Articles

Publié le 29 juin 2021 Mis à jour le 09 juillet 2021

Et si Internet possédait des lieux publics?

Concevoir des vrais espaces de rencontre en ligne

"Si quelque chose est gratuit, vous êtes le produit."

Voilà ce qu'apprennent tous ceux qui s'intéressent au marketing et aux affaires. Ainsi, les réseaux sociaux ont réussi à attirer des milliards de personnes. En apparence, fréquenter Internet ne coûte rien. Or, le principe sous cette gratuité est de proposer des publicités ciblées à chaque abonné. D'ailleurs, on l'oublie le plus souvent mais nous signons un contrat d'utilisation avec chaque plateforme. Évidemment et malheureusement, personne ne le lit au complet. Ce qui peut mener à des situations problématiques.

Le 6 janvier 2021, un groupe de manifestants débarquent au Capitole dans la capitale américaine. Leur but est de démontrer leur frustration par rapport à l'élection américaine, souhaitant que Donald Trump soit réélu. Leurs actions feront tache d'encre dans l'histoire des États-Unis et le quasi-encouragement de Trump à cette insurrection lui vaudra ainsi qu'à plusieurs commentateurs d'extrême droite d'être bannis des réseaux. D'ailleurs, Facebook a étendu sa sanction jusqu'en juin 2023 pour l'ancien président.

Ces événements ont été un grand révélateur des problèmes de ces réseaux privés. En effet, jusqu'à cette date, Facebook et Twitter étaient très prudents sur jouer les juges de la vérité. Ainsi, hormis de graves infractions, ils laissaient les gens dire plutôt n'importe quoi et former toutes sortes d'associations en ligne. Une approche qui a mené à un très grand clivage des opinions et les fameuses chambres d'écho.

Désormais, beaucoup ne sont entourés que de personnes qui pensent comme eux et affrontent violemment ceux qui ont une autre vue des choses. Rien pour aider le climat, les réseaux deviennent maintenant des milieux où bouillent les visions jusqu'à ce quelqu'un aille trop loin. Pas étonnant dans ce sens qu'autant libéraux que conservateurs veulent se mêler de ses entreprises dont l'autorégulation semble toujours de réparer les erreurs plutôt que les prévenir. Et si la solution ne passait pas par une régulation  de ces compagnies qui demeureront lucratives mais plutôt de créer des milieux publics en ligne?

Instaurer des "parcs publics" sur Internet

1846, New York. À l'époque, la grande ville américaine n'a aucun parc public. Tous les jardins sont des endroits privés, clôturés et fréquentés par les riches new-yorkais. Walt Whitman, poète et journaliste humaniste, participe à l'élaboration de Fort Greene Park, un environnement que tous les habitants de la ville pourront visiter, peu importe leur origine, Américains de naissance comme nouveaux immigrants. Bref, un endroit où tous se côtoient dans le respect, la bonne humeur et entouré de verdure. Pour plusieurs, Internet aurait besoin d'un Walt Whitman moderne qui créerait un lieu avec la même idée que les parcs publics.

Bien sûr, la notion ne plaît pas à tout le monde. Les conservateurs croient surtout qu'une saine concurrence ferait l'affaire. Or, les réseaux naissent et l'idée reste la même : ce sont des communautés fermées et hermétiques à tous ceux qui n'entrent pas dans le moule. Un statu quo qui ressemble étrangement aux commencements de la radio. En effet, nous l'oublions, mais ce média a connu, comme Internet, une multiplication exponentielle très rapide au début du vingtième siècle. En 15 ans seulement, le nombre d'auditeurs augmente en flèche partout dans le monde. Du coup, deux approches existent. Les pays plus autoritaires tels l'Allemagne et l'Union soviétique prennent le contrôle étatique pour y faire leur propagande. À l'inverse, aux États-Unis, seule la rentabilité des émissions comptait. Ce qui menait à des propos tout aussi dangereux comme ceux de Charles Coughlin, télévangéliste rassemblant des millions d'Américains et y débitant des arguments pro-Hitler et antisémites.

Il faudra alors que l'écossais John Reith réfléchisse à une solution de remplacement à ces méthodes. Ainsi naîtra la BBC qui aura une mission sociale d'informer, d'éduquer et de divertir toute la Grande-Bretagne. En 1926, pendant une grève des journaux, la BBC est devenue la seule source d'informations des Anglais. Ils ont pu y entendre autant les arguments gouvernementaux que ceux des syndicats. Voilà ce qui manquerait à Internet, des lieux communs qui ne sont monopolisés par personne et où le respect, le partage de l'information et de la connaissance soient la clé. 

Ainsi, un milieu public de la sorte ne chercherait pas à grandir comme les gazelles qu'ont été Twitter, YouTube, Instagram et les autres. Il s'agirait d'un endroit donc qui n'obéirait pas aux lois du marché et qui ne laisserait pas des communautés l'accaparer comme l'explique Eli Pariser, fort partisan de cette démarche. Il précise, entre autres, que Twitter a toujours été très hostile aux femmes et personnes de couleur parce que l'application a été créée par un groupe d'hommes blancs qui n'ont pris au sérieux le harcèlement en ligne que très tard.

Un "parc" Internet ne le permettrait pas comme les parcs nationaux ou municipaux n'autorisent pas les gens à se dévêtir complètement ou à jeter ses déchets partout. Bien sûr, il y en aura qui systématiquement n'écouteront pas les règles mais des gens seraient là pour entretenir le lieu, l'assainir et même organiser des activités, pourquoi pas.

Un exemple déjà existant

Étant donné que le projet reste encore embryonnaire, certains souhaitent que ce soient les réseaux sociaux qui reprennent ces idées. Nous pouvons nous permettre un scepticisme quant à une potentielle adoption des géants de l'Internet à telles normes quand celles déjà présentes leur rapportent beaucoup d'argent. Ce sont des entreprises cherchant le profit. Alors, il vaut mieux espérer des solutions autres. Il en existe même une : Wikipédia. Oui, malgré certaines faiblesses, l'encyclopédie en ligne n'appartient à personne, ne vit que des dons offerts par les internautes et propose un milieu qui aborde différents sujets avec différents angles. Le tout est régulé par une communauté de modérateurs qui vérifient si les articles indiquent des sources bibliographiques, souligne les pages incomplètes et les erreurs. Certes, il existe du vandalisme mais celui-ci est généralement vite signalé et retiré.

Le modèle est donc applicable. Bien sûr, il demanderait du financement et certains proposent de la publicité très régulée permettant de faire tourner la machine. Évidemment, il exigerait des ajustements. Il pourrait même y avoir des ratés. Néanmoins, il serait beaucoup plus constructif que le paradigme social proposé actuellement par Facebook et les autres. Les milieux éducatifs pourraient bénéficier de lieux publics afin de devenir des piliers de savoirs, des endroits où des communautés d'apprentissage se bâtiraient et s'entraideraient. Il existe déjà des services en ligne pensés pour la communauté mais à quand des lieux similaires aux parcs publics? Nous nous en porterions tous bien mieux.

Illustration : Sahaj Bedi sur Unsplash

Références :

AFP. "Facebook suspend Donald Trump pour deux ans." Le Journal de Montréal. Dernière mise à jour : 4 juin 2021. https://www.journaldemontreal.com/2021/06/04/facebook-annonce-suspendre-donald-trump-pour-deux-ans.

Gossett, Stephen. "Could Tax Dollars Fund a Digital Public Infrastructure?" Built In. Dernière mise à jour : 1er avril 2021. https://builtin.com/software-engineering-perspectives/digital-public-infrastructure.

Guillaud, Hubert. "Ré-imaginer L’internet : Pour Des Médias Sociaux Publics." InternetActu.net. Dernière mise à jour : 20 mai 2021. https://www.internetactu.net/2021/05/20/re-imaginer-linternet-pour-des-medias-sociaux-publics/.

La Presse Canadienne. "Il N'est Plus Viable Pour Les Médias Sociaux De S'autoréglementer, Selon Facebook." Radio-Canada.ca. Dernière mise à jour : 30 janvier 2021. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1767145/facebook-chambre-communes-reglementation-steven-guilbeault.

Naughton, John. "We Need a New Walt Whitman to Imagine a Virtual Public Space." The Guardian. Dernière mise à jour : 17 octobre 2020. https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/oct/17/we-need-a-new-walt-whitman-to-imagine-a-virtual-public-space.

Newton, Casey. "What Social Networks Can Learn from Public Spaces." The Verge. Dernière mise à jour : 13 janvier 2021. https://www.theverge.com/2021/1/13/22228208/social-networks-public-spaces-civil-signals.

Otis, Cindy, and Nina Jankowicz. "Facebook Groups Are Destroying America." Wired. Dernière mise à jour : 17 juin 2020. https://www.wired.com/story/facebook-groups-are-destroying-america/.

Pariser, Eli. "To Mend a Broken Internet, Create Online Parks." Wired. Dernière mise à jour : 13 octobre 2020. https://www.wired.com/story/to-mend-a-broken-internet-create-online-parks/.


Mots-clés: Radio Privé Parole Discours Alternatives Public Twitter Facebook autorégulation liberté d'opinion Liberté de parole Wikipédia écho Bulles

Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Voies alternatives


Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !