ou la manipulation de certaines population laisse émerger des dirigeants comme Trump ou Bolsonaro. L’éducation des citoyens reste la condition nécessaire et une préoccupation de tous les instants pour qu’existent des confrontations qui soient autre chose que des batailles de slogans reflétant la peur et l’ignorance de ceux qui les portent. Car dans ce cas là vox populi peut devenir vox diaboli.


Références

 1 Mehdi Moussaid, chercheur en science cognitive à l’institut Max Planck et commissaire de l’exposition;  auteur de fouloscopie : ce que la foule dit de nous.   
https://fouloscopie.com/

 2 Coralie Chevalier, commissaire de l’exposition. chercheuse en sciences cognitive à Normal Sup.

Document pdf sur l'exposition Foules
https://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/expos-temporaires/foules

 3 On écoutera avec intérêt le podcast de Radio France  sur cette exposition : La mécanique des foules - France Inter
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-mercredi-26-octobre-2022-7530201

 4 Kurt Lewin (1890-1947), psychologue américain spécialisé dans la psychologie sociale et le comportementalisme, acteur majeur de l'école des relations humaines. Pour plus de détail sur l’expérience de Kurt Lewin,  Le permission marketing
https://www.sam-mag.com/archives/permission.htm

5  https://fr.wikipedia.org/wiki/Douze_Hommes_en_col%C3%A8re_(film)

  Hugo Mercier.   Institut Jean Nicod Laboratoire IJN ESC.  Equipe  SOCIAL COGNITION: FROM BRAIN TO SOCIETY. 
Site web perso.    https://sites.google.com/site/hugomercier/

6  Séries et Politique – Quand la fiction contribue à l’opinion
https://clio-cr.clionautes.org/series-et-politique-quand-la-fiction-contribue-a-lopinion.html

7 Comment la série “Moi, femme, je peux tout accomplir” réveille le féminisme en Inde
https://www.lesinrocks.com/actu/comment-la-serie-moi-femme-je-peux-tout-accomplir-reveille-le-feminisme-en-inde-138670-21-10-2017/


Voir plus d'articles de cet auteur

Le fil RSS de Thot Cursus via Feed Burner.


Les tweets de @Thot


Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !