Articles

Publié le 03 août 2022 Mis à jour le 03 août 2022

De la chenille au papillon, des Formations Éphémères

Repenser les formations MOOCs et repenser à une plateforme MOOC accessible à de faibles débits de connexion.

Premier défi à résoudre : la connexion internet

Après avoir travaillé sur GdP-Lab de MOOC GdP de 2015 à 2018 avec des équipes d'étudiants en management de projets et avoir été une des parties créatrices dans le projet du Cercle APE Apprendre ensemble, avec notre équipe des 25 bénévoles dès 2018, nous avons recréé un écosystème d'apprentissage et d'incubation à travers le monde francophone puis pour nos communautés de victimes de conflits et de catastrophes climatiques en Côte d'Ivoire, au Cameroun et en RDC. 

Pour nous, l’incubation est complètement inter reliée à la formation. Nous avons toujours orienté nos nouveaux collaborateurs et bénéficiaires vers MOOC GdP, mais cela ne fonctionnait pas pour une partie d’entre eux, particulièrement ceux de certains pays africains qui n’avaient pas une assez bonne connexion internet pour passer les examens. 

Problème qui s’est amplifié quand l'AUF [Agence universitaire de la francophonie] a arrêté de collaborer avec MOOC GdP pour les examens sur table en présentiel dans chaque pays africain francophone, pour MOOC GdP, mais aussi pour beaucoup d’autres formations. Ce que nous évaluons avoir été un coup d’arrêt pour les formations en ligne francophones certifiantes sur l'Afrique francophone.

Il est frustrant pour un étudiant de savoir qu’il à 90% de réussite aux examens blancs mais qu’il ne pourra jamais obtenir de certificat de réussite. Il s'agit d'un problème transitoire car d’ici à 10 ans l’ensemble de l’Afrique sera connectée correctement et j’évalue à 30% le nombre d'étudiants capables de suivre la formation en ligne. Les autres sont hors circuit.

Dans l'année 2018, nous avons donc recommencé nos plans de formations à zéro. Tout à zéro, car pas de budget, mais avec des bénévoles hyperactifs et hyper motivés. Nous avions et avons toujours beaucoup de forces vives dans nos équipes projet et de plateformes qui pourraient être utilisées par nos bénéficiaires de façon efficace et pas seulement par une petite tranche d’entre eux.

Alors, nous nous sommes rabattus sur WhatsApp. Une plateforme sociale, simple d’utilisation. En synchrone ou en asynchrone et sur laquelle tous étaient connectés, de l’universitaire, au nomade dans le désert et à la maman au fin fond de son village. On avait eu l'exemple d'étudiants dans le cadre du GdP-Lab qui avaient travaillé 11 semaines avec le tchat de Facebook.

S'ils avaient réussi, on pouvait le faire nous aussi.

The COCÖÖÖN notre premier nom incluait cette dynamique du système D

Nous étions inconnus des organisations humanitaires. Rien ne nous arrêtait. Rien ne nous arrête non plus aujourd’hui. Si on n'avait pas de budget, alors on le faisait sans budget. Nos projets, nous pouvons aujourd’hui les qualifier de projets digitaux frugaux éphémères, transitoires ou pas. Nous avons des choses à accomplir, nous étions assez créatifs pour y arriver.

Nous avons mis en place des Formations Éphémères. Nos objectifs étant humanitaires, nous avions tout notre temps et notre énergie à offrir à des démunis, des victimes du climat ou de guerre en cours ou passées. Amener le savoir, même quelquefois le plus simple, pouvait et peut toujours sauver des vies ou l’avenir d’une communauté ou d'une personne. 

D’un autre côté, c’était aussi pour moi l’occasion d’enrichir notre savoir-faire et de chercher des modus operandi pour former au mieux des communautés, basées principalement en Afrique. J’aime transformer le malheur en bonheur et expérimenter avec mes équipes sur des sujets essentiels et là, nous y étions. Il y avait des collaborateurs à former, des programmes à diffuser au plus grand nombre. Ce n’était pas facile mais nous y sommes arrivés.

Pendant 4 ans nous avons essayé d'enrichir les méthodes collaboratives entre pairs pour arriver à des développements de processus co-créatifs. Mais, nous avions affaire à une population nombreuse et n'ayant qu'une très faible connexion internet et, dans la plupart des cas, une impossibilité de suivre des formations en ligne et surtout de passer les examens en ligne. Ajouté à cela, certains étaient peu lettrés, d'autres avaient des habitudes passives qu'il fallait reformater.

Nous nous sommes résolus à faire des formations complètes sur Whatsapp. Par exemple, des formations complètes sur les usages internes comme le fonctionnement du back office de notre Agence de Presse, des formations Océans verts et Océans bleus, des formations sur comment accompagner les nouveaux membres, sur notre Code Social… C'est devenu pour nous un outil du quotidien. Bien plus fort qu'un outil de communication classique.

Nous avons créé ce que nous appelons des Formations Éphémères. Bien sûr, nous ne résolvons pas le problème de la certification. L’important pour nous étant la transmission des formations de nos membres ou bénéficiaires plus que la certification finale. Nous nous sommes tournés vers les corrections par les pairs et vers la validation collective. Car la reconnaissance par les pairs nous semblait tout aussi valable.

Tous ceux qui pratiquent la correction par les pairs vous diront que ce n’est pas simple. Mais si en fait, si vous arrivez à régler le problème de la variabilité liée à la personne humaine à qui on va demander la correction. Un exemple de solution :  une correction modèle insérée dans les packs de correction. Notre objectif était surtout de l'utiliser pour développer l’intelligence collective de nos grandes communautés qui doivent  faire face à des crises ou à manager des projets collaboratifs.

Pour qui ?

C’est un projet formatif humanitaire géré exclusivement par des bénévoles. Ces bénévoles chez nous s’appellent des «Angels» et travaillent bénévolement sur 9 branches d’activités. L’objectif est la transmission utile et nécessaire vers les communautés qui doivent se reconstruire et transmettre plus loin.

Car si nos formations sont des Formations Éphémères, elles n’en sont pas moins vivantes, évolutives par notre réseau Angles en mode Pairs à Pairs à travers nos territoires et nos communautés. Une formation éphémère peut ainsi sortir à un moment du cadre de WhatsApp et se retrouver enseignée de Pairs vers d’autres Pairs sur le terrain dans une grande ville ou au fin fond du désert.

Comment procédons-nous ? 

La première clef est le parrainage. Nous créons des groupes supervisés par un parrain qui va être attentif à inculquer au fil du temps les valeurs de notre écosystème et nos fonctionnements co-créatifs dont la clef de voûte est l’attention et le soin porté aux autres. Il faut apprendre et désapprendre comme nous l’avons expérimenté à l’époque avec Denis Cristol, notre excellent confrère rédacteur de Thot Cursus dans le cadre du Cercle APE.

La première phase est de commencer par désapprendre le système d'apprentissage hiérarchique tel que transmis dans la famille, à l’école, au travail et redécouvrir en première étape ce qu’est l’empathie. Déjà nous avions testé et affiné les prémices de cette phase lors de nos encadrements  GdP-Lab du MOOC GdP, gestion de projet. Là, où au début de nos activités sur le GdP-Lab, il fallait courir derrière nos étudiants pour qu’ils fassent leurs commentaires par les pairs.

Lors de notre dernière session, ils demandaient plus de temps pour aller commenter et donc améliorer tous les autres projets. Pour moi, c’est cela la co-création, c’est l’envie de participer et d’améliorer même les projets de ses concurrents. 

Nous sommes tout à fait conscients que c’est quelque chose de peu connu et que notre expertise est en avance par rapport à l’ensemble de nos confrères et des formations enseignées actuellement en intelligence collective, mais ce sont des savoirs qui correspondent très bien aux besoins de nos communautés.

La deuxième clef est la communication et la structuration des groupes de formation. Une formation sur WhatsApp avec un très grand groupe ne peut se permettre de gérer des questions réponses à l’intérieur de ce groupe. C’est pour cela aussi que nous partitionnons par parrainages. Ce qui nécessite de recruter pas mal de parrains aussi.

Mais, nous sommes alors limités par cette plateforme numérique. Elle est accessible au plus grand nombre mais, elle est peu adaptée aux outils pédagogiques sophistiqués. Et surtout, elle nécessite beaucoup d’encadrants. C’est pourquoi nous prévoyons dans les prochaines années une mutation vers des outils technologiques maison plus pertinents et rationnels en matière d’encadrement.

Et, notons que ceux-ci vont permettre l'édition et la correction de la certification de nos formations. Car, si transmettre une Formation Éphémère est valable dans notre écosystème, il est difficile de la faire valoir auprès d’un futur employeur ou pour valider un niveau de formation afin d' aller explorer d'autres thématiques dans d’autres structures universitaires.

Après avoir été chenille...

avec The COCÖÖÖN, nous nous apprêtons à devenir papillon avec notre nouveau nom Regeneration Matrix Group.

Nous sommes, vous l’aurez compris, à la base tous des gestionnaires de projets. Parmi ces projets, nous avons 26 modules numériques de gouvernance communautaire accessibles aux plus démunis qui commencent à être créés avec nos propres standards en cybersécurité, AI, Blockchain, Réalité virtuelle et Réalité augmentée. Le tout va nous servir pour faciliter notre gouvernance communautaire dans notre écosystème appelé ANTAVERSE dans lequel va se déployer notre université en ligne. ANTAVERSE est une sorte de Metaverse collaboratif citoyen en ligne, hors web avec des contenus vérifiés.

Passer des FORMATIONS EPHEMERES frugales au METAVERSE, étrange me direz vous. 

Oui, il manque une étape. Nous allons repasser par l’étape MOOC. Mais pas n’importe quel MOOC. Un MOOC disruptif basé sur notre expérience des FORMATIONS EPHEMERES. Et, ce MOOC sera hébergé en partie par une plateforme MOOC qui sera améliorée graduellement.

Et, étant toujours confrontés à des problèmes de connexion, mais surtout de matériel pour nos usagers, nous nous sommes orientés pour notre prochaine étape à la création d’une application mobile universitaire accessible pour toutes nos communautés.

Notre première étape technologique.

En effet, si les ordinateurs sont rares, on peut compter plus d’un téléphone portable par famille. Avec cette fois-ci des processus d’examens et de délivrance de certificats de réussite et de suivi pédagogique de nos bénéficiaires et ouverte à tous. Car, il est normal de recevoir une évaluation certifiée à la conclusion d’une formation.

Pour nous,  un autre défi est d’amener la formation et les informations directement au cœur de nos communautés et de les faire évoluer dans le temps de façon pertinente ainsi que de les diffuser au plus grand nombre. Pour cela nous allons aussi utiliser les outils dédiés aux handicaps et illettrés afin de leur permettre d’accéder aussi à une partie des formations.

Transformer la gouvernance universitaire des formations

Si nous avons repris à zéro la base des processus de formations, nous nous sommes aussi intéressés à comment suivre l’évolution des connaissances dans le cadre des programmes de formation eux-mêmes. 

Les Formations Éphémères, si elles sont éphémères par leur présence d’un moment sur un fil de discussion WhatsApp, elles sont par essence axées sur la connaissance du moment présent. Elles sont immédiates, toujours à jour et ne s’embarrassent pas d’un cadre conventionnel d’experts à l'affût de normalisations qui, au final, sclérosent le système des formations.

Je l’ai déjà écrit à de multiples reprises dans plusieurs articles : prendre 6 ans pour créer une formation universitaire pour des métiers de l’innovation est incompatible avec les progrès, dont certains sont fulgurants, des nouvelles technologies. Prenez un ingénieur en réalité virtuelle qui fait face à des changements majeurs tous les 6 mois.

Le système actuel crée des hommes et des femmes de cro-magnon qui arrivent complètement hors cadre sur le marché du travail, à des éons en retard sur le réel. Devant cet état, il faut changer la structure, il faut changer les processus, il faut changer le rythme sinon les structures actuelles se feront remplacer par d’autres plus agiles. 

Étant passionnée de nouvelles technologies, j’ai fait pas mal d’expérimentations en A.I., Blockchain, Cybersécurité et Réalités Virtuelles. Beaucoup ne viennent pas du milieu universitaire. Ils sont hors des processus de collecte de données via les chambres de commerces et tout cela ne fonctionne plus comme avant.

La vitesse, les réseaux, les professionnels, tout est à re-normaliser autrement. Il me semble que là où l’université prenait des professionnels qui avaient des besoins et leur proposait leurs futurs professionnels, cela ne peut plus fonctionner. Car, là, le professionnel était maître de ses outils, de son marché. Aujourd’hui, soit il tire le marché et il crée lui-même de nouvelle normes, mais ils sont très peu nombreux et les autres sont tirés vers quelque chose qu’ils ne maîtrisent pas ni dans leur champ d’actions, ni dans leurs objectifs. Et, quand ils suivent, ils ne peuvent pas se projeter 6 ans plus tard. Ils n’ont plus cette visibilité. 

Alors, de mon point de vue, ce n’est plus aux universités de suivre le marché.  Leur nouveau rôle est d’anticiper le marché, ce qui est plus difficile assurément, surtout pour les profils en poste actuellement. Anticiper est plus facile pour des gens qui suivent les mutations dans le cadre des incubateurs par exemple. Des prospectivistes du pratique et de la pratique de demain peuvent projeter les métiers de demain. 

Dans notre cas, nous travaillons sur nos propres besoins. Demain, hier presque, nous allons avoir besoin d’accompagner nos communautés de victimes qui se sont élargies avec les communautés du COVID. Alors nous nous orientons vers les métiers de la résilience. Mais aussi vers le Metaverse car nous développons un Metaverse. 


Regardez votre écosystème, regardez les problèmes, les potentiels, et proposez, soyez acteurs du futur. De toute façon, 6 ans pour créer une formation, c’est du passé. Il faut décentraliser les forces et faire reposer les formations sur de multiples acteurs agiles qui vont venir modifier et enrichir nos processus. Rien n’est immuable.


Source image : DepositPhotos


Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Carte blanche

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !