Articles

Peut-on changer l'organisation du temps scolaire ?

L'emploi du temps scolaire semble figé pour l'éternité. Pourtant, le découpage actuel freine l'innovation pédagogique et fragmente le sens des apprentissages.

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 12 décembre 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 25 janvier 2012

Tout comme les rythmes scolaires, l'organisation du temps scolaire est une problématique de la réforme de l'éducation mais une problématique peu médiatisée. En effet, depuis des lustres, elle est restée immuable en dépit des variations des programmes et des curricula. Aniko Husti écrira à cet effet : "Une des dimensions les plus périmées de l’enseignement secondaire est certainement son utilisation du temps, puisque l’institution éducative a adopté et imposé tout au long de notre siècle le même concept de temps, tout en fixant continuellement des objectifs nouveaux".

A la question du possible changement de l'organisation du temps scolaire, elle répondra par l'affirmative. Dans les années 1980, elle a conduit des expérimentations sur de nouvelles façons d'utiliser le temps à l'école, objet de quatre vidéos produites à l'époque par l'Institut national de recherche pédagogique (INRP).

L'emploi du temps mobile

L'emploi du temps, dit-on, dans l'une de ces vidéos est le cadre traditionnel dans lequel s'organise la vie de l'ensemble des partenaires de la communauté scolaire : les élèves, les enseignants et les parents.

Au cours d'entretiens réalisés avec ces différents partenaires de l'école, Aniko Husti montre que l'emploi du temps tel qu'on le connaît est un problème de l'école. Figé et conçu pour l'être, l'emploi du temps n'encourage pas les innovations pédagogiques.

De l'avis même de certains enseignants, cet emploi du temps ne tiendrait pas compte du rythme biologique quotidien et des variations saisonnières ce qui se ressent sur la productivité et sur les capacités d'apprentissage des élèves. Pourtant, l'emploi du temps traditionnel est naturel. Chaque acteur de l'école s'attend en début d'année scolaire a avoir un emploi du temps, quitte à le subir plus tard consciemment ou non.

Les travaux d'Aniko Husti ne remettent pas en cause l'existence d'une programmation mais ils visent à l'assouplir de sorte à donner plus de place à l'acquisition des connaissances et à leur approfondissement par les élèves, plutôt qu'à leur présentation rapide dans un temps très limité. De plus, A. Husti insiste sur le fait qu'en utilisant le temps autrement, "on sort d'un système fermé pour aller dans un système ouvert", qui permet et encourage les interactions entre les acteurs de l'école tous mobilisés pour la gestion du temps en fonction du projet pédagogique. Car le découpage du temps recouvre en fait le découpage du contenu, et donc le découpage du sens, toujours selon A. Husti. Cette problématique du fractionnement du temps / du contenu / du sens est réellement d'actualité, et nous l'évoquions récemment sur Thot dans sa déclinaison de la formation à distance.

Ces travaux apportent la preuve que la réorganisation du temps scolaire est possible dans toutes les disciplines et à tous les niveaux. En rompant avec le modèle basé sur la durée horaire figée et le rythme unique, on parvient à une autre pédagogie qui améliore l'efficacité de l'enseignement.

Le temps mobile, expérimentation sur les rythmes scolaires. Aniko Husti, INRP

Photo : Leo Reynolds, Flickr, licence CC BY-NC-SA 2.0

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné