Articles

Publié le 02 mai 2022 Mis à jour le 09 mai 2022

Scribe 2.0

Écrivain public au XXIe siècle

Prendre des notes, écrire, transcrire des paroles, coucher sur le papier des lettres ou des symboles pour en faire des mots, des phrases, puis des textes. Garder une trace écrite de ce qu’on a voulu dire, ce qu’on a voulu laisser à la postérité et à l’histoire ou simplement pour inscrire des informations afin de ne pas les oublier.

Les écrits restent, mais les paroles s’envolent. Depuis l’invention de l’écriture, l’homme a toujours cherché à consigner sa vie, son histoire et ses faits, grands ou petits. Mais qui sont-ils, ces écrivains publics, ces scribes des temps modernes ? D’ailleurs, ce métier existe-t-il encore de nos jours ? Sortez votre plume, déroulez votre rouleau de papyrus et préparez-vous, vous aussi, à écrire des lignes du grand livre de notre Histoire à toutes et à tous.

Scribes et compagnie

La grande aventure de l’écriture a débuté il y a plus de 5.000 ans en Mésopotamie, l’actuel Irak. Rapidement, un nouveau métier est apparu, celui d’écrivain public. Selon les époques et les civilisations, cette fonction prenait différents noms : en Égypte antique, on parlait de « scribe » (du latin scriba, de scribere, écrire), alors fonctionnaire d’État, lettré, éduqué dans l’art de l’écriture et de l’arithmétique. Il peut servir aussi bien Pharaon que le grand public.

En Europe, un peu plus tardivement, les druides, outre la potion magique d’un dénommé Panoramix, s’occupaient principalement des affaires religieuses, mais aussi éducatives. Leur instruction et leurs connaissances leur valaient le statut d’érudit et donc, leur conféraient le pouvoir de lire et d’écrire pour le peuple.

Encore plus tard, au Moyen-Âge, apparaissent les copistes, des professionnels chargés de la reproduction de documents écrits ou d'œuvres d'art. Enfin, de nos jours, cette fonction officielle de fonctionnaire d’État est toujours bien présente sous les traits du « clerc », cet officier collaborateur ministériel qui vient principalement en aide aux notaires et aux avocats pour des affaires d’État, publiques, privées ou personnelles.

Que ce soit sur du papyrus, des tablettes de marbre, d’argile ou du simple papier, ces professionnels de l’écriture ont pendant longtemps été au service d’une population illettrée, jusqu’alors majoritairement incapable de lire et d’écrire. 

Au XIXe siècle, avec l’avènement de l’école obligatoire, ce métier va toutefois reculer, car la population nouvellement instruite n’a dorénavant plus besoin d’intermédiaire pour lire et écrire. Cependant, au XXIe siècle, ce sont pourtant les nouvelles technologies qui rendront à cette fonction ses titres de noblesse. Le scribe 2.0 renait de ses cendres…

Scribe version.22

En 2021, la France comptait environ un millier d’écrivains publics en activité, parmi lesquels deux sur trois étaient des femmes.

Contrairement aux idées reçues, non, l’écrivain public n’est pas un bénévole qui fait cela gratuitement. Tout travail méritant salaire, ses services sont également payants. Il est certain que bien souvent ce sont des organismes communautaires ou sociaux qui font appel à leurs services pour aider une certaine population en grande difficulté avec la langue française, mais pas seulement !

En effet, une nouvelle clientèle semble se profiler, celle qui sait écrire, mais qui a pour objectif de communiquer plus efficacement. La nécessité de demander les services d’une personne experte dans le maniement des mots est donc primordiale. Professionnels et particuliers sont donc les nouveaux clients. Leur répartition (non exhaustive) montre bien la diversité du public : chez les particuliers, 39% d’actifs, 37% de retraités et 20% d’étudiants. Chez les professionnels, 46% de TPE et de PME et 35% d’associations et de collectivités locales.

Divers sont les clients, divers sont les travaux également ! Les écrits demandés à l’écrivain public peuvent aller d’écrits personnels, à garder pour soi, aux documents administratifs et professionnels dont la vocation finale est d’être lus et diffusés. Les documents les plus fréquents seront souvent des CV ou des discours, mais l’écrivain public aura également une fonction de relecteur et de correcteur, notamment en ce qui concerne les mémoires universitaires ou autres manuscrits.

Outre l’aspect littéraire, linguistique et syntaxique, le scribe des temps modernes doit offrir des services de conseil, de rédaction, de réécriture, de relecture, de correction et de mise en page, tout cela sans dénaturer le fond propre de ce qui est à l’origine et cela, afin de ne pas attenter à la déontologie de sa fonction.

Selon le type de travail, professionnel ou personnel, le spécialiste des mots devra adapter ses écrits : efficacité, fidélité, authenticité, il répond aux attentes de ses clients. 

En parlant de déontologie, il convient cependant de rappeler qu’il y a une limite que ces professionnels ne doivent pas dépasser. Peut-on tout écrire ? Non. Du moins, pas par leur main. Certains travaux sont tabous, comme les lettres de chantage, de menace, d’insultes ou encore celles qui entrainent à la fraude, au plagiat ou à un quelconque détournement illégal.


Maintenant, si l’envie vous prend de devenir une plume publique, sachez qu’il est fortement suggéré (mais non obligatoire) de détenir un diplôme universitaire en lettres, droit, sciences humaines, journalisme. Certaines universités proposent même des diplômes spéciaux, comme la licence professionnelle « Conseil en écriture professionnelle et privée – écrivain public » (Université de la Sorbonne, à Paris) ou le DU (diplôme universitaire) « Écrivain public / auteur-conseil » (Université de Toulon), sans oublier le CNFDI et le CNED qui proposent aussi une formation à distance.

Tout ce petit monde est finalement regroupé dans deux organismes : l’AEPF (Académie des Écrivains Publics de France) et le GREC (Groupement des Écrivains Conseils).

Écrivain public au XXIe siècle, c'est un "vieux métier d’avenir" !


Sources et illustrations


Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Prise de notes

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !