Articles

Publié le 31 mai 2022 Mis à jour le 31 mai 2022

Sur la piste du Code Hobo

Le langage secret de la classe ouvrière américaine du début du XXI siècle

« Soyez polis envers tous, mais intimes avec peu ; et choisissez-les bien avant de leur faire confiance »

George Washington (1732-1799),  illustre militaire et président des États-Unis du XVIIIe siècle.

Faire confiance à quelqu’un, ce n’est pas facile, mais perdre la confiance de quelqu’un, c’est encore pire. Partager des mots, discuter avec quelqu’un est une forme de confiance du fait qu’on accepte de s’ouvrir à une tierce personne en acceptant la communication.

Mais dans une Amérique du début du XXe siècle, en pleine Grande Dépression, comment échanger des propos dans un contexte si tourmenté, où chacun est en proie aux plus vives incertitudes, s’abandonne allègrement à la méfiance et à l’isolement ? Pourquoi ne pas créer un langage secret destiné aux initiés ? Le code Hobo est né…

Hobo ?

Avant de devenir un langage codé, le terme « hobo » désignait « un travailleur sans domicile fixe se déplaçant de ville en ville, le plus souvent en se cachant dans des trains de marchandises et vivant de travaux manuels saisonniers et d'expédients. »

L’interprétation française la plus proche serait celle du « vagabond ». Étymologiquement, le mot « hobo » serait la contraction de « homeless » (sans-abri) et « bohemia » (bohémien), mais d’autres spécialistes penchent davantage pour la ville de Hoboken, au New-Jersey, célèbre point de départ de nombreuses lignes ferroviaires utilisées par les vagabonds de ces années 20 du siècle dernier.

Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, ces travailleurs itinérants, sans réelles attaches familiales ou personnelles, valdinguent en quête de travail d’un bout à l’autre des États-Unis. Ils sont reconnus pour leur force de travail et leur capacité de migrer, ce qui les distingue des « homeless men », des clochards. Les Hobos sont des travailleurs.

Au début du XXe siècle, dans les années 1920, c’est le début de la Grande Dépression. Même si l’industrialisation et l’urbanisation fleurissent au pays de l’oncle Sam, le pays est touché par une crise sans pareil et les ouvriers vivent dans la misère. Les Hobos se déplacent alors dans l’espoir d’améliorer leur vie et de trouver du travail. Le train étant leur mode de déplacement par prédilection, les gares et les wagons deviennent alors les lieux emblématiques de rencontres et d’échanges entre cette communauté.

Le langage Hobo

Travailleurs itinérants sans le sou, les Hobos voyagent souvent dans l’illégalité en sautant d’un wagon à l’autre. Un certain élan de solidarité se crée alors dans ce groupe au point d’aboutir à l’élaboration d’un langage secret, connu et compris par eux seuls, le « Code hobo ».

Basé sur un système d’une soixantaine de symboles, tracés à la craie ou au charbon, gravés dans la pierre des immeubles ou dans des endroits stratégiques comme les gares de train ou directement dans les wagons, ces dessins avaient pour objectif d’informer ou d’avertir les autres vagabonds afin de rendre leur vie itinérante un peu plus confortable.

Ainsi, ces simples symboles, qui représentaient par exemple des croix, des losanges, des trains, des chats, des ronds… pouvaient donner des informations cruciales sur leurs déplacements.

Voici quelques exemples :

1) Un juge vit ici

2) Bon endroit pour un coup de main

3) Ici, le docteur ne fait pas payer

4) Propriétaire absent

5) Un gentil monsieur vit ici

6) Une gentille dame vit ici

7) Chien méchant ici

8) Les propriétaires donneront pour se débarrasser de vous

9) Eau fraiche, camp sécuritaire

10) Chien bruyant ici (qui aboie beaucoup)


Le numéro 8 demeure un peu obscur, car « donneront » à qui pour se débarrasser des Hobos ? Aux Hobos eux-mêmes ou à d’autres ? Aucune précision. 

Il y avait également des symboles plus communs comme la croix, qui suggérait une communauté religieuse apte à fournir de la nourriture en échange d’une prière, des cercles entrelacés qui figuraient des menottes, donc endroit à éviter, un triangle avec des mains signifiait un propriétaire armé… Bref, plusieurs conseils avisés afin de donner les meilleurs coins à visiter tout au long de son trajet !

Jules Wanderer, professeur émérite en sociologie de l’université du Colorado a même exposé une autre analyse de ces symboles dans son article de 2001 intitulé « Incarnations de l'asymétrie bilatérale et du danger dans les signes clochards ». Pour lui, la logique du Code Hobo résidait sur les notions de gauche et de droite spontanément prises par le cerveau humain. Ainsi les symboles représenteraient des lieux suggérés sous forme « d’asymétrie bilatérale avec des directions à droite, comme le veut la convention, préférées à celles à gauche. » 


En conclusion, ce langage secret symbolique a connu un succès auprès de la classe ouvrière vagabonde du début du XXe siècle, offrant un climat de confiance encourageant à une société en pleine déroute et lui permettant d’avancer. 

Aujourd’hui, la langue et la culture Hobo sont devenues des figures mythiques de l’imaginaire américain, qui incarnent le romantisme, la liberté, la faculté de survivre, mais aussi et surtout l’entraide, tant de valeurs chères à la nation américaine.

Alors si au détour d’un de vos voyages vous passez par une vieille gare américaine, ouvrez l’œil, peut-être tomberez-vous par inadvertance sur un de ces mythiques symboles secrets de la Grande Dépression…


Sources et illustrations

Quel est le langage secret appelé « Hobo code » ? Choses à savoir
https://www.chosesasavoir.com/langage-secret-appele-hobo-code

Symboles Hobo de la Grande Dépression, le langage secret des itinérants, Nevedimka, 2021, Photos historiques, https://photoshistoriques.info/symboles-hobo-de-la-grande-depression-le-langage-secret-des-travailleurs-itinerants-americains/

Hobo, Wikipedia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Hobo

Hobo signs and symbols, Ryan Somma, CC BY 2.0
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Hobo_signs_and_symbols.jpg

DN-0087599, Chicago Daily News negatives collection, Chicago Historical Society., Public domain, via Wikimedia Commons,
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:ThreeHobosChicago1929.jpg


Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Confiance

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !