Par Christine Vaufrey  | redaction@cursus.edu

Les styles d'apprentissage, une vaste rigolade ?

Créé le mardi 9 octobre 2012  |  Mise à jour le mercredi 14 novembre 2012

Recommander cette page à un(e) ami(e)

Les styles d'apprentissage, une vaste rigolade ?

Depuis 2010, les articles académiques et grand public se multiplient aux Etats-Unis pour dénoncer ce que certains appellent "l'imposture" ou "l'erreur" des styles d'apprentissage. Non que ce concept ne recouvre certaines réalités évidentes : les apprenants n'apprennent pas tous de la même façon, pas la peine d'être diplômé en psychologie ou en neurosciences pour le savoir; mais ce qui est fortement remis en cause aujourd'hui, c'est l'utilisation faite de cette théorie dans la conception et l'animation de formations, en présence ou en ligne. Les éducateurs sont donc les premiers touchés par la remise en cause de l'importance des styles d'apprentissage.

 

Aucune vérification de la théorie par la recherche

Quels sont donc les termes de cette remise en cause ? Dans un article intitulé "Challenging the Notion of Learning Styles", Maryellen Weimer les résume ainsi : 

- Les tenants des styles d'apprentissage estiment que "les apprenants ont des préférences en matière d'apprentissage qui sont indépendantes de leurs habiletés et des contenus, et qui ont des implications sigificatives sur leurs apprentissages" et que le formateur doit donc prendre en compte ces différents styles lorsqu'ils animent un cours, proposant par exemple un même contenu de manière à satisfaire les auditifs, les visuels et les kinesthésiques, grâce à des médiations différentes.

- Or, en conditions expérimentales (ie : avec des conditions de réalisation contrôlées et reproductibles), l'apprentissage sur un support donné se réalise de la même manière chez différents apprenants, quel que soit le mode de présentation choisi et le style d'apprentissage annoncé par l'étudiant. 

- Ce qui signifie donc que la théorie des styles d'apprentissage n'est pas étayée par des données objectives issues de la recherche. Et qu'il faut arrêter d'encourager les enseignants et formateurs à s'adapter aux styles d'apprentissages de leurs apprenants. Ca ne sert à rien. 

En fait, c'est un article publié en décembre 2009 dans la revue de l'Association for Psychological Science sous le titre Learning Styles Debunked : There is no Evidence Suporting Auditory and Visual Learning, Psychologists Say, qui a mis le feu aux poudres. Depuis cette date, les conséquences de cette découverte sur les éducateurs et leurs méthodes pédagogiques ne cessent de grandir. 

D'après C. Riener et D. Willingham dans leur article "The Myth of Learning Styles", il ne sera pas facile d'abandonner la théorie des styles d'apprentissage, car elle est passée dans les "savoirs communs", ceux qui semblent si évidents qu'il n'apparaît plus nécessaire de les discuter, même s'ils sont faux. 

 

Ingénierie pédagogique : on sait ce qui fonctionne

Mais faisons un effort et oublions donc les styles d'apprentissage. Sur quoi allons-nous nous baser désormais pour accompagner de la meilleure manière possible l'apprentissage de nos étudiants ?

Nous pouvons utiliser deux ensembles de données et de concepts.

Premièrement, les principes de base de l'ingénierie pédagogique et de la formation aux adultes. C'est la voie que conseille par exemple Joel Gardner sur son blog Reflection on Instructional Design, dans un billet intitulé The 5 Most Fundamental Strategies for Helping Your Students Learn, qui met en lumière les principes conceptualisés par M.D. Merrill, que nous connaissons tous peu ou prou :

  • Apprentissage centré sur la tâche;
  • Informations nouvelles reliées aux connaissances antérieures des apprenants;
  • Apprentissage en contexte favorisant la résolution de problèmes;
  • Application rapide des savoirs et savoir-faire nouveaux;
  • Engagement dans l'apprentissage via les débats, activités, et la planification du transfert des acquis en situation. 

Ces principes-là ont été élaborés à partir de nombreuses expérimentations empiriques et "en situation contrôlée". Effectivement, en les appliquant au quotidien l'on constate qu'ils sont pertinents et que si nous les traduisons dans nos scénarios pédagogiques et en particulier dans les activités proposées aux apprenants, la qualité des apprentissages est clairement améliorée. 

 

Ce que nous savons maintenant du fonctionnement de la mémoire

Nous pouvons également nous appuyer sur les développements récents des connaissances sur le fonctionnement de la mémoire et leurs implications pédagogiques. 

Il apparaît que :

- Lorsque l'on a un important corpus d'informations liées les unes aux autres à intégrer, il est préférable de travailler un peu sur chacune d'entre elles simultanément et d'effectuer cette opération plusieurs fois jusqu'à ce qu'on maîtrise le tout, plutôt que de vouloir intégrer à fond un élément, puis de passer au suivant, de l'intégrer à fond, etc. Ceci pour avoir une vision de la cohérence globale de ce qui est à intégrer, et donc en faciliter l'apprentissage par le biais de la production de sens.

- Il faut faire des efforts pour apprendre. Eh oui, c'est sans doute une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui croient qu'en lisant une fois leur cours avant d'aller dormir, ils sauront tout comme par miracle le lendemain matin... Mais décidément, l'effort est bien au centre du processus d'apprentissage. Mais il s'agit de porter l'effort là où il est le plus efficace. Par exemple, il est beaucoup plus productif, en termes d'apprentissage, de prendre des notes après un cours que pendant son déroulement. Ceci, parce que la prise de note a posteriori implique un effort de mémorisation et de structuration des informations. Dans le même ordre d'idées, il est très efficace de travailler un peu - faire une pause - recommencer - etc. en se contraignant au début de chaque phase de travail à se rappeler ce qui a été vu lors de la phase précédente. A chaque nouvelle étape, l'apprentissage devient plus facile, là encore grâce à la mémorisation et à la structuration des informations. " Ce dont nous nous souvenons, nous nous en souviendrons de plus en plus facilement à l'avenir", dit le professeur Robert Bjork, directeur du Learning and Forgetting Lab de l'Université de Californie - Los Angeles (UCLA). Le site de ce laboratoire est d'ailleurs une mine inépuisable de connaissances sur le fonctionnement de la mémoire et les implications de ces savoirs sur les pratiques pédagogiques, et nous vous conseillons vivement de le visiter. C'est Robert Bjork également qui parle de "difficultés souhaitables" ("desirable difficulties") pour stimuler l'apprentissage. 

- L'évaluation fréquente fait partie du processus d'apprentissage. Que l'on s'auto-évalue ou que l'on soit évalué, il faut le faire souvent car là encore, cela stimule la mémorisation et le sens de ce que l'on apprend et permet de faire le lien avec les étapes suivantes. 

Deux articles vous donneront plus de détails sur ces processus de mémorisation et leurs implications pédagogiques :

Ce que l'on doit savoir sur le fonctionnement de la mémoire : l'état de la recherche cognitive, publié sur l'excellent blog L'éveilleur, par Eric Chamberland (Université de Sherbrooke) et Everything You Thought You Knew About Learning Is Wrong, article grand public de Garth Sundem publié sur le site psychologytoday.com.

Autant de pistes à creuser et de concepts à opérationnaliser pour accompagner les processus d'apprentissage des étudiants, quels que soient leurs styles. 

Sources :

Challenging the Notion of Learning Styles Maryellen Weimer, Faculty Focus, 13 mars 2012.

Learning Styles Debunked : There is no Evidence Suporting Auditory and Visual Learning, Psychologists Say. Site de l'Association for Psychological Science, décembre 2009.

The Myth of Learning Styles, Cedar Riener et Daniel Willingham, Change magazine, sept-oct 2010.

The 5 Most Fundamental Strategies for Helping Your Students Learn, Joel Gardner, blog Reflection on Instructional Design, 23 décembre 2011

Ce que l'on doit savoir sur le fonctionnement de la mémoire : l'état de la recherche cognitive, Eric Chamberland, blog L'éveilleur, 22 août 2012

Everything You Thought You Knew About Learning Is Wrong, Garth Sundem, site psychologytoday.com, 28 janvier 2012.

Illustrations 

Haut : christing-O- via photopin cc

Corpt de texte : capture d'écran du blog Reflecions on Instructional Design

Poster un commentaire

Commentaires

6 commentaires

Icône - Visage inconnu
  • Leclerc Carole
  • 14 novembre 2012 à 19 h 07

Formatrice

Article intéressant et instructif. Merci

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Joel
  • 15 novembre 2012 à 10 h 10

Program Chair, Instructional Design and Performance Technology

Thank you for sharing my blog post on First Principles of Instruction!

Répondre
Icône - jrodet
  • Jacques Rodet
  • 16 novembre 2012 à 06 h 06

Le tuteur à distance doit-il connaître les profils cognitifs des apprenants ?

L'an dernier, j'ai publié un billet intitulé "Le tuteur à distance doit-il connaître les profils cognitifs des apprenants ?" De manière plus pratique que théorique j'y traite des questions suivantes :

  • Pourquoi parle-t-on de profil cognitif ?
  • Comment peut-on le déterminer ?
  • Comment un tuteur à distance peut-il avoir connaissance du profil cognitif de chacun de ses apprenants ?
  • Comment peut-il interpréter les connaissances qu’ils possèdent sur les profils cognitifs des apprenants pour déterminer son action tutorale ?
  • Comment est-il possible de diagnostiquer que les interventions tutorales seront plus pertinentes si elles sont basées sur la connaissance des profils cognitifs des apprenants ?

 

Lire le billet : http://blogdetad.blogspot.fr/2011/09/le-tuteur-distance-doit-il-connaitre.html

Répondre
Icône - christinava
  • Christine Vaufrey
  • 23 novembre 2012 à 03 h 03

Great blog, Joel !

@Joel : your blog is very instructive. Thank you for sharing your experiences and thoughts !

Répondre
Icône - Visage inconnu
  • Tracy Rosen
  • 28 novembre 2012 à 06 h 06

En réponse...

Bonjour Christine,

J'ai déjà écrit plusieurs articles qui traitent ce sujet et ça reste présent dans mes pensées. J'aime bien la façon que tu as montré les principes de l'instruction dans ce contexte - beaucoup plus pertinent d'avoir des situations d'apprentisages bien construit où tous les apprenants peuvent apprendre en utilisant plusieurs modalités cognitifs que de trop penser aux styles d'apprentissages des individus...qui, à mon avis et pour d'autres, n'existent pas vraiment... Tracy

Répondre
Icône - christinava
  • Christine Vaufrey
  • 3 décembre 2012 à 03 h 03

Bien construire les situations d\'apprentissage

Bonjour Tracy,

Je suis absolument d'accord avec toi. Le plus étonnant, c'est que les soi-disant "styles d'apprentissage" désignent en fait les différents canaux par lesquels on peut transmettre de l'information. C'est sans doute parce que cette théorie a été construite à une époque où l'écrit et la parole de l'enseignant étaient encore ultra-dominant... Aujourd'hui, on utilise l'image, les podcasts, et surtout la tâche, l'activité de l'apprenant. Ce qui améliore effectivement la qualité de la transmission d'informations, à condition de bien savoir utiliser et mixer ces différents médias... Et ce qui nous laisse le temps de nous concentrer sur l'essentiel, à savoir le processus d'apprentissage plutôt que le processus d'encodage de l'information.

Répondre