Articles

S'approprier les symboles historiques

Comment des élèves ont compris l'histoire locale et globale en étudiant les symboles historiques insoupçonnés

Par Alexandre Roberge , le 10 juin 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 11 juin 2018

S’il est difficile d’avoir un portrait à 100 % juste de l’Histoire, celle-ci a laissé des milliers de traces. Certaines sont encore en relativement bon état malgré une surveillance constante exigée comme l’Acropole d’Athènes ou le Machu Picchu.

L'Histoire a aussi légué des symboles qui se retrouvent dans des œuvres d’art et des monuments faits à la mémoire de disparus. Tous pourraient reconnaître assez aisément la signature de la Déclaration d’Inpédendance des États-Unis ou les statues du Général de Gaulle.

Le rôle du cours d’histoire est donc d’expliquer aux jeunes ces symboles, le contexte et la vie de ceux qui ont eu un impact sur le cours de l’Histoire avec un grand "H". Cela veut dire aussi réfléchir comment certains d’entre eux peuvent perdre ou prendre une autre valeur avec le temps. Par exemple, la chaîne YouTube «C’est une autre histoire» montre bien comment la figure de Marianne est née et s’est transformée en France :

 

Nous savons que le régime d’Adolf Hitler a littéralement sapé le svastika, un emblème sacré de l’hindouisme pour en faire une icône haineuse et guerrière. Dans d’autres cas, comme aux États-Unis, les artefacts et statues de la Confédération durant la Guerre civile sont de plus en plus controversés puisque généralement vénérés par des groupes racistes. Même le Canada commence à vouloir ranger certains noms sur les bâtiments et rues parce qu’ils souvent associés à des impérialistes racistes qui ont fait souffrir les nations autochtones. Bref, les symboles changent et prennent des significations qu'il est essentiel d'enseigner aux enfants. Mais mieux encore, si eux-mêmes cherchaient des symboliques de leur histoire locale?

Des élèves archéologues

C’est ce qui s’est passé dans le quartier de l’Estaque entre 2008 et 2013. Des élèves de CM2 ont été invités à explorer et analyser les vestiges industriels de l’Estaque et du bassin de Séon. Ils ont ainsi noté comment ils ont laissé des artefacts et symboles expliquant le développement de Marseille. Que ce soit des restes de tuiles, des murs, des bouts de cheminée ou des plaques commémorant des ouvriers ayant lutté pour la Libération, ces apprentis archéologues ont ainsi découvert des pans entiers de leur histoire locale qui leur était inconnue. Ce travail a grandement été publié dans le Canard de l’Estaque, journal des élèves qui ont pu en apprendre à leurs comparses sur le passé riche du dernier siècle.

Tout est parti d’une promenade en ville et d’un rallye photo. Rapidement, des élèves ont commencé à poser des questions sur les tuileries et les noms sur les plaques. Ces discussions ont mené le professeur des écoles Jacques Vialle à travailler avec l’historienne Laurence de Cock pour offrir des informations et planifier des « fouilles archéologiques » dans lesquelles les enfants pouvaient explorer et comprendre le quartier et même l’histoire globale. Parce que pour l’enseignant, cette curiosité sur des aspects locaux permet de bien mieux expliquer et les grands enjeux historiques. Bien plus facile de parler de la Seconde Guerre mondiale et de la résistance en utilisant des exemples ancrés dans le quartier. Pareil pour la Révolution industrielle et les conditions de travail des travailleurs dont il reste encore des symboles. Une façon aussi de traiter comment cette industrie a chu des décennies plus tard.

Cette expérience souligne l’importance d’user des symboles autant globaux que locaux afin de mieux faire comprendre le passé aux jeunes et qu’ils en tirent des enseignements. Ces pictogrammes, statues, plaques, immeubles patrimoniaux et restes archéologiques sont là pour rappeler à la fois les côtés lumineux et sombres de l’humanité.

Par exemple, les kiosques encore présents à Vichy sont des legs de Napoléon III. Peut-être que certains disparaîtront puisque les valeurs changent. Néanmoins, ces réflexions pourront être le point déclencheur pour susciter une curiosité chez l’apprenant à en savoir plus sur ce symbole et l'évolution de son sens au fil du temps. 

Illustration : Kᵉⁿ Lᵃⁿᵉ City Hall Statues (Buffalo, New York) via photopin (license) 

Références

« Le Canard de l’Estaque. » Site De L’école Estaque Gare à Marseille. Consulté le 7 juin 2018. http://estaque.gare.free.fr/canard.htm.

« Les Kiosques De Vichy, Au-delà De La Musique, Un Symbole Historique Du Thermalisme. » Www.lamontagne.fr. Last modified June 2, 2018. https://www.lamontagne.fr/vichy/travaux-urbanisme/histoire/2018/06/02/les-kiosques-de-vichy-au-dela-de-la-musique-un-symbole-historique-du-thermalisme_12870210.html#refresh

« Les Symboles Controversés De L’histoire Continueront De Tomber, Selon Des Experts. » Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 19 août 2017. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1051315/symbole-controverse-histoire-statue-etats-unis-confederes-racisme.

RFI. « Du Symbole De Paix Au Régime Nazi : L’histoire De La Croix Gammée. » Mashable. Dernière mise à jour : 16 février 2018. http://mashable.france24.com/monde/20180216-symbole-paix-regime-nazi-histoire-croix-gammee.

Vialle, Jacques. « Comment Des élèves Ont écrit L’histoire De L’Estaque. » Aggiornamento Hist-geo. Dernière mise à jour en juin 2013. https://aggiornamento.hypotheses.org/3800.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné