Par Daniel Therrien  | dante325@gmail.com

La collaboration en ligne au service de la réflexivité des futurs enseignants

Créé le lundi 20 mars 2017  |  Mise à jour le lundi 17 avril 2017

La collaboration en ligne au service de la réflexivité des futurs enseignants

Le travail collaboratif, pour qu’il soit valable et profitable, doit permettre de dégager une compréhension collective des problèmes soulevés. Dans tous les milieux professionnels, la collaboration au travail est un enjeu majeur de la professionnalité.

Dans le milieu scolaire, plusieurs situations exigent qu’on se réunisse afin de discuter des problématiques touchant tant le contexte professionnel que les cas d’élèves. À ce titre, les futurs enseignants du secondaire s’inscrivent dans une démarche de collaboration entre eux, et avec leurs formateurs, pour discuter des enjeux de la pratique de l’enseignement, analyser des situations problématiques et formaliser des savoirs qu’ils pourront utiliser dans leur propre pratique.

Le développement de leur pensée réflexive est une exigence de leur cursus professionnel. Les futurs enseignants en stage assistent à des séminaires où ils analysent des pratiques collectivement et tentent individuellement d’en extraire le sens.

L’étude de cas en webinaire (e-séminaire)

Les études de cas font partie intégrante des actes professionnels. Ils permettent l’étude des problématiques reliées au travail et visent à dégager des solutions, ou du moins à mieux saisir les enjeux en cause. Chez les futurs enseignants du secondaire, plusieurs analyses réflexives portent sur les comportements d’élèves en classe, dans la visée d’une meilleure approche en gestion de classe.

L’objectif premier est de dégager des savoirs pédagogiques à réutiliser en contexte réel de classe. La supervision pédagogique et l’encadrement des stages en région d’origine (SRO) s’opèrent en majeure partie sur un support de classe  virtuelle[i]. Le procédé est relativement simple; il consiste en trois phases d’un scénario d’analyse, chacune de ces phases devant être mise en place dans le webinaire par le formateur (ici le superviseur).

  • Initiation de la démarche d’analyse réflexive

    Il s’agit de la phase de préparation, phase cruciale pour assurer la réussite de l’activité. Un plan est fourni par un stagiaire impliqué, qu’il présentera sous la forme d’un PowerPoint ou d’un Prezi[ii] si désiré. Les rôles et les tâches des participants sont clairement indiqués dans un communiqué précédant la séance d’analyse.
     
  • Webinaire

    Une séance se déroule en salle virtuelle. C’est la phase de réalisation de l’activité d’analyse. Les premiers moments des échanges synchrones sont consacrés à la présentation personnelle des participants, soulignant  ainsi la dimension socio-affective de la séance. Vient ensuite l’exposé du participant impliqué directement ou indirectement dans le déroulement des événements. Il expose aux autres participants, à partir du plan apparaissant au tableau de la classe virtuelle, les faits tels qu’ils se sont produits. Ce premier contact avec la problématique a pour but de faire voir, de la façon la plus exacte possible, le déroulement des faits et leur contexte particulier.

    La deuxième partie du webinaire se compose des échanges entre les participants, incluant le formateur qui intervient surtout à titre d’animateur. D’abord, quelles sont les causes, l’origine des faits qui ont conduits à la situation décrite ? Il faut noter que les problématiques soulevées pour l’analyse peuvent concerner autant les cas exemplaires que les cas de dérapages pédagogiques. Ensuite, quelles réactions ont suscitées les faits rapportées ?  Quels gestes auraient pu être posés pour éviter le dérapage, si tel est le cas ?
     
  • Objectivation

    Il s’agit maintenant de dégager les savoirs pédagogiques qui pourront être réinvestis dans la pratique, savoirs validés par le formateur. Les stagiaires sont invités à exprimer, à tour de rôle, à la fin de la séance, ce qu’ils ont retenu de l’analyse en reconstruisant le cas à l’étude. Parfois des prises de consciences se produisent pendant la séance. Notons que tous les stagiaires feront le même exercice, soit de soumettre à ses pairs un cas à l’étude. Il est attendu que le savoir dégagé par l’analyse doit être utilisé dans la pratique de l’enseignement.
     

Les salles virtuelles : problèmes et limites

Les logiciels de webinaires sont nombreux, et la plupart offre des solutions payantes. Il y a quelques années, des problèmes de configuration, d’appareils non-performants, de bande passante insuffisante ont été constatés; la qualité audio et vidéo laissait à désirer. Mais les temps changent, et ces logiciels sont de plus en plus performants et répondent davantage aux besoins des interlocuteurs.

Malgré la grande flexibilité que confèrent ces espaces d’échanges en ligne, l’engagement des étudiants participants à l’activité demeure un défi. Afin de faciliter cet engagement, non seulement un temps de préparation et des normes de présentation strictes sont nécessaires, mais il faut constamment relancer la discussion, séance tenante. Quant au formateur, il pourra bénéficier de l’enregistrement des échanges afin d’évaluer la qualité des apprentissages.  

Quelques logiciels et solutions de webinaires

Adobe Connect et MeetingOne

Elluminate Live

SVI e-solution

Virtual Classroom IIL

Illustration : Unsplash - Pixabay

Références

Donney, J, et Charlier, E. 2008. Apprendre par l’analyse de pratiques : Initiation au compagnonnage réflexif. Namur : Presses Universitaires de Namur, 185 pages.

Walckiers, M., De Praetere, T.  L'apprentissage collaboratif en ligne, huit avantages qui en font un must. Distances



[i] La région d’origine est une région où les étudiants ont grandi et fait leurs premières études.  

Poster un commentaire

Commentaires

0 commentaire