Articles

Partager pour mieux conserver : une stratégie pour apprendre !

Consolider ses compétences en s'attachant à documenter son travail

Par Jacques Dubois , le 24 juin 2019

Les vacances sont un temps privilégié de relecture et de bilan. Il peut être utile de formaliser et documenter les travaux menés au cours de l'année pour capitaliser et progresser. Et si vous alliez jusqu’à partager ce travail de documentation ? Le donner ? Bien loin de vous appauvrir, cette démarche va vraiment vous aider à progresser ! Voyons ensemble les quelques éléments qui permettent de défendre ce point de vue.

Trier

Faire le tri dans les projets ou activités de l’année écoulée nécessite d’évaluer ce qui a porté le plus de fruits et qui mérite d’être approfondi ou ce qui a le plus plu (on a aussi le droit de se faire plaisir). Ce tri va en fait se décomposer en deux étapes :

  1. L’évaluation, où l’on va estimer la pertinence des projets ou actions menées au cours de l’année ;
  2. La direction que l’on va donner pour la suite de son activité professionnelle en choisissant de ne prolonger que les projets les plus pertinents et abandonner les autres !

Ces deux éléments sont essentiels dans un apprentissage tout au long de la vie pour s’orienter et progresser en continu.

Documenter

Une fois les différents projets triés, on analyse et documente ce qui a été fait. L’idée est alors d’expliciter le contexte, les objectifs visés, la démarche mise en œuvre et les résultats. Si on veut aller jusqu’au bout de la démarche, il faut documenter tous les projets, les réussites comme les échecs afin de capitaliser aussi les erreurs pour ne plus les reproduire. À ce titre, Les ‘failconf’ mettent justement en avant les échecs et la façon dont on a pu rebondir ensuite. C’est une démarche extrêmement riche qui mérite d’être appliquée et exploitée dans de nombreux contextes, aussi bien professionnels que personnels.

De plus, documenter va obliger à formaliser les différents aspects d’un projet et aider à prendre du recul. La taxonomie SOLO, formalisée par Biggs et Collis, me semble à ce titre assez inspirante pour caractériser la richesse de description d’un projet. Elle se caractérise par 5 niveaux que nous pouvons transposer dans notre contexte de documentation d’un projet comme suit :

  • Préstructurel : le projet n’est pas compris, les éléments présentés sont lacunaires ;
  • Unistructurel : quelques éléments du projet sont bien présentés ;
  • Multistructurel : l’ensemble des éléments du projet sont bien présentés et documentés mais traités séparément sans mettre en avant la cohérence globale ;
  • Relationnel : le projet est présenté dans sa globalité et sa cohérence ;
  • Abstrait étendu : le projet est ‘modélisé’ pour pouvoir le comparer, le généraliser ou le transposer facilement.

Partager

Partager votre production va élever le niveau d’exigence. En effet, partager implique d’être lu, ce qui engage naturellement à élever la qualité de la production partagée. On considère ceci comme un défi qui pousse à viser les niveaux supérieurs de la taxonomie SOLO (niveaux relationnel et abstrait étendu). Et le premier bénéficiaire de cette exigence accrue, c’est l’auteur du travail !

De plus, partager permet d’avoir des retours sur la production mise à disposition. Cela peut se concrétiser par des marques de reconnaissance ou de remerciement mais aussi des compléments, des liens vers d’autres ressources mises à disposition, ...

Enfin, cela permet de s’insérer dans un réseau de professionnels qui se posent les mêmes questions et cheminent dans la même direction.

Ces différentes interactions vont, dans la durée, aider à s’orienter et soutenir la motivation.

Et recommencer ...

Cette démarche est une source d’apprentissages réels, mais c'est aussi un fort levier pour développer son auto-efficacité (confiance dans sa capacité à réussir). Ces deux éléments sont des moteurs efficaces pour soutenir l’engagement dans une démarche de développement professionnel. Il peut alors être intéressant de rentrer dans une dynamique de documentation ‘en continu’. Vous pouvez pour cela utiliser un blog, mais si l'écrit vous rebute, n'hésitez pas à essayer d'autres formats : audio, vidéo, graphique, ...

Analyser

Maintenant que la démarche est clarifiée, il est intéressant d’interroger son efficacité. Plutôt que de vous présenter un point de vue théorique, je vous propose de vous décrire les apprentissages que je tire de la rédaction de cet article :

  • Il m’a donné l’occasion de me replonger dans quelques lectures sur l'auto-apprentissage et de préciser quelques définitions ;
  • Il m'a aussi permis de prendre conscience de la pertinence de la taxonomie SOLO pour évaluer la richesse d’un tel travail de documentation ou d’analyse de projet.
  • Enfin, il a été l'occasion de refaire un point sur l'évaluation d'un travail : Quand on s’initie à cette démarche, la première idée d’évaluation est de se pencher sur la production et d’évaluer sa qualité ou pertinence (et la taxonomie SOLO peut être utile). Dans un deuxième temps, on peut confronter la démarche théorique présentée ici à l’activité réelle. On évalue alors le processus.
  • Enfin, on peut chercher à repérer les apprentissages qui découlent de cette activité en se penchant sur le propos, c’est ce que je vous propose dans cette partie d’analyse. Ces trois niveaux d’évaluation sont présentés par le Cégep Sainte Foy (référence ci-dessous) dans le cadre d’une évaluation collective mais peuvent s’adapter à toute situation d’apprentissage.

Voilà, vous connaissez la démarche, avec l'été qui arrive, vous avez peut-être un peu de temps pour vous lancer : allez-y ! Partagez ! Vous verrez : produire et donner de tels documents permet de capitaliser ses apprentissages dans la durée !

Références

Pédagogie, Andragogie & Heutagogie, J. Dubois, 2014 (visité le 23 juin 2019)
https://prodageo.wordpress.com/2014/10/23/pedagogie-andragogie-et-heutagogie/

Les failconf, collectif (visité le 23 juin 2019) http://thefailcon.com/

Apprentissage autodirigé et formation à distance, A. Jézégou, 2008, (visité le 23 juin 2019)
https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2008-3-page-343.htm

La taxonomie SOLO, Biggs, (visité le 23 juin 2019)
http://www.didaquest.org/wiki/Taxonomie_de_SOLO

Une illustration de l’évaluation individuelle et collective des apprentissages dans un travail en équipe de grande envergure, CEGEP de Ste Foy, (visité le 23 juin 2019)
https://sites.cegep-ste-foy.qc.ca/fileadmin/user_upload/_imported/fileadmin/groups/7/Babillard/4.Evaluer/4.EQ.1_Illustration_eval_ind_collective_apprentissages_equipe.pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné