Articles

Publié le 08 juin 2020 Mis à jour le 28 octobre 2020

La personne, le maître et l'expérience

Trois philosophes de l'éducation nous invitent à notre découverte

Faire l'expérience !

Les bonnes idées

Selon la légende un homme demande à Cocteau « Si votre maison brûlait et que vous ne pouviez sauver qu’une chose, qu’emporteriez-vous ? » Et Cocteau de répondre « Le feu ».

Cette réponse est si puissante que je ne cesse de la porter en moi, quel est l’essentiel ? Et pour la pédagogie qu’est-ce que je choisirai ? Je me suis appliqué la question, mais en me donnant des largesses, car un seul choix m’est trop difficile. Je me suis demandé si je n’avais que 3 ouvrages de pédagogie à prendre avec moi lesquels j’emporterai ? Après une auscultation de ma bibliothèque je me résout à :

Ce choix est celui du cœur, c’est celui des ouvrages qui ont le plus influencé ma pratique peut être parce qu’ils forment un triptyque signifiant entre la personne, le maître et l’expérience.

LA PERSONNE : Carl Rogers

« On becoming a person » est un des nombreux ouvrages de Carl Rogers, certainement le plus connu, celui qui révèle la profondeur de sa philosophie. Pour lui chaque être aurait un instinct d’accomplissement. Cet instinct serait d’égale dignité chez chacun. Dès lors, il s’agit de traiter l’autre non en subordonné, mais une personne prête à se déployer. Il s’agit d’aider l’autre à être soi-même plutôt que de chercher à lui inculquer ses croyances propres.

Tout le travail thérapeutique que Rogers mène consiste à faciliter la compréhension du sens de sa vie, pour devenir soi-même. Et être soi-même, c’est être en train de devenir soi-même. C’est une transformation continue de soi, sous l’œil et l’oreille inconditionnellement accueillante d’un tiers.

Pour Rogers, l’individu développe la responsabilité d’assumer ses choix et d’assumer son mode d’existence; cela conduit à développer ses capacités créatives et de bâtir sa vie à partir de ses propres valeurs. La réflexion thérapeutique de Rogers préconise une relation de confirmation de l’autre et donc d’accepter toutes ses potentialités. C’est une relation de potentiel à potentiel ou de personne à personne. Elle passe par s’accepter soi même pour se départir de  la peur et gagner en autonomie. C’est un processus d’humanisation.

 « La véritable humanisation est un processus complexe qui fait de nous l’une des créatures les plus sensibles, les plus réactives, les plus créatives et les plus agréables de la planète ». Une notion clé pour Rogers est l’empathie qui s’efforce de comprendre l’autre pour ce qu’il est sans chercher à le plaindre ou le juger. Il n’y a pas de fusion affective ou émotionnelle avec l’autre. La compréhension empathique à l’œuvre dans la cure aide l’autre à être conscient de ce qu’il est. C’est la base d’une communication authentique.  

Pour Rogers, enfin, l’éducation a pour fonction de développer la créativité inhérente en chaque personne. Il se méfie alors des institutions trop rigides qui inhibent le potentiel individuel. Il exprime cette croyance « j’en suis arrivé à croire que les seules connaissances qui puissent influencer le comportement d’un individu sont celles qu’il découvre lui-même et qu’il s’approprie ». Il en appelle alors à un effacement du maître.

LE MAITRE : Jacques Rancière

L’ouvrage du philosophe Jacques Rancière « Le maître ignorant » est paru en 1987. C’est une leçon sur l’émancipation intellectuelle. L’ouvrage résonne presque comme une fable tellement l’histoire est belle. Au XIXème siècle un maître (Jacotot) est conduit à quitter son pays pour s’installer en Hollande  un pays dont il ne connait pas la langue. Il cherche cependant à vivre de son métier. Comment un maître ignorant peut-il enseigner dans une langue étrangère ? La magie opère l’apprentissage passe.

Par quel miracle, alors que le véhicule du savoir, le langage est furieusement diminué ? Par quel miracle alors que même le contenu du savoir est inconnu du maître ? Et si la posture basse de celui-ci permettait de libérer des potentiels  cachés ? En effet sans mot et sans contenu toute explication (fondement de l’éducation traditionnelle), s’avère impossible. Hors l’explication verticale du maître vers l’élève est la base de l’éducation basée sur la transmission même si elle s’avère clivante, car, elle sépare entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, ceux qui enseignent et ceux qui écoutent et sont censés apprendre, sur l’adage bien connu « J’enseigne, donc tu apprends ».  

« Avant d’être l’acte du pédagogue, l’explication est le mythe de la pédagogie, la parabole d’un monde divisé entre esprits savants et esprits ignorants, esprits mûrs et immatures, capables et incapables, intelligents et bêtes. »

Cette organisation des rapports aux savoirs sédimente une subordination entre explicateur et auditeur qui intériorisera plus que des contenus, une posture de soumission à l’autorité des magisters. Le maître est plus qu’un connaisseur, un maître qui émancipe laisse l’autre utiliser sa propre intelligence, se nourrit même de ses questions, il se contente d’être à côté de lui de s’y intéresser et de le voir se développer. Si le maître se nourrit de questions, il en nourrit en retour l’autre, par une unique question « et toi qu’est ce que tu en penses ? »

Pour un commentateur de l’œuvre, Cerletti, Rancière « nous avertit qu’il n’y a pas une personne qui doive nous dire comment sont les choses et ce qu’on devrait faire ; il insiste seulement sur le fait qu’on est capable de penser et de faire. L’incapacité d’arriver à quelque chose par soi-même est comme une fiction structurante qui doit exister pour donner un fondement à l’explication ».

L’abrutissement c’est la correspondance parfaite des intelligences et des désirs du maître et de l’élève, l’émancipation est au contraire faite d’écart.  Réussir à établir un écart, c’est se rendre soi-même capable nécessite de partir de son expérience propre.

L’EXPERIENCE : John Dewey

Joelle Zask nous livre une pensée pénétrante sur un immense pédagogue : John Dewey qui a vécu  de 1859 à 1952. Le pragmatisme de Dewey est extraordinaire. Il est ancré sur l’expérience en tant que fin et moyen.

Pour Dewey, l’expérience est une brèche dans le continuum de notre existence lors des moments de  doute, trouble, détresse. Le ressenti de cette expérience augmente ou diminue notre capacité d’agir selon qu’on le transcende et qu’on y est attentif ou non. L’action est thérapeutique. Elle permet de faire face à la brèche.

Au-delà de la dichotomie sujet/objet, le fait de faire un expérience est relié à l’objet de l’expérience. Puis, l’action découle d’un plan à inventer d’une idée à tester, un plan d’action en quelque sorte pour rétablir le continuum de notre existence un temps interrompu par cette brèche. L’action n’est pas toujours concluante mais suppose la liberté de choisir et de s’engager. L’expérience est une ressource pour apprendre et se construire en tant qu’individu. L’usage dépend de la liberté de l’usager. 

En même temps qu’il personnalise l’usage il affine sa personnalité. Dès lors l’objet d’un usage est une invitation et l’individu est l’expérimentateur, qui a une opportunité d’apprendre. L’expérience est une interaction entre individu et les ressources. Mais selon les lieux et les époques, les obstacles à l’expérience varient. Dans tous les cas, l’expérience est créée par interaction, elle n’est  pas donnée, elle dépend de :

  • l’identification des données problématiques;
  • des essais et erreurs et observations des conséquences de ce cycle.

Il y a nécessité de réflexivité pour que l’expérience permette un rétablissement dans le continuum entre pâtir et agir.

L’expérience ne saurait être qu’un vécu individuel. Il s’agit d’une expérience de soi (initiative), d’une expérience par soi (immersion) et d’une expérience pour soi (conséquence perçu). Par ce triple cheminement l’individu convertit ainsi son expérience pour des applications ultérieures. Priver l’apprenant de la possibilité d’initier, de conduire et d’intégrer son expérience singulière conduit à faire de l’instruction, et de lui un objet d’instruction.

Pour Dewey, l’expérience est la seule possibilité de construire l’individualité. L’individu est plus qu’un acteur. L’individu est scénariste et réalisateur. Pour mener son expérience à son terme, l’individu doit dialoguer avec le réel. Il doit faire l’effort d’exister et d’exprimer son conatus. L’expérience ne se greffe pas sur l’individu, expérience et individualité sont liés. Les individus sont ce qu’ils font. L’expérience n’est pas un attribut. L’individu est le résultat de ses expériences. Par l’expérimentation s’établit une relation avec une variété d’objets et de lieux. Il y a plus que de l’intersubjectivité dans l’édification de l’individu; les lieux et les espaces sont parties prenantes du contexte de l’expérience.

En matière d’apprenance, accueillir l’expérience en est au cœur. Si, la perception contient une part d’imprévisible (Ralph Waldo Emerson), il est néanmoins possible de faire de nos perception un matériau, de les considérer et s’entrainer à les intensifier. Comme nos perceptions sont imprévisibles, il faut apprendre à faire avec cette imprévisibilité. La perception est fatale elle vient d’une part du monde extérieur.

Expérience, individualité et démocratie sont synonymes pour Dewey et se révèlent dans la méthode expérimentale. Sask cite un texte de Dewey de 1939 « I believe » qui résume sa pensée « Les individus seront toujours le centre et le couronnement de l’expérience » et « seule l’initiative volontaire et la coopération volontaire des individus peuvent produire des institutions sociales  qui protégeront les libertés nécessaires pour accomplir le développement d’une individualité véritable »

Relativement au lien entre démocratie et éducation Dewey nous rappelle :

"Une société démocratique doit, pour être conforme à son idéal, faire une place à la liberté intellectuelle et au libre jeu des dons et des intérêts divers dans son système d'éducation"  (John Dewey, Démocratie et éducation, 1990)

Après avoir lu, ces trois ouvrages contenant tellement de sagesse pédagogique, je me sens mieux capable de répondre à la question posée à Cocteau. Je sais ce que j’emporterai. Je prendrai avec moi l’ignorance.

Sources

On becoming a person - Le développement de la personne - Carl Rogers
https://www.decitre.fr/livres/le-developpement-de-la-personne-9782729617912.html

Le maître ignorant - Cinq leçons sur l'émancipation intellectuelle - Jacques Rancière
https://www.decitre.fr/livre-pod/le-maitre-ignorant-9782213019253.html

Démocratie et éducation - Suivi de Expérience et Éducation - John Dewey
https://www.decitre.fr/livres/democratie-et-education-9782200621896.html

Book https://www.youtube.com/watch?v=Q_uaI28LGJk

JohnDewey – un pédagogue aux multiples facettes – Joelle Zask  h
ttp://4cristol.over-blog.com/2019/04/redecouvrez-john-dewey-un-pedagogue-aux-multiples-facettes.html

Wikipédia - Jacque Rancière -  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Ranci%C3%A8re

CANOPE – John Dewey philosophe Américain de l’éducation
https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/le-monde-du-livre-et-de-la-presse/histoire-du-livre-et-de-la-documentation/biographies/john-dewey-philosophe-americain-de-leducation.html

Lycée Lecorbusier - Jacotot - https://www.lyceelecorbusier.eu/pratiques-pedagogies/?p=219

Cerletti Alejandro, « La politique du maître ignorant : la leçon de Rancière », Le Télémaque, 2005/1 (n° 27), p. 81-88. DOI : 10.3917/tele.027.0081. URL :
https://www.cairn.info/revue-le-telemaque-2005-1-page-81.htm

France Culture - Démocratie et éducation - https://www.franceculture.fr/oeuvre/democratie-et-education

Daval René, « Les fondements philosophiques de la pensée de Carl Rogers », Approche Centrée sur la Personne. Pratique et recherche, 2008/2 (n° 8), p. 5-20. DOI : 10.3917/acp.008.0005.
URL : https://www.cairn.info/revue-approche-centree-sur-la-personne-2008-2-page-5.htm


Mots-clés: Dewey Jacques Rancière personne maître expérience rogers démocratie

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !