Articles

Publié le 16 septembre 2018 Mis à jour le 17 septembre 2018

L'éducation aux médias permet-elle de se prémunir des nouvelles en continu?

L'EMI pour savoir faire un tri dans un flot incessant de nouvelles en direct

Il y eut une époque où la seule façon de s’informer était d’attendre la copie du quotidien le matin. Nous avons tous vu ces images, reprises dans des films, de jeunes crieurs qui attiraient les passants en déclamant les gros titres du journal. Aujourd’hui, plus besoin de gamins au coin des rues. Il suffit d’être abonné à un réseau social ou avoir sur son appareil mobile une application de son média préféré pour être bombardé par les dernières nouvelles. L’actualité ne s’est jamais autant jouée en direct. De plus, le terrain n’est plus occupé que par les médias dits « traditionnels ». D’autres ont fait leur place et proposent leur version de l’actualité.

Dans un tel flux incessant alimenté par les chaînes d’actualités en continu, quoi penser ? Comment se retirer un peu du direct et être en mesure de se mettre en mode analyse; voilà le genre de compétences qu’essaie de transmettre l’éducation aux médias et à l'information (EMI). Or, la tâche n’est pas simple : la relation média - école s’est développée difficilement.

Médias et écoles : une relation en dents de scie

En effet, il n’a pas fallu la mode des fausses nouvelles pour que naisse l’EMI. Déjà dans les années 50, alors que commençaient à paraître les téléviseurs, les écoles abordaient la question médiatique. Or, cela se faisait beaucoup sous l’angle de la moralité. C’est-à-dire que les systèmes éducatifs mettaient en garde contre les médias abrutissants (comme la télévision) et louangeaient ceux liés à la culture (ex.:  le cinéma), et encore, pas tous les types de cinématographies. Deux décennies plus tard, cette éducation se voulait plus analytique et critique du contenu que du média lui-même. Bref, la question de la sémiotique et des idéologies transmises étaient traitées durant certains cours.

Ainsi, si l’école était très méfiante des médias et de ceux qui y travaillaient, elle a fini peu à peu par s’en approcher, mais en gardant une certaine diatance toutefois. Encore aujourd’hui, bien des professeurs considèrent que ce n’est pas le rôle des journalistes de proposer des approches didactiques en éducation aux médias. Le manque de collaboration entre les structures médiatiques et les enseignants qui ne savent pas toujours comment aborder cette question en classe s'avère problématique. D’autant plus que dans l’Hexagone, l’enseignement aux médias y est transversal alors que certains croient que cela mériterait d’être une matière à part.

Comme le rappelait Daniel Schneidermann dans cette émission de France Culture, en plus, le milieu politique ne cherche pas réellement à investir dans ce programme. C’est-à-dire qu’il est souhaitable que les jeunes ne tombent pas dans les théories du complot lui faisant remettre en doute le système. Or, cela fait bien l’affaire d’un politicien de parfois soulever des doutes sur le journalisme en général, particulièrement quand il est lui-même empêtré dans un scandale.

D’autant plus que comme le souligne le directeur de publication d’Arrêt sur images, les critiques sur les médias traditionnels ont aussi leur raison d’être. Il s’agit donc d’un numéro d’équilibriste entre le rappel de biais médiatiques et erreurs de la presse mais aussi de ceux de ces « nouveaux médias ». Ils sont souvent agents de propagande et trafiquent les informations en ce sens.  Le travail du professeur en EMI se veut donc de former chez les jeunes un esprit critique par rapport à tout ce qu’ils rencontrent en ligne. Un grand défi s’il en est un.

S'allier à des journalistes, la solution?

D’ailleurs, tous les pays cherchent la meilleure solution en ce qui a trait à l’EMI. De la France au Maroc, il devient urgent de mettre en place un enseignement permettant de faire des élèves et même des étudiants universitaires des citoyens avisés qui ne tombent dans aucun panneau. Le CLEMI  (Centre pour l'éducation aux médias et à l'information) et le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) s’y emploient, mais est-ce que d’autres groupes pourraient aider?

Et si une des solutions potables était celle proposée depuis 2015 par le réseau radiophonique France Inter? Appelé Interclass, il place en contact des classes et lycées avec des journalistes du média. Ils peuvent ainsi leur apprendre les ficelles du métier. Cela peut démystifier le rôle des travailleurs de l’information et comment se prépare un reportage ou une émission. D’ailleurs, les jeunes devront en réaliser. Par exemple, cette classe qui est allée à l’École de police de Sens pour questionner des agents, des formateurs, etc. Leur travail figure dans une émission diffusée régulièrement sur France Inter.

Toutefois, même cette approche n’est pas parfaite. Déjà, elle demande une mobilisation considérable de la part de la radio et des écoles et, pour l’instant, le projet ne touche que quelques lycées de Paris. Or, comme le rappelait des intervenants dans cette émission, ils sont nombreux les professeurs hors de la capitale qui désireraient avoir accès à un tel programme. Pour l'instant, ce n'est pas le cas puisque la structure est difficile à mettre en place. Une situation dommageable puisque, selon le directeur exécutif du CLEMI, Interclass a un impact positif sur les élèves.

Alors, est-ce qu’une meilleure éducation aux médias permettrait de prendre du recul sur les nouvelles en direct et moins succomber aux faussetés en ligne? S’il n’y a pas encore démonstration scientifique, il y a clairement un impact possible sur les jeunes quand celle-ci est bien faite et leur laisse l’espace de s’exprimer aussi. Toutefois, l’approche parfaite n’a toujours pas été trouvée.

Illustration : davidstewartgets Alone casual couch -
https://homegets.com/
via photopin (license)

 

Références :

« Eduquer Aux Médias à L’heure Du Doute. » France Culture. Dernière mise à jour : 18 mars 2018. https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/classe-media-decrypter-et-comprendre-linformation-au-college.

Eutrope, Xavier. « Que veut vraiment dire “éduquer aux médias” ? » Ina Global. Dernière mise à jour : 26 juin 2018. https://www.inaglobal.fr/education-formation/article/que-veut-vraiment-dire-eduquer-aux-medias-10219.

« InterClass' : L’éducation Aux Médias. » Fondation De France. Dernière mise à jour : 4 mai 2018. https://www.fondationdefrance.org/fr/interclass-leducation-aux-medias.

« Interclass' Par Emmanuelle Daviet. » France Inter. Consulté le 11 septembre 2018. https://www.franceinter.fr/emissions/interclass.

Laâbi, Chafik. « Éducation Aux Médias Et à L’information : Un Esprit Critique Pour Des Temps Troublés. » Al HuffPost Maghreb. Dernière mise à jour : 29 janvier 2018. https://www.huffpostmaghreb.com/chafik-laabi/education-aux-medias-et-a-linformation-un-esprit-critique-pour-des-temps-troubles_b_19106558.html.

« Quelle éducation Aux Médias Pour Les élèves ? » France Inter. Dernière mise à jour : 29 juin 2018. https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-29-juin-2018.


Mots-clés: Presse nouvelles Direct éducation

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !