Dossiers de la semaine

Prise de notes

Une conférence, un exposé ou un cours sont des constructions élaborées dont on saisit rarement toutes les connections ou leur agencement du premier coup. Souvent on saisit que certains éléments sont importants mais pas nécessairement pourquoi. On prend donc des notes que l'on réinterprète ensuite dans un second temps. On relit nos notes et en en relie les idées entre elles tout en construisant sa propre compréhension. Au delà des époques et des technologies, la prise de notes fait partie des pratiques normales dans l’apprentissage.

Prendre des notes ne se limite pas qu’à l’apprentissage; on prend des notes dans le courant des opérations de gestion, on accumule notes et données dans la recherche, on amasse croquis et notes dans l’élaboration d’une oeuvre artistique. Avant même l’écriture, on prenait des notes symboliques que l’on réinterprétant ensuite. Les premiers systèmes d’écriture sont issus de pratiques administratives. Les wampum sont un exemple de ce genre de symbolisation. La disposition, la couleur, le nombre, les formes, les relations entre chaque élément avaient une signification qui rendaient l’idée aussi précisément qu’un discours. La symbolique des premiers astronomes répondait à leur besoin de caractériser leurs observations. Ça nous a donné les mathématiques.

Plus couramment, on prend des notes pour se rappeler de données importantes, capter des idées originales, se rappeler d'idées phares, de moments critiques, de questions à poser ou à réfléchir, quitte à classer tout ce fatras de traces plus tard. Prendre des notes n’est que la première étape; la seconde est leur interprétation et leur organisation qui résultera dans une compréhension, une découverte, une décision ou une oeuvre. Aujourd’hui des applications numériques nous aident dans ce travail mieux que jamais.

On consulte ses notes avec un regard plus critique que dans le feu de l'action. On partage ses notes avec moins de succès, mais elles témoignent toujours de notre attention, de ce qui nous a intéressé, impressionné, de ce qui parait important. L’est-ce vraiment ? Le partage des notes amène la discussion. Les premières notes que Mendeleev a partagé ont mené au tableau périodique. L’interprétation des notes est processus ré-créatif; on recréé ce qui a été observé.

À défaut d’avoir pris des notes, on peut toujours se replonger dans l’ouvrage.

Bonne lecture

Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !