Par Denys Lamontagne  | direction@cursus.edu

L’éducation pour s’enrichir… aussi en éducation

Créé le lundi 21 mars 2016  |  Mise à jour le mardi 29 mars 2016

L’éducation pour s’enrichir… aussi en éducation

Étudier est payant

Voici une donnée intéressante de l’OCDE qui s’appuie sur les données de plus de 10 millions de travailleurs : peu importe le pays, les 1 % des personnes les plus riches ont très majoritairement (65%) complété des études supérieures.

Étudier est donc payant. Mais il faut choisir le bon domaine : la finance, l’administration, les technologies. Ce sont évidemment les postes de dirigeants qui sont les plus payants.

Les études dans les domaines techniques ne mènent presque personne à la grande richesse, à moins de prendre une orientation administrative.

Si l’éducation est payante, ce n’est pas comme prof : le domaine de l’éducation est celui où la probabilité de faire partie du 1 % des plus riches de la société est la plus faible. Même le domaine du loisir le précède !  On peut parier que le fait que le système public y soit très fort établit les standards des salaires et apaise la concurrence.

Que des dirigeants gagnent des revenus de plus 1 000 fois celui de leurs employés (15 millions / 15 000) est difficilement concevable mais pourtant accepté dans certains milieux comme la finance ou la grande entreprise.  Je ne connais personne qui abatte le travail de 1 000 autres.  C’est l’organisation de 1 000 personnes qui permet à certaines d’entre elles d’assumer certains rôles, mais qu’est-ce qui peut justifier un tel écart ?

Faire afficher l'image pour agrandir (clic droit)         


La leçon du 1 %

Que l’éducation soit au dernier rang des domaines d’activités valorisés peut sembler injuste alors qu’elle est le point commun principal des plus riches.

Mais d’un autre coté, elle indique de quel coté aller pour un système plus égalitaire.  Le système éducatif ne permet pas de faire fortune, mais on y vit majoritairement bien mieux que dans la plupart des autres industries.

On peut bien former d’excellents dirigeants mais leur valeur ne s’appuie pas tant sur leur diplôme que sur leur capacité d’obtenir des résultats. Un bon dirigeant est comme un athlète de haut niveau : il fera gagner son entreprise à tout coup, en principe, aussi on est prêt à y mettre le prix.

Le 1 % enseigne comment augmenter sa valeur comme domaine : il garantit son résultat, la valorisation de votre investissement.  

Plus le système éducatif garantit son résultat, mieux il est financé. La garantie de réussite est le meilleur moyen d’augmenter la valeur du système. S'il vise la réussite, il est sur la bonne voie.

Que le système financier s’arroge une telle part des revenus dans la société tient du prodige : on ne mange pas d’argent, on ne s’habille pas avec de l’argent, mais on peut presque tout acheter avec de l’argent, même de l’éducation.

L’éducation ne se mange pas, on ne s’habille pas non plus avec de l’éducation mais on peut presque tout réussir avec de l’éducation. On possède la connaissance et on peut même l’échanger contre de l’argent. On a aucune raison de ne pas valoriser l’éducation par rapport au système financier et des professions élitistes.

Rééquilibrer la société ?  On peut valoriser l’éducation, financièrement y compris, sans pour autant appauvrir les autres.

Références

Who are the top 1% earners in Europe? - Oliver Denk - OECD Economics Department Working Papers No. 1274
http://www.oecd-ilibrary.org/docserver/download/5jrp1g39gkzw.pdf?expires=1458588763&id=id&accname=guest&checksum=8342B07F12CC435B633316E3531B23B5

Europe’s top 1%: Who they are and how you get in - Oliver Denk, Economiste
https://medium.com/@OECD/europe-s-top-1-who-they-are-and-how-you-get-in-69a4b615d500

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire