Articles

Publié le 24 février 2020 Mis à jour le 24 février 2020

Triz - Créer et inventer avec rigueur et méthode

Une méthode complète, exigeante et efficace pour résoudre des problèmes

Des méthodes rigoureuses pour favoriser la créativité ? Faut-il y croire ? La plupart des techniques se révèlent décevantes ou pour le moins aléatoires dans leurs résultats. Pourtant, la méthode TRIZ fait exception, sans doute parce qu’elle prévoit une progression plus structurée et plus complète, au prix d'une plus grande rigueur et d'un apprentissage plus laborieux. Nous vous proposons de découvrir ses principes et ses étapes.

L’histoire de TRIZ, abréviation de « Théorie de Résolution des Problèmes Inventifs », est inséparable de son créateur, Genrich Altshuller. D’origine russe, il est ingénieur, travaille dans la marine et a l’occasion de consulter des synthèses de brevets en très grande quantité. Il en étudie plusieurs dizaines de milliers et découvre que derrière le génie apparent des inventions se cachent des règles communes, en nombre réduit, et qu'elles se retrouvent dans tous les domaines (physique, chimie, mécanique, services...).

Enthousiaste, il écrit à Staline en 1950, et lui propose de former des ingénieurs avec un de ses camarades. Malheureusement, ni son engagement, ni son courrier, ni sa méthode ne convainquent les dirigeants soviétiques. Il est même condamné et interné dans un camp en Sibérie. Il n'en sort qu’en 1954 à la mort de Staline.


Il reprend ses travaux, qu’il n’avait d’ailleurs pas tout à fait abandonnés en Sibérie, et se fait enfin reconnaître. Il écrit également de la science-fiction, mais sous le pseudonyme « Altov ». Mort en1998, sa méthode est toujours enseignée et est encore à l’origine de beaux succès industriels. Elle a fait l’objet d’un développement dans le mooc «Gestion de projet» animé et coordonné par Rémi Bachelet. Denis Choulier en propose un exposé très clair dans une série de vidéos produites pour ce mooc.


Pansements, béquilles et prothèses : quand la solution crée le problème

La méthode de Altshuller est surtout connue pour sa proposition d’appliquer des "principes" aux services et objets pour les transformer ou les penser autrement. Nous y reviendrons. Mais il commence surtout par une vision de l'innovation. Selon lui, la plupart des solutions que nous proposons consistent à ajouter des fonctions et des éléments. Ces éléments viennent alourdir les objets et apporter d’autres problèmes. Chaque solution entraîne des conséquences. Certaines sont voulues, d’autres non. Certaines sont prévisibles, d’autres moins !

Denis Choulier éclaire ce paradoxe. Si je veux que la cire d’une bougie ne coule pas, je peux envisager une solution qui bloquera la cire, une collerette par exemple. Mais ça me posera des problèmes de stockage et d’encombrement. Il faudrait que la solution disparaisse quand le problème cesse. En l’occurrence, on cherche un système qui empêcherait la cire de couler et qui deviendrait invisible lorsque la bougie serait éteinte !

Comme cette solution idéale n’existe pas, chaque solution finit par générer un problème qui invite à créer de nouvelles solutions, qui à leur tour engendrent des difficultés. L’innovation est une spirale d’améliorations successives, qui provoquent des besoins d’innovation...  Altshuller se méfie des inventions qui consistent à ajouter. Denis Choulier évoque les innovations "en choux-fleurs", qui augmentent le nombre d’éléments et deviennent des "monstres".

Pour être créatifs, suivons donc la méthode

Déroulons donc la méthode ci-dessus. Soit un problème qui concerne un objet ou un service. Il nous faut apprendre à définir ce problème. Et pour cela, Altshuller propose 39 paramètres qui peuvent décrire un système technique. Il recommande de poser la question sous la forme : « comment améliorer telle caractéristique, tout en préservant telle autre ». Une application en ligne, triz40 peut nous accompagner et nous suggérer des réponses génériques, tout en nous donnant des exemples.

Ensuite, Altshuller propose de lister les ressources. Pour la bougie, il s’agira de l’air, de la mèche, de la cire froide et de la cire chaude, de la flamme, etc.

Dans un troisième temps, nous allons définir une ou plusieurs actions qui pourraient apporter une solution au problème. Si la question est d’éviter que la cire de la bougie ne coule, on peut imaginer une action « bloquer la cire » ou « refroidir la cire ». Il en existe 40, répertoriées par cet ingénieur. Bien entendu, toutes ne seront pas d’une égale pertinence pour un problème donné. « Dupliquer », « supprimer » ou « reconfigurer » font partie de ces opérations génériques. On le voit, cette approche s’éloigne de l’idée d’une illumination ou d’un éclair de génie. Méthodiquement, l’inventeur va imaginer rigoureusement ces opérations, qui se déclinent en sous-opérations.

Les lecteurs habitués aux techniques de créativité penseront à SCAMPER, cette approche heuristique qui propose sept opérations mentales face à un problème (S = Substituer ; C = Combiner ; A = Adapter ; M = Modifier ; P = Produire ou trouver un autre usage ; E = Éliminer ; R = Renverser). Mais TRIZ est plus complet, plus méthodique, et surtout elle ne se limite pas à cette liste de quarante principes.

Au début, l’approche déconcerte. On a beau mouliner tous les éléments du tableau, les idées ne viennent pas. C’est que cette gymnastique du cerveau nécessite un entrainement, et là où un débutant trouvera une dizaine d’idées, une personne rompue à la méthode en proposera trente...

Un principe général se dégage de cette méthode. Les solutions qui ont émergé des brevets analysés par Altshuller paraissent toutes uniques au premier regard, mais elles se laissent regrouper en principes génériques. Dans un cheminement inverse, face à un problème, on peut définir le problème à un niveau d’abstraction plus élevé, le résoudre avec des solutions types, puis redescendre, pour imaginer comment la solution générique pourrait s’appliquer dans le concret au problème réel.


Quarante principes pour tout résoudre !

Altshuller nous propose donc d’utiliser quarante principes pour tout résoudre. Comme l’illustre le dessin ci-dessous, chaque principe a ses propres divisions, et il faut parfois un peu d’imagination pour trouver comment un principe pourrait s’appliquer sur les ressources dont on dispose !

Si ces trois exemples vous ont donné envie de connaître les trente-sept autres, nous vous invitons à consulter le tableau illustré proposé sur Wikipédia.

Voilà donc une méthode à contre-courant de celles qui servent à animer des réunions et qui sont largement sponsorisées par une marque de petits papiers autocollants repositionnables. Elle est moins conviviale, ne s’appuie pas sur une dynamique de groupe et réclame un temps d’apprentissage conséquent avant de porter ses fruits. Mais les vidéos de Denis Choulier nous montrent aussi le plaisir qu’il y a à manipuler mentalement les objets avec cette approche pour faire émerger des solutions.

Illustrations : Frédéric Duriez

Ressources

Les premières ressources présentées ci-dessous constituent un parcours d'auto-formation.

- présentation des principes par Denis Choulier

-  la matrice des contradictions

  • Une application en ligne pour saisir les contradictions à résoudre, obtenir des solutions génériques et quelques exemples :   Triz40 — consulté le 20 février 2020
    http://www.triz40.com/TRIZ_Fr.php

-liste des principes, et beaucoup d'exemples


Mots-clés: Découvertes Invention Analogie Design d'objets Triz. créativité Russie

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !