Articles

Stress et performance

Échec ou réussite ?

Par Sandra Dumais , le 21 mai 2018 | Dernière mise à jour de l'article le 22 mai 2018

Course De Relais, La Concurrence, Stade - Pixabay

Comment enrayer la peur de l’échec vécu en situation de stress de performance?  Quelles sont les étapes concrètes vers le succès des athlètes, des étudiants et des professionnels?

Le stress de performance affecte les étudiants, les étudiants-athlètes et les professionnels, dans des situations bien spécifiques. Les échecs peuvent être cuisants et dévalorisants. Voici un exemple concret de contre-performance d'un étudiant-athlète.

L'exemple d'un gardien de but

Julien est un excellent gardien de but membre d’une ligue de hockey au cégep. Il en maîtrise les techniques avancées et s’entraîne depuis près de dix ans. Certaines soirées sans savoir pourquoi, il lui arrive d’être imbattable devant ses adversaires, contrairement à d’autres soirées au cours desquelles il peut connaître de mauvaises performances. Pourtant chaque fois avant de chausser ses patins, il croit qu’il se sentira parfaitement en contrôle lorsqu’il se retrouvera devant l’équipe adverse. Il ne comprend donc pas pourquoi il vit des hauts et des bas aussi intenses lors de ses performances sportives.

La peur de l'échec

Le stress de performance se vit régulièrement, pour les mêmes personnes, durant les épreuves scolaires, sportives ou professionnelles. Il se vit relativement à la peur de l’échec; à la tendance à surestimer ou à sous-estimer le risque vécu devant un événement ou une situation qui génère du stress, ainsi qu’à sa capacité à y faire face. Le rappel de souvenirs d’échecs en situation de stress de performance est suffisant pour générer d’autres situations similaires, formant ainsi un cercle vicieux.

Des indices sont facilement détectables lorsqu’une personne en situation d’échec se qualifie de «nulle» ou comme étant condamnée à tout rater dans sa vie.

Le stress primaire

Le stress primaire est considéré comme étant le plus élevé,; il est nécessaire d’en repérer la source afin de pouvoir tenter de le contrôler. Face à une montée de stress primaire, l'étudiant-athlète peut tenter de contrôler ses symptômes en se demandant :

  • Cet événement est-il un enjeu pour moi?

  • Est-ce que j’ai l’impression d’être en train d’échouer?

  • Est-ce que je perçois cet événement ou cette situation comme une menace ou un défi?    

Si Julien identifie la cause de son propre stress de performance de manière positive et en facilite le passage au stress secondaire, il en favorise alors sa résolution.

Le stress secondaire

Suite à ce questionnement, le facteur qui cause le stress peut être repéré et constituer une première étape vers la perception du contrôle de la situation. En situation de stress secondaire, Julien peut ainsi se demander :

  • Quelles sont mes ressources pour le contrôler?

  • Comment puis-je changer ma perception avec mes ressources?

Il s’agit donc ici de tenter d’intégrer, en puisant dans sa boîte à outils, une stratégie d’ajustement visant à contrer le stress vécu comme un état de panique.

La boîte à outils en préparation mentale

Des outils de préparation mentale adéquats permettent de contrôler le stress de performance plutôt que de le nourrir. La réalisation peut se faire avec les éléments suivants :

  • Des éléments d’exécution : en traçant un chemin par lequel il est possible de se fixer des objectifs et d'atteindre des résultats;

  • Un stress positif : qui procure de l’énergie, permettant de sortir de sa zone de confort et de performer.

Si Julien veut expérimenter cette préparation mentale, il devrait se tenir à l’écoute des perceptions qu’il vit, de manière à pouvoir en varier l’intensité, telle qu’il en ressent le besoin.

Toutefois, l’aide d’un coach de performance s’avère utile si Julien :

  • a besoin davantage de soutien;

  • ne parvient pas à atteindre le stress secondaire, donc il demeure dépourvu de ressources en situation de panique.

Doser son stress

Maintenant que Justin arrive à utiliser ses ressources et peut en varier l’intensité, l’activation de la performance permet d’améliorer la préparation mentale et de lui procurer de meilleurs résultats.

Il s’agit ici de doser l’intensité du stress pour qu’il soit utilisé selon la bonne quantité et au meilleur moment.

Un stress trop élevé ou trop bas est contre-performant dans les deux cas. Dans le premier cas, il est nuisible et Julien peut en perdre ses moyens. Dans le second cas, on pourrait percevoir un manque d’intérêt de Julien envers ses parties de hockey.

Activer sa performance

Un plan d’activation de la performance sportive permet d’établir une stratégie et d’en saisir les moments-clés. Par exemple, la stratégie recommandée par un coach sportif pourrait être :

  • De décortiquer l’enseignement des techniques, afin de contribuer à saisir les moments-clés qui seront à cibler;

  • D’identifier le moment où la performance devra débuter, afin de se retrouver dans la zone idéale d’activation;

  • De qualifier le niveau d’activation qui sera considéré idéal;

  • De trouver des stratégies, de manière à éviter de dépasser la zone idéale (regarder un vidéo, faire de la visualisation positive, écouter de la musique, faire une sortie, se changer les idées, etc.).

Le point de focus

Après avoir décortiqué tous les éléments de stratégie et les moments-clés d’activation d’une zone idéale, les résultats devront aussi être décortiqués, dans le but de nourrir les sentiments de performance et de prévoir les gestes dans les moindres détails, ce qui se nomme le «point de focus».

Des moyens pour atteindre ce point de focus devront être identifiés et suivis, tels que la possibilité de se coucher tôt; faire de la visualisation positive; faire du yoga.

Julien peut découvrir d’autres moyens plus appropriés et plus motivants pour lui-même de se conditionner à atteindre son point de focus.

Des principes généraux applicables à différentes situations de stress

Si Julien reconnaît qu’il a besoin de l’aide d’un coach sportif pour obtenir une bonne performance dans les buts régulièrement, s’il a tenté sans succès de le faire lui-même, il devrait établir une routine dans son plan d’activation et en suivre les étapes de façon disciplinée.

Le stress de performance scolaire et professionnel comporte les mêmes étapes que le stress sportif et se traduit de la même façon. La différence entre les trois se situe au niveau de la présence ou de l’absence d’un coach, du rôle que ce dernier joue et des étapes au cours desquelles il est impliqué.

Si Julien choisit de ne pas se soucier de son stress de performance, il pourrait croire qu’il n’est pas doué en tant que gardien de but et se dévaloriser, alors que cela n’a aucun rapport avec la réalité.

Sources

s.a. L’anxiété de performance, s.d. http://www.evolution-101.com/anxiete-de-performance/

Hogue, Michel. Performance sportive : 4 bénéfices à utiliser un préparateur mental, 6 octobre 2014. http://cmpcoaching.ca/benefices-preparateur-mental

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné